Solitude de Dieu
Retour à:
L'Écrivain
Mandala-1
Poésie
Mandala3
Contes et Nouvelles
Mandala4
Théâtre
Mandala5
Romans
Mandala-2
Autres


Contes, fables et nouvelles

"Monique Thomassettie nous donne une vision du monde qui dépasse et transfigure le réel, mais par là-même, elle nous invite à jeter un regard 'différent' sur ce monde et ainsi à enrichir et nuancer notre perception du réel."
"Filtrés par le regard de la poète, légendes et mythes se métamorphosent dans des évocations – souvent
elliptiques – qui les placent dans une perspective neuve."

"(Ses) images traduisent ses rapports avec le monde dans une langue qui subtilement instille le merveilleux
et l'onirique dans ce qui peut être faussement familier. Une langue, donc, non préconçue, parfois
déroutante, faite de glissements de sens et de registres."

Renée Linkhorn,
in : ANTEMNAE, Rome, octobre 2002





Nouvelle parution (fin août 2018) :




Sursaut

Un sursaut de mémoire

Nouvelles et dialogues

M o n é v e i L





 L'infatigable Monique Thomassettie continue à publier à rythme d'enfer. Et elle n’hésite pas à mélanger les genres : ainsi, « Un sursaut de mémoire » est un recueil qui nous propose une série de courtes nouvelles, ensuite une nouvelle en forme de dialogue(s), suivie par une série de courtes pièces de théâtre (toujours sous forme de dialogue). D’habitude, les dialogues se prêtent mal à une lecture radiophonique ; mais, là, ça va aller. Vous allez l’entendre dans l’émission du 18/12/2018.

Guy Stuckens
Cocktail Nouvelle Vague – Radio Air Libre
13 décembre 2018



“ Flash-back
“ On se souvient de la peinture, du théâtre, des poèmes, des anecdotes...
Peinture et littérature constituent deux passions pour l'Ixelloise Monique Thomassettie. De nombreux ouvrages ont paru, principalement chez MonéveiL
L'auteure se penche sur son passé et tout lui revient : la peinture et les salons d'exposition qui l'ont marquée, la tension au théâtre, la vie quotidienne qui est loin d'une routine. Tout se bouscule dans une effervescence poétique.
Le côté « poète » de l'auteure transparaît sur cette palette picturale aux accents surréalistes.”
CritiquesLibres.com, Ddh
26 septembre 2018




“ Te voilà engagée dans les sursauts. Il me semble que c'est le mode d'existence le plus performant qui soit. Te voilà dans le surgissement de ta mémoire, d'une mémoire élargie, infinie presque qui t'habite, que quelque part nous partageons, qui veille et se réveille. Te voilà bien éveillée, créatrice, encore.
“ Le titre est très suggestif et je le partage et le vis sans réserve, à ma façon sans doute. De même l'excellent texte de la couverture arrière : nous sommes en effet partagés entre l'amnésie et le choc d'une nouveauté permanente.”

Jean-Jacques Bailly
Mail, 19 septembre 2018







L'Ombre de Dieu, suivi de : Trois vies, et plus... , Contes et Poèmes, Le Mât de Misaine, Bruxelles, 1989

Ombre

Couverture : tableau de l'auteur, 1987, "Lève-toi et marche"

L'Ombre de Dieu voyagea longtemps dans les déserts célestes (…) Au bout de mille et quelques jours, bredouille, Elle tomba de haut ou monta de bas, dans l'orbite de Sa Terre qui justement passait par là. Celle-ci semblait bien calme. Extrait

96 pages. ISBN 2-87238-001-9



“ Riches et denses, ces contes et poèmes métaphysiques. Et la peinture, par ailleurs remarquable de Monique THOMASSETTIE justifie le recours fréquent à l'image au sens littéral et à la couleur. Trois clés pour la décoder, ses personnages, réels ou éthériques, ses symboles. Le cœur: “Sa forme est une rose : le Nid subtil Contre mon cœur tissé”: la maternité, l'amour. Une philosophie: “le Plaisir purifie comme, chez les mystiques, la prière extatique”. A un pôle, la chair, ses plaisirs et tourments. A d'autres: “l'échelle haute Rongée de lumière lmmaculée”. Psychanalyse: “Il a rejoint une zone interdite d'ombre et d'eau”. Dans le texte, une ombre de boue, d'amnésie, boule terreuse emprisonnant une âme palpitante, boulet dont il est maintes fois question.

Beaucoup de points communs avec Gitta MALLAZ et ses “Dialogues avec l'Ange”: la même veine, la même démarche dans une dimension spirituelle de l'art. Une rencontre pour l'anecdote: “Nouvelle Eve sortie d'Adam prolongé”· L'époux de Monique THOMASSETTIE c'est Gérard ADAM, l'auteur de ce remarquable “Arbre blanc dans la Forêt Noire”. Tous deux ont, en Gaume et en Ardenne, plus que de solides amitiés. A lire l'un et l'autre, dans des registres différents, avec une même passion...”

Jean Militis
"Diffusion Elvar", 1989



“ «Dieu se dit: A Mon tour de Me reposer.
«Et sagement, Il s'en fut vers son dimanche.
«Quant à son ombre, Elle n'était plus dedans.
«Elle était dehors. Et put donc voir».

Elle dit. Et c'est son conte, et son poème: «Je ne saurai jamais la fin de ton histoire, Oma... Tout comme Je crains de ne jamais pouvoir Me rappeler tout à fait la Mienne. Dieu, si Tu pouvais Te réveiller, Nous bavarderions de tout ceci. Sans doute voyais-Tu tant de choses au ciel que cette boule-ci T'était lointaine. II fut un temps pourtant où Tu leur parlais. Que disais-Tu ? Que répondaient-ils?»

«Je pourrais aussi les mettre en garde, ou les féliciter. Mais à quoi bon? Ils sont indépendants, à présent. Parfois Je souffle doucement quelques mots. Mais Je le fais au-dessus des déserts. Savais-Tu que leurs oreilles avaient changé ?».

Mémoire. Monologue en majuscules. Secret qui peut-être questionne. Dieu, à l'Ombre de Dieu.

Ici aussi, la terre. Boule de malédiction, de divination. Avec ses fourmillants spectacles quotidiens, ses aventures du passé. Son présent inconnu: «Par la lucarne de sa chambre, J'aperçois une fillette. Elle a douze ans. Penchée sur un cahier, elle écrit du théâtre. "Le marchand d'ombres chinoises." Des ombres, tiens, c'est intéressant. Tu dirais, Dieu, que ce sont des chimères». Le temps. Mais qui ici dirait qui est qui? Qui dirait, ou dira, ou aurait jamais dit la durée coupée par la vie des heures? Le récit?

Elle dit encore: «L'amnésique a jeté ses pinceaux. Jette aussi les couleurs sur ses toiles. Les déchire par endroits. Qu 'y a-t-il derrière? Rien. Fermons les trous-fenêtres. Avec du ciment. Avec du goudron. Recousons-les de fil rouge. Le blanc de la toile n'a plus rien d'immaculé. II fait peur!».

Les décideurs. Les futuribles. Les stratégies du non-dit. Le tourisme en images. La culture, et le guide des mots...

L'origine. «C'est suite à ce malheur qu'Elle apprit à Se taire, et à dormir pour oublier. Mais non... Ce n'est pas ainsi... Sa mémoire défaillante Lui rap­pela la mémoire défaillante de Dieu. II venait de chercher Femme. II L'avait donc oubliée? Oublié Sa retraite. Elle, à peine S'était-Il manifesté, qu'Elle avait surgi, les yeux grands ouverts. Sans s'étirer chattement, ceci était de l'histoire ancienne. Histoire ancienne... Un doux murmure La tira de son hébétement. Autour d'Elle... non... Cela venait de la boule oubliée dans Ses bras. Elle la regarda». Oui: regarder. Ferait-on des scènes de ménage à Dieu? L'Ombre de Dieu. La fatigue des yeux. L'image des origines de l'image. Des histoires qui tournent court à l' Amour. «Pour qui suis-je belle ?» dit-elle. Elle.

Les bouddha, autrefois, avaient pouvoir de faire surgir des îles du néant. Mais, aujourd'hui, la poésie?.. Des îles? Elles mouraient de solitude au fil de l'écriture. Et qu'en pourraient penser les habitants du monde?

Elle dit... Le chant du Samadhirajasutra disait: «L 'Eveil est illustré par le sensible et le sensible par l'Eveil. Par une parole inadéquate on enseigne le suprême Eveil»...

Mais qu'en liront les habitants du monde?”

Rouve Hauser
"Le Journal du médecin", 1989






Un Voyage ou Journal d'un peintre, Conte, Luce Wilquin, Avin, 1993

Couverture : tableau de l'auteur, 1986, La Sortie
À l'intérieur : 5 tableaux et 1 gouache de l'auteur
Préface de Michel Joiret

"Un road-movie intérieur traduisant la quête d'une artiste", Gilpro

124 pages. ISBN 2-88253-038-2



À cette époque, un fouillis de sensations et pensées
s'entrechoquaient dans mon esprit. Mon chaos aspirait à l'ordre.
Nul ne me venant en aide pour séparer
mes terres de mes eaux, je décidai de m'y jeter.


Ma vision était musicale.
À tel point que ce souvenir intense reste encore aujourd'hui imprégné
de mouvements romantiques,
me persuadant que toute la musique – inépuisable – n'a pas encore été écrite.


Extraits



Mis en ligne le 6 février 2012 :
Un Voyage ou Journal d'un peintre n'a pas été bien compris par ceux qui n'ont voulu voir que le peintre (à cause du titre).
Ma peinture, c'est un peu l'arbre qui cache la forêt de mon écriture.
Forêt qui n'a, bien sûr, qu'une seule plume. (5 février 2012)



Mis en ligne le 3 janvier 2012 :

Comme mes autres livres, mon Voyage... n'est pas seulement imaginaire. Il est aussi "de terrain(s)", car concrètement (et intuitivement !) nourri de ce que j'ai vécu dans d'autres pays et continents – d'autres cultures. Il s'agit d'un conte dans lequel des personnages racontent d'autres petits contes (idée qui me vint en lisant Novalis). Un de mes tableaux (réalisé en 1989 et reproduit ci-dessous) m'inspira (la même année, soit en 1989) le conte de la page 73, où je donne au Vent quatre mouvements...
Le 4ème : ... une tempête menace. (...) L'écervelée brandit le fil arraché à l'horizon. Le fait claquer, comme un fouet. Sa tension le raidit en zigzag. Apparaissent des chevaux sauvages, qu'elle monte avec souplesse. Je ne vois pas qui dompte l'autre. Dans le flou de la vitesse, elle forme avec l'animal l'image d'une centaure. (page 74)


Ligne d'horizon

Mo. Tho., La ligne d'horizon, 1989

©
© © © et plus, car pour moi souffler
n'est pas "souffler" au sens de "s'approprier".
Cynique et voleur est le "souffle" vénal
qui en met plein la vue et l'ouïe.
Un jour, dire toute ma déception de ce monde.
© Nom de Déesse ! 

"Le (la) poète a dit la vérité ..." – Guy Béart
"Exécutée" ? Je suis immortelle
Voyage



Les Seins de lune, Contes, Luce Wilquin, Avin, 1998

Seins de Lune


Couverture : tableau de l'auteur, 1990, Éclaircie

"Le temps qui passe est (…) l'un des thèmes principaux de ce livre, un des éléments qui en font l'unité. Et cela dès l'épigraphe: 'Le temps n'existe pas au fond de l'être'.
"… Et puis, il y a l'essentiel; l'écriture. Porteuse d'émotions, évocatrice, maîtrisée, lumineuse. Au premier abord, cette écriture paraît fluide, simple et limpide; puis on y plonge et l'on s'y perd. Écriture de poète pour qui le mot et la phrase sont musique et son, forme et lumière."
Liliane Schraûwen, le Non-Dit n° 42

En automne 1995, j'ai donné au Prix du Parlement de la Communauté française de Belgique le manuscrit de mes contes Les seins de lune. Le S majuscule, je le mis au moment de la publication, de même que j'ajoutai alors deux autres contes écrits en 1996. M. Th.

126 pages.ISBN 2-88253-101-x



Dieu sur le pont, Nouvelle, Chouette Province, Marche-en-Famenne, 1999

À l'intérieur : 2 dessins de l'auteur

Naguère, je me demandais comment fermer les portes de ma maison sans toutefois colmater les brèches qui avaient fait de mes murs d'invisibles dentelles. Car s'y glissaient tant d'âmes en perdition, en demande, mais aimables toujours. Elles finirent par s'agglutiner, révélant parfois leurs contours, leurs mats reliefs blanc-argent… Extrait

22 pages. D/1999/4025-03/3
Publié avec l'aide du Département des Affaires culturelles de la Province du Luxembourg.

Dieu-Pont



La Source d'Incandescence, Conte, la Page, Beauvechain, 2004
Source d'Incandescence
Couverture : tableau de l'auteur, 1990, "Les Visiteurs du soir"

Inde – du Nord et du Sud, Inde, mon amour, ma patrie d'imaginaire, qui demeure en moi, ainsi que tous mes voyages. Dont je revins éblouie et comblée, enrichie de poésie, mais si triste de dieux blessés. Douloureuse et injuste faillite d'une maison d'éditions, qui dut tourner sa dernière page, effaçant ma belle histoire, ma si belle et profonde histoire, mon impérieuse et originelle idée. Ô toi, enfant indien qui me donna ta main confiante, je te ressemble, mendiant autant d'amour que j'en donne. Patrie = "pays du père"... Papa, tu t'en allas peu après mon retour d'Inde du Sud (le Nord, je le visitai en 1978). Ce pays et ta disparition me sont ainsi liés. Parallèlement à ce conte-ci, j'écrivis mon récit autour de ta mort : La Source raphaëlle... Sans toi, Papa, Maman s'est  sentie "expatriée"... Et moi, et moi... De nulle part, pour reprendre les mots de Blaise Cendrars, je vais partout... Hommage à la mémoire de Paul Paquay qui me parla de Cendrars – il y a bien longtemps... Partout... Et surtout au-delà de partout... Au-delà de l'ailleurs et de l'ici : au pays de Poésie...
Au pays de Poésie / la solitude est loi / et les mots sont mes frères (1994, extrait de mon Triptyque)
(M. Th., 18 mars 2009)

"En général, la métaphysique poétique est dédaignée ou admirée selon la notoriété des auteurs. Dommage. Un léger effort, et nous entrons dans cet ouvrage écrit, conçu en partie en Inde du Sud, mais dont le premier frémissement est dû à la mort d'un arbre familier contemplé d'une fenêtre avant son abattage. (…) Comme toujours, chez Thomassettie, le peintre et son trait s'ajoutent à celui de l'écriture et sa 'voyageuse', en errance onirique dans une contrée contrastée, est dominée par ce que Élie Faure nomme 'l'esprit des formes et des couleurs' (…) À méditer."
Marie Nicolaï, Nos Lettres, août-septembre 2004

106 pages. ISBN 2-87432-007-2



La Musique promise, Conte, Eole, La Roche-en-Ardenne, 2004

Couverture : tableau de l'auteur, 1995, Paysage intérieur

Ce musicien, elle l'avait à la fois engendré et créé : peint.
Ce jeune homme couronné d'orgues, au visage pensif, recueilli sur des airs que son pinceau avait rendus marins, émergeait de vagues émeraude et saphir.
En ce monde, des signes nous sont donnés. Mais nous restons là, les yeux grands ouverts et voilés. Le regard aussi émouvant que celui des nouveaux-nés qui ne perçoivent pas encore nettement l'univers… Extraits

96 Pages. ISBN 2-87186-103-X

Musique promise



Au tendre matin d'une éternité, Conte, Eole, La Roche-en-Ardenne, 2005
Tendre matin
Couverture : tableau de l'auteur, 1979, Le voile en forme de rose

"Résumer un livre de Monique Thomassettie n'aurait pas plus de sens que de tenter de synthétiser une sonate de Scriabine ou un tableau de Jackson Pollock. Le but de l'auteur n'est d'ailleurs pas de nous raconter une histoire mais de nous faire entrer dans un monde presque idéal où vont se rencontrer une femme-poète et son voisin pianiste, rencontre qui se produit grâce à la balle (magique…) d'une enfant, que celle-ci envoie par-dessus le mur mitoyen de leurs jardins (…) L'écriture de ce conte quasi entièrement inspiré par la musique est très travaillée, cherchant constamment à traduire l'indicible, l'invisible, l'essence même d'une entente, d'une communion entre deux êtres faits pour 's'entendre', entre deux arts, celui de la parole poétique et celui de l'harmonie des sons."
Michel Ducobu, Reflets Wallonie-Bruxelles, N° 4

100 pages. ISBN 2-87186-17-X



L'âme dénouée, Contes et pensées, Eole, La Roche-en-Ardenne, 2006

Couverture : tableau de l'auteur, 1997, La Pensée
À l'intérieur : 2 dessins de l'auteur

"… aucun tiroir ne convient à cette littérature inclassable, d'une richesse foisonnante, méditation poétique sur le rêve et le réel, sur les divers niveaux et sources de la connaissance, qui ambitionne de 'métamorphoser le chaos du monde en un foisonnement imagé' (…) À lire, et surtout à relire, tant il faut passer et repasser par ces chemins de métaphores, les méditer pour s'en imprégner".
Gilpro, CritiquesLibres.com

208 pages. 
ISBN 2-87186-132-3

Ame dénouée



Un cœur symphonique, Conte, Bibliothèque En Ligne des Auteurs (BELA – Scam), 2006

Que n'a-t-elle d'abord écrit sur papier et avant d'allumer son ordinateur ce qu'elle va tenter de se rappeler! Car le bruit de la machine informatique occulte maintenant celui de l'air qu'elle entendait par sa fenêtre ouverte, l'air véhiculant des sonorités estompées de dimanche après-midi… Or, ce sont elles qu'Albine voulait décrire et introduire dans une symphonie volontairement rendue floue par le recul, tel un tableau dont le style impressionniste serait dû à la myopie d'un peintre voulant se passer de lunettes afin d'avoir le regard naturel et nu. Mais ce n'est pas d'un trouble de l'ouïe qu'il s'agit ici (…), c'est du désir d'entendre flou, d'entendre la distance. Extrait

35 pages téléchargeables gratuitement.




Une Suite mouvante, Nouvelle, Ville de Mons, 2007
Suite mouvante
… Dès son entrée dans la salle peu philosophiquement appelée 'des pas perdus', une sensation d'errance la gagne. Elle éprouve souvent cela dans les gares. Leur ambiance agitée lui serre le cœur. Ces départs, ces arrivées, ces attentes qui mettent entre parenthèses le courant de vies, plongeant chaque passager dans une sorte d'autisme où les bruits résonnent désagréablement (…) En vérité, l'espace autour d'elle se chiffonne et se froisse dans les lieux où les gens passent sans se rencontrer, enfermés dans un cheminement existentiellement solitaire. Extrait

12 pages



Mon beau Cygne perlé, Conte, Chloé des Lys, Barry, 2007

1° page de couverture : tableau de l'auteur, 1991, Printemps
4° page de couverture : tableau de l'auteur, 1992, Montagne


" (...) ça bouillonne, ça fuse, ça nous plante une mosaïque de mots, de phrases courtes et sèches comme des notes prises au vol, qui nous bombardent de paroles, s’ajustent, se suivent, se heurtent, se chevauchent en un panorama à donner le vertige, l’inconscient amené à la lumière de la conscience et démantelé pour être mieux approfondi… en suivant le parcours initiatique de Philipp Active et Miranda Partage - personnages aux noms éminemment symboliques.
Explorations oniriques, poétiques, philosophiques, puzzle complexe de l’écriture de cet auteur inclassable, qui nous découvre son labyrinthe et nous invite à le décrypter avec elle, pas à pas. Mais comme l’annonce un de ses poèmes, 'le labyrinthe est nœud pensif'. Arriverons-nous jamais au bout du voyage ? (...) "

Isabelle Fable, Reflets Wallonie-Bruxelles, N° 15





" Initiation onirique

Poétique, tendre, mystérieux, presque magique, ce recueil appelle diverses lectures, celle du conte d'abord, initiatique et lyrique, celle de l'interprétation ensuite, multiple et variable.
Tout commence avec l'argile originelle, avec Miranda. Miranda Partage, ainsi nommée par l'Homme. Etre réel et virtuel à la fois, mélange de fantasme et de concept.
Miranda Partage écrit un journal original; elle y parle d'un vieil arbre, d'un univers onirique tellement particulier, de la mémoire et de l'oubli, de l'Infini et de Dieu. Dialogue étonnant et percutant entre Miranda et Dieu, des interpellations pleines de bon sens, des rêves et des envies.
Comme ce conte philosophique "Ogrodoi et le petit Pois", accordant leur vraie valeur aux choses.

"Ogrodoi resta coincé dans le cadre, tandis que les mille et un éclats tournaient autour de lui en impertinente gravitation...
Il s'était voulu le centre de l'univers, l'attraction incontournable...
Il apprit, à ses dépens, que pour être attraction dans un monde équitablement mesuré, il faut être contournable!" (page 31)

Ou cette plongée dans le Labyrinthe de Philipp, l'Homme:
"Une Vue panoramique du Dédale le résout-elle mieux qu'une exploration détaillée?" (page 34)

Une fois de plus, Monique Thomassettie nous entraîne sur un étrange chemin, parcours jalonné de richesses, de tiroirs à secrets et de portes dérobées, qui peuvent désarçonner, voire carrément perdre le lecteur, qui finira tôt ou tard par retrouver le fil, qu'il soit ou non d'Ariane, parce que d'une manière ou d'une autre, les échos se feront entendre et nous raccrocheront à une forme de réalité transcendée par la poésie de l'auteur qui lui donne un visage, une valeur, une autre écoute. Magie particulière nous invitant à regarder autrement autour de nous. "

Sahkti, CritiquesLibres.com, 14 février 2008 





" Pas facile, de présenter cette oeuvre ! Tout commentaire serait ou paraphrase, ou réducteur. L'auteur l'appelle « conte », mais j'y vois plutôt un cheminement initiatique apparenté aux mythologies, provisoire aboutissement d'une démarche spirituelle, mystique autant que poétique. L'oeuvre est d'ailleurs la suite et l'aboutissement d'une autre, « Un coeur symphonique », par laquelle s'ouvrait le recueil « L'âme dénouée ». Si la lecture de celle-ci n'est pas indispensable, elle n'en offre pas moins un éclairage précieux. Elle mettait en scène un écrivain, Albine, avatar de l'auteur, qui ne parvenait pas à donner son envol à un personnage resté pris dans les limbes de sa méditation. Celui-ci, Philipp, devient enfin le héros du présent conte, dans lequel, de temps à autre, réintervient Albine, pour rectifier son cheminement, orienter notre compréhension.

Comme tous les héros des contes, Philipp « Active » doit affronter des épreuves et vaincre une incarnation du mal, ici le tyran Ogrodoi. Impossible de narrer les péripéties. Ne prenons que l'origine du héros, issu de la sculptrice Miranda « Partage », qui l'a créé en modelant une de ses pensées dans l'argile originelle, et à laquelle en retour il insuffle vie par le présent d'un miroir aux étranges propriétés. Miranda l'accompagnera sous la forme de trois avatars : Vanessa la dramaturge somnambule, reine d'un rêve, autrefois délaissée par Philipp ; Emma la musicienne qui fuit l'Histoire, rencontrée nue dans la fontaine qu'a remplie ses larmes ; Flavia la danseuse flamboyante, experte en art amoureux. Quatre grâces, quatre éléments, réunis en une totalité féminine, et pourtant distincts.
Au fil de son périple, Philipp sera initié à la perplexité de Dieu et à son « impuissance panoramique », à la nature des Dieux et des dieux, et à bien d'autres choses : qu'avant même l'Univers existe « l'Entre », ou que « quand la totalité s'exerce en nous, elle nous fait danser ». Il lui faudra explorer un dédale en profondeur, escalader son pendant symétrique, le mont Eladèd. Il croisera un ermite, rencontrera un papillon, un cygne, un mandala, réconfortera un ange gardien déprimé qui s'attachera à ses pas. Il sera pris pour cible par une lanceuse de traits spirituels sous forme de couteaux qu'il devra éviter par la souplesse. Enfin, initié, il pourra, par la rectitude de son verbe, et assisté par le théâtre de ses protectrices, défaire – provisoirement – tous les tyrans Ogrodoi de tous les niveaux de conscience et d'existence.
L'ouvrage est composé en quatre partie, que l'on peut interpréter comme invitation au voyage, labyrinthe intérieur, affrontement du réel, chant de célébration, avant de s'apercevoir que tout est en tout et peut être inversé, jusqu'à fusionner dans la poésie les différents niveaux de notre être et de l'Être.
Dans les mythes classiques, les tribulations, les épreuves, les actes de héros manipulés par les dieux, sont narrés au premier degré. Libre au lecteur, à l'auditeur, au spectateur, d'en tirer ses interprétations (la psychanalyse en a fait son fond de commerce) ou de se tenir au niveau de l'histoire, qui peut se suffire à elle-même. Ici, par contre, les personnages m'apparaissent comme des pensées, des concepts, des visions poétiques, incarnés et animés certes, mais se mouvant en permanence dans le champ du rêve, de la méditation, voire de l'abstraction. Ce qui impose d'emblée un niveau philosophique et méditatif à la lecture, comme une échelle dont l'auteur aurait ôté le premier barreau. Mais telle est la hauteur de cette échelle que cette obligatoire enjambée, aussi ardue soit-elle parfois, obtient bientôt sa récompense."
Gilpro, "Babelio", 9 juillet 2014
et
CritiquesLibres.com, 15 février 2008


164 pages. 
ISBN 978-2-87459-300-0
cycne perle



L'Opéra sidéral, Trois contes fantasques et 21 dessins, M o n é v e i L, Bruxelles, 2008
opera sidéral-2

1° page de couverture : encre de Chine de l'auteur, 1998
4° page de couverture : encre de Chine de l'auteur, 1997
À l'intérieur : 21 dessins de l'auteur


"(…) Monique Thomassettie focalise certaines médiations sur la protection de la nature et ses puissances transformantes. Le fantastique y devient fantasque et généreux. Parfois violent ou progressivement réorienté. Inattendu, de toute façon. Trente-trois livres composent aujourd'hui l'œuvre écrite de Thomassettie. (Cet) ouvrage se souvient des arts plastiques avec (des) dessins à rapprocher des rythmes de ses tableaux ou même de la caricature. Thomassettie transpose sa vision de l'univers, et ses valeurs. Ses méditations sur la protection de la nature y sont plus généreuses encore. (…)"
Luc Norin, "Été", La Libre Belgique, 13/06/2008


" Exploration onirique de l'autre
Monique Thomassettie nous présente trois contes qui, nous indique-t-elle en introduction, retombent sur leurs pattes avec humour. De l'humour, c'est vrai qu'il y en a dans ces récits mais je parlerai aussi et surtout de questionnement intérieur, ce cheminement d'un récit qui évolue au fur et à mesure de l'avancement des intentions de l'auteur, pas forcément précises dans sa tête au départ, mais voguant sur une structure de construction qui est également celle de l'esprit de Monique de Thomassettie, apprenant et questionnant au fur et à mesure de la création, ouvrant ainsi progressivement de nouvelles portes vers des univers jusque là peu ou pas explorés.
J'ai ressenti un beau coup de coeur pour le premier texte, L'opéra sidéral, qui nous conte le voyage de Ode, jeune femme au moral assez bas, habitant sur terre, cette dernière n'ayant plus comme seul moyen de subsistance qu'une énergie nouvelle qu'elle pompe sur une planète récemment découverte, Scintilla/Cynthia.
Ode a peur du terrorisme, peur de la peur aussi, elle survit plutôt qu'elle ne vit, car elle n'arrive pas réellement à se créer un parcours qui ne soit semé des embûches que ses craintes font naître. Cet univers étrange, surréaliste, est entouré des couleurs des "Histoires extraordinaires" de Poe, qui parsèment le récit, servant de garde-fou à cette femme qui fait la connaissance d'un sourcier, fou ou utopiste (mais les deux sont-ils indissociables? Vaste débat), dont le but est de faire jaillir l'eau en ville, les sources ayant trouvé refuge à la campagne. Il ignore qu'en tentant à tout prix de planter sa tige de sourcier dans le sol urbain, il risque de fissurer les conduites qui véhiculent la précieuse nouvelle énergie dont a besoin la Terre.
Monique Thomassettie rebondit ensuite, de bien jolie manière, via Luigi Pirandello, et imagine une suite à son premier conte, ou plutôt une histoire dans laquelle les trois personnages du précédent récit n'auraient pas attendu sa plume pour avancer. Leur avoir donné un nom signifie, pour eux, avoir coupé les ponts et se débarrasser de la main qui les guide; alors ils se mettent en scène eux-mêmes, sous le regard attaché/attachant et plein d'indulgence de leur créatrice, qui les contemple d'un oeil curieux et lucide.
Les voir évoluer de la sorte est amusant.
De quoi nous amener tout en douceur et en poésie vers une série de dessins réalisés par Monique Thomassettie, croisement de portraits, d'affinités et de solitudes. "les Mots veillent" ou des dessins se suffisant à eux-mêmes, créant des scènes que le lecteur peut librement interpréter, se laissant guider par le choix de disposition de Monique Thomassettie ou créant lui-même son propre recueil d'histoires.
Une nouvelle exploration poético-onirique, à savourer par morceaux tant l'univers de Monique Thomassettie est riche et mérite qu'on s'y attarde."
Sahkti, critiqueslibres.com, 9 mai 2008


96 pages. ISBN 978-2-9600794-0-1




T l i m i a s l o, nouvelles, MEO-éditions, Bruxelles, 2008

Couverture : tableau de l'auteur, 1985, La rose
À l'intérieur : 2 dessins de l'auteur

108 pages. ISBN 978-2-930333-23-6



"Avec Monique Thomassettie, nul ne sait où il embarque, sur quel esquif, ni pour quelle destination. Il ne reste qu’à se laisser emporter sur des flots mouvants, imprévisibles, jamais conventionnels. (…) Impossible de raconter ces textes, impossible même de les cataloguer. Nouvelles ? Mises en scène de méditations poétiques ? On y croise la petite Claire de la gare chère à Paul Delvaux, qui projette sur les trams de son existence actuelle les trains qui l’ont bercée enfant. Devenue elle-même peintre, méditant sur les souffrances infligées à des enfants, elle retrouve sa gare. “Pour ces enfants meurtris, Claire dessinera (…) l’histoire d’un petit oiseau dont les ailes furent tant abîmées qu’il ne put plus voler. Devenu funambule, il sautille maintenant sur des fils invisibles, des fils spatiaux qui relient les âmes”. (…) Impossible de raconter, du moins sans réduire, puisque tout détail, tant concret qu’abstrait, est ici indispensable, qu’il nous faut sans cesse glisser d’une narration à une intuition, d’une intuition à une pensée, d’une pensée à une perception spirituelle, mais avec une rigueur dans cet enchaînement, qui ne se découvre qu’ensuite, lorsqu’on sort du livre et se prend à en rêver pour mieux y revenir. Livre rare, presque incongru dans un monde où “ lire” n’éveille l’intérêt qu’associé à “fureur” et “mots” que dans le cadre d’un “marathon”. Nulle fureur, ici, nul marathon, mais une incitation à s’asseoir, contempler, méditer, baignant dans une douce mélancolie, maîtrisée, qui par instants confine au bonheur."
Gilpro, CritiquesLibres.com, 3 novembre 2008



"Une fois encore, notre amie Monique Thomassettie nous offre un moment de pur bonheur livresque par le truchement d'un splendide recueil de nouvelles, dont la poésie n'est jamais absente, mais est-ce bien nécessaire de le préciser lorsqu'on connaît l'œuvre multiple de cette artiste pluridisciplinaire?... Dans cet ouvrage, l'auteur nous entraîne à sa suite sur des chemins de haute spiritualité, où quotidienneté de l'être et réflexionnel se mêlent avec talent pour réinventer la légende humaine... Les images scripturales sont ici d'une grande beauté et d'une rare sensibilité... Monique Thomassettie "langage" un monde intérieur d'onirisme et de réel confondus, détourne les apparences pour créer l'événement et redéfinir une pensée personnelle toute d'originalité et de prescience... Il y a, en filigrane de chaque texte, une âme qui vibre, une conscience qui s'exprime, une vie qui conte l'indicible... Voix inspirée d'une littérature de l'Autrement, Monique Thomassettie quête l'improbable d'un mythe humain en lisière d'existant... C'est tout simplement magnifique et bouleversant!"
Nathalie Lescop-Boeswillwald, "Les Amis de Thalie" N° 58 – 4° trimestre 2008



"Sur les routes de l'apprentissage. Monique Thomassettie maîtrise le bel art d'entraîner son lecteur dans d'étranges contrées, oniriques et mystérieuses, transformant l'univers en un monde luxuriant. Tout n'y est pas que volupté et l'enchantement n'est pas forcément partout présent dans cet espace qu'elle esquisse sous nos yeux, car il y a des embûches, des interrogations, des retours sur soi qui obligent à affronter la mémoire ou la réalité dans ce qu'elles peuvent avoir de difficile.
Voyage ardu auquel il convient de se préparer, mentalement s'entend, histoire de se laisser emporter et dériver au gré des expériences artistiques de l'auteur. Des expériences foisonnantes, étonnantes, enrichissantes à coup sûr.
 Avec au bout d'un chemin, des surprises... 

'Elle songe, en faisant un lapsus. Au long d'un Avenir... Elle voulait se dire: Au long d'une avenue, j'ai vu marcher une conscience.' (page 63)

 Le recommencement éternel de la vie est un des moteurs de ce recueil qui se découpe en textes très personnels. Que ce soit le soleil qui se lève, les bourgeons qui fleurissent ou les arbres qui restent vivants envers et contre tout, un cycle nous entraîne vers un autre, plus complexe, car notamment doté de mémoire et d'expériences à apprivoiser. Mais cela est-il possible?
 De nouvelle en nouvelle, Monique Thomassettie nous confronte à des êtres qui se cherchent, se trouvent ou non, nous apportent des réflexions sur eux-mêmes et leurs pairs, sur l'existence menée et à venir. Ce patchwork d'émotions et d'interrogations crée au fil des pages un canevas dans lequel diverses pistes se croisent et se décroisent, à l'image de nos multiples parcours. A l'image aussi de cette carrière si riche de l'auteur, artiste complète.

 Un livre à parcourir comme vaste promenade avec des bancs, des arrêts, des tableaux à contempler puis des pas à poursuivre et l'avancée, encore et toujours, vers quelque chose. De préférence l'inconnu. C'est tellement mieux et Monique Thomassettie le sait."
Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 34 ans), CritiquesLibres.com, 12 mars 2009

Sahkti et bien d'autres me perçoivent en guide ...

Je ne crains pas le chemin / Il m'explore et me rebrousse
2001, Variations pour songe sur un insaisissable Absolu, M. Th.

Quand l'âme est à sa plénitude, le corps suit.
1999, La portée d'exil, M. Th.


Le 20 décembre 2008, j'apprends par LE SOIR en ligne cette parole de Victor Hugo à propos de la mort de son personnage Javert ("Les Misérables") : "Si cette fin n'émeut pas, je renonce à écrire à jamais". Moi, elle m'a émue, émue au point de m'inspirer une nouvelle (la 9° de mon recueil : T l i m i a s l o). À ma manière, j'y développe l'éveil d'une conscience ou l'émergence de l'intelligence d'un cœur, éveil ou émergence que Victor Hugo avait magistralement ébauchés... Cette lumière subite étant trop forte à assumer par cet inspecteur habitué à un fonctionnement obscurantiste, le génie littéraire et humaniste l'avait fait se jeter et se noyer dans l'opacité des eaux sombres de la Seine – puisque le roman se passe à Paris. Mais "ce n'était pas de l'eau, c'était du gouffre" ! Un mot encore : j'ignorais qu'une suite avait été écrite à Cosette et Marius. Ce besoin d'écrire ce genre de suite est peut-être de l'ordre de celui qui pousse à imaginer des variantes aux contes classiques : un besoin de rassurer en adaptant à des temps présents et ouverts des situations jadis désespérées. "... en d'autres termes, et à un point de vue plus étendu encore, tant qu'il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles.", Victor Hugo, Hauteville-House, 1862.
M. Th., mis en ligne le 20 décembre 2008, 12 h. 38


Dimanche 6 mai 2012, avant 13 h. Radio ("La première"), à propos de la nudité. Un interviewé appelle "L'Origine du monde" de Courbet (tableau que j'évoque dans T l i m i a s l o, page 49) : "l'extrême de la nudité". Ce mot "extrême" m'étonne : les hommes "ne pensant qu'à ça", il s'agit moins d'extrême que de centre ! Le titre de ce tableau, en fait, est gynécologique. Pour les médecins, les accoucheurs et les sages-femmes, cette intime et essentielle nudité est naturelle et normale.
P. S. : "Extrême" signifie aussi "intense". C'est une question de regard. Il y a l'intensité sexuelle, et l'intensité maternelle.
M. Th., mis en ligne le 6 mai 2012, 13 h. 54
P. S. : 6 mai 12, 16 h. 55
 


Tlimiaslo



Nom de Déesse, contes, M o n é v e i L, Bruxelles, 2010

Nom de Déesse

1° de couverture : Les yeux dorés, 1993, tableau de l'auteur
4° de couverture : Écritures, 1999, encre de Chine de l'auteur


Marie n’a-t-elle pas écrit, Marthe ne sait plus où, que les dieux rient ?
Pas déesse, moi ? pense-t-elle à présent. Si Marie me voyait !
De son côté, Marie s’était dit qu’aux grands maux, il faut de grands remèdes. Plus qu’un bras d’honneur, un coup de pied au cul peut rendre justice. Mais ceci, elle ne l’écrirait pas, c’est trop réaliste, même si Marthe apprécierait. Extrait



Inédit-238-1

Paul Van Melle, "Inédit Nouveau" N° 238


90 pages. ISBN 978-2-9600794-4-9




Un arpège de paix, Fables, M o n é v e i L, Bruxelles, 2011

1ère de couverture : Fragment du tableau reproduit en 4ème de couverture
4ème de couverture : Le cavalier, 1991, tableau de l'auteur

... nous ne sommes qu'un fragment d'un vaste monde ...
Extrait

76 pages. 
ISBN 978-2-9600794-6-3




Un arpège de paix


Inédit-249


Paul Van Melle, "Inédit nouveau" N°249



Un arpège…


Tour d'Atmos, Parabole, M o n é v e i L, Bruxelles, 2012

Tour d'Atmos
Tour d'Atmos

Couverture : dessin de l'auteur, 2006

Atmos
Et non Patmos
Non pas une apocalypse
Mais peut-être une toute simple
genèse ?

Extrait

Inédit 258

Paul Van Melle
"Inédit nouveau" 258 – Septembre 2012


(la 22ème œuvre plastique est le dessin reproduit en couverture)


60 pages. 
ISBN 978-2-9600794-8-7






Echelle
Retour au sommet de la page

Solitude de Dieu
Retour à: "L'Écrivain"