Les Jardins Botaniques d'Eala et de Kisantu (R.D. Congo, Afrique),

centenaires (1900 - 2000)

par L. Pauwels

HOME

1. Le roi Léopold II fonda par décret du 3 février 1900 le Jardin Botanique d'Eala et le Jardin Colonial de Laeken. Un laboratoire de chimie à Tervuren devait exécuter des analyses sur du matériel colonial.

Lors d'une prospection agronomique du Congo Indépendant (1895-96) le prof. Emile Laurent avait déjà préconisé l'installation d'un jardin en région équatoriale près de l'actuel Mbandaka (ex-Coquilhatville).

Le premier directeur de ce jardin fut Mr. L. Pynaert, suivi de M. Laurent et de F. Seret. Le Jardin colonial de Laeken devait fonctionner comme relais dans l'introduction de nouvelles espèces. Un petit jardin d'introduction avait déjà fonctionné à Boma. En 1913 un célèbre botaniste, C. Vermoesen, prit la direction pour quelques années. Un herbier fut constitué et un laboratoire de chimie installé. Vers les années 1920 V. Goossens en fut également le directeur.

A partir de 1928 le jardin fut administré par la Régie des Plantations de la Colonie qui devint en 1933 l'Institut National pour l'Etude Agronomique du Congo belge (INEAC). Les grandes cultures prirent alors la route pour Yangambi, qui devint le siège principal du nouvel institut. Là des collections botaniques vivantes furent faites en fonction de la rédaction de la Flore du Congo. Un grand herbier fut organisé. Des spécimens d'herbier furent envoyés au Jardin botanique national de Belgique pour l'étude et des doubles furent gardés sur place. La Division de Botanique s'occupait de la Réserve floristique et du Jardin de l'Isalowe. Ainsi Eala fonctionnait plutôt comme un conservatoire des plantes introduites, tandis qu à Yangambi de nombreux botanistes s'intéressaient à la flore d'Afrique centrale.

Vers 1933 Corbisier-Balland prit la direction d'Eala pendant quelques années. En suite il y eu Leemans (1936) et Coûteaux (1936-38). Après la guerre, en 1945, Mr. Jean Léonard devint le directeur f.f. pendant un an.

Citons parmi les directeurs congolais de Eala: Nsimundele, suivi de Kibungu Kembelo (1972-82). Actuellement le directeur est M. Ntono Kanga.

Le matériel vivant du Jardin colonial de Laeken fut incorporé dans les serres de Meise en 1951 et nous disposons d'un inventaire LIVCOL de ce qui reste de cette collection.

.

2. En 1900 le frère J. Gillet quitta le plateau de Kisantu avec son potager trop petit et s'installa au bord de l'Inkisi, au lieu dit Yindu. La partie basse fut irriguée par le ruisseau Kungisi et la partie haute culminait vers une colline où il fit construire un calvaire. Ici il s'agissait d'une initiative privée stimulée par le père Van Hencxthoven, Supérieur de la Mission et de Mr. Costermans, Commissaire du district du Stanley-Pool.

Le frère Gillet était arrivé en 1893 avec la première équipe de missionnaires jésuites. Il vécut jusqu'en 1943. Sa succession fut assurée par le frère L. Gorissen en attendant que le père H. Callens soit prêt. Pendant cette transition, en 1944, Mr. R. Germain aida à dresser un plan du jardin indiquant l'emplacement des différentes espèces.

Le père H. Callens, arrivé en 1946, donna une nouvelle impulsion au jardin et faisait régulièrement des voyages de prospection botanique au Bas-Congo et au Kwango, où il a récolté un important herbier de plus de 5000 spécimens. Il eu des contacts avec plusieurs firmes pharmaceutiques auxquelles il livrait du matériel à examiner. Il fonda aussi l'école d'horticulture, qui est construite au milieu du jardin. En 1959 il partit pour Djuma et fut remplacé par le père R. de Laminne quittant l'école d'agriculture de Kimbau qu'il avait fondée.

En 1968 L. Pauwels vint le décharger de la gestion du jardin, mais il restait directeur de l'école d'horticulture de Kisantu. La période de 68 - 74 fut caractérisée par la récupération de la concession originale de 100 hectares, envahie par les agriculteurs des environs. Vers les années 1970 la Présidence décida d'agrandir le Jardin jusqu'à 225 hectares, de clôturer le tout, d'asphalter une route jusqu'au centre du jardin, de construire un restaurant. Pendant cette période le nombre de touristes devint très important. L Pauwels continua de livrer du matériel pour des analyses chimiques à des professeurs de Université de Kinshasa et à des laboratoires en Belgique et en Italie.

Dans les circonstances pénibles qui suivirent la zaïrinisation L. Pauwels donna sa démission. La Compagnie de Jésus décida alors de se séparer du Jardin. Celui-ci fut confié au Bureau de la Présidence, puis au Département de l'Agriculture et passa bientôt au Département de l'Environnement, de la Conservation de la Nature et du Tourisme; en 1978 un Institut des Jardins Zoologiques et Botaniques du Zaïre fut crée au sein de ce département.

Pendant la période de gestion par l'État le paiement des salaires devint très aléatoire et le personnel se découragea. Le premier directeur congolais fut Nsola (nommé en 1974), suivi de Nsimundele (arrivé vers 1976) et de Kibungu (depuis 1987). La situation financière ne permit plus d'entretenir convenablement le Jardin. Une aide de la Coopération Suisse pour le Développement, agencée par le BGCI (Botanical Gardens Conservation International) de Kew, permit de subsister durant une période difficile.

Les deux Jardins botaniques ont besoin d'une aide urgente pour sauver leur patrimoine scientifique et pour se développer à un niveau international.

Les différents catalogues publiés donnent une idée de l'évolution des collections:

Anonyme (1909) - Liste générale des végétaux cultivés. Jardin Botanique d'Eala (District de l'Equateur) : 34 p.

Kinds, R. (1911) - Liste des Végétaux cultivés au Jardin colonial de Laeken : 93 p. Bruxelles, Ministère des Colonies, Service de l'Agriculture.

Goossens, V. (1921) - Catalogue des Plantes Utiles du Jardin Botanique d'Eala et du Jardin d'essais annexe : 27p. Congo Belge, Province de l'Equateur.

Goossens, V. (1924) - Catalogue des plantes du Jardin botanique d'Eala : 180 p. Bruxelles, Ministère des Colonies

Staner, P. & Corbisier-Balland, A. (1931) - Essences à Bois cultivés au Jardin Botanique d'Eala : 23 p. Bruxelles, Ministère des Colonies

Staner, P. (1949) - Eléments d’Horticulture Congolaise : 172 p. Bruxelles, Ministère des Colonies

Pynaert, L. (1937) - Catalogue des Plantes cultivées au Jardin Colonial de Laeken. : 47 p. Extrait du "Bulletin Agricole du Congo Belge"

Pynaert, L. (1957) - Le jardin d'Eala. Zooleo 37: 211-230   http://www.nzenzeflowerspauwels.be/Eala_Pynaert.pdf, http://www.nzenzeflowerspauwels.be/Eala_Pynaert2.pdf

Robyns, W. (1977) - Pynaert, L , Agronome, horticulteur, directeur honoraire du Jardin colonial de Laeken. Acad. Scienc. d’Outre-Mer, tome VII, col. 316-320

Gillet , J. (1909) - Catalogue des Plantes cultivées dans les Jardins de Kisantu (Mission Bergeyck-St-Ignace) : 47p. L'Agronomie tropicale.

Gillet ,J. & Pâque, E. (1910) - Plantes principales de la région de Kisantu,leur nom indigène, leur nom scientifique, leurs usages. Annales du Musée du Congo Belge,  Bot., sér. V, IV, 1,120 p., Bruxelles

Kinds, R. (1911) - Quelques conifères précieux introduits et cultivés dans le Jardin de la Mission de Kisantu. Bulletin Agricole du Congo Belge, vol. 2,  3

Gillet, J. (1913) - Jardin d'Essais de Kisantu (Congo Belge). Plantes Introduites & Cultivées : 81p.

Renier, M. (1914) - Jardin d’Essais de Kisantu. Revue des Questions scientifiques, janvier 1914 : 12 p.

Perrot, E. (1915) - L'oeuvre botanique et culturale de la Mission de Kisantu (Congo belge), Bulletin de la Société Botanique de France, 62:2, 163-175

Gillet, J. (1927) - Catalogue des plantes du Jardin d'Essais de la Mission de Kisantu (Congo belge) 166 p. Bruxelles, Ministère des Colonies.

De Wildeman, E. & Durand, Th. (1900-1901) - Plantae  Gilletianae Congolenses : Bull. de l’Herbier Boissier, 2ème Série.

De Wildeman, E. (1944) - J. Gillet s.j. et le Jardin d'Essais de Kisantu (1866-1893-1943) : 119 p. Mémoires de l'Institut Colonial Belge, Section des Sc. nat. et méd.; Coll. in 8°, Tome XV

Robyns, W. (1955) - Gillet (Justin), Frère de la Compagnie de Jésus, missionnaire (Paliseul, 18.6.1866 - Kisantu, Congo, 22.7.1943) , Biographie Coloniale Belge, vol. 4,  col. 337-342

de Laminne, R. (1962) -  Le Jardin Botanique Frère Gillet à Kisantu. République du Congo : 12 p. Kisantu, imprimerie St. Ignace

de Laminne, R. (1969) - Le Jardin Gillet, Kisantu, République Démocratique du Congo : 15 p. Kisantu, imprimerie St. Ignace http://www.nzenzeflowerspauwels.be/Jardin_Kisantu.pdf

Pauwels, L. (1972) - Catalogue des plantes cultivées au Jardin Botanique de Kisantu : 51 p. Kisantu, Rép. du Zaïre http://www.nzenzeflowerspauwels.be/Kisantu72.pdf

Nsimundele Nkondo (1976) - Index Seminum quae Hortus Botanicus Kisantuensis pro mutua commutatione offert : 15 p. Institut des Jardins Zoologiques et Botaniques, Kinshasa, Rép. du Zaïre

Kibungu, K (1995) - Catalogue du Jardin Botanique de Kisantu : 68 p. Institut des Jardins Zoologiques et Botaniques du Zaïre (manuscrit).

Rosier A. (2000) – Justin Gillet et le Jardin Botanique de Kisantu : 16 p. C.J.C.D. Kisantu/Kinshasa


EALA

N 00°03' E 18°19' – voir carte

altitude : 350 m

à 7 km de Mbandaka (ex-Coquilhatville)

précipitations annuelles moyennes : 1761 mm

pas de saison sèche

température moyenne annuelle : 25,1° C

371 Ha

2500 espèces cultivées

herbier : 3600 spécimens

bibliothèque

directeur : NTONO KANGA


KISANTU

S 05°08' E 15°06' – voir carte

altitude : 525 m

à 120 km de Kinshasa et à 30 km de Mbanza Ngungu

précipitations annuelles moyennes : 1522 mm

4 - 5 mois de saison sèche

température moyenne annuelle : 22,6 ° C

225 Ha

2200 espèces cultivées

herbier : 6000 spécimens, surtout H.Callens, L.Pauwels et L.Nsimundele

bibliothèque : 6000 volumes

restaurantvue du Jardin, vue 2, palmetum, arboretum, rivière Inkisi, chapelle Sainte Thérèse,  calvaire

directeur : KIBUNGU KEMBELO