Cahier Didactique

Frida Kahlo


«  On me prenait pour une surréaliste. Ce n’est pas juste. Je n’ai jamais peint de rêves. Ce que j’ai représenté était ma réalité »

Frida Kahlo

FICHE TECHNIQUE

Frida Kahlo

FRANCE - 50' - 2000

Réalisation : Dominique Mougenot

Scénario : Scott et Laura Lindsay

Montage : Katie Mc Cabe

Recherches : Lindsay Harris

Production : D.P.M. Incorporation

Distribution : I.D.E, AK vidéo


LE FILM

Peintre de génie qui sut affirmer son style dans une société déchirée, et ce malgré de lourds problèmes de santé, Frida Kahlo reste une figure de proue de l'art moderne mexicain. Picasso disait à son sujet qu'elle était certainement la meilleure portraitiste du XXème siècle, et André Breton organisa lui-même, en 1939 à Paris, l'une des premières grandes expositions de ses œuvres en dehors du Mexique.

Aux confins du symbolisme, Frida Kahlo recrée un univers entier à partir de fragments de son moi et des traditions tenaces de sa culture. Les peintures de l'artiste, les photos et autres images d'archives constituent l'âme de ce film. Si le documentaire se veut biographique et purement pédagogique, la puissance de la personnalité de Frida, sa vie mouvementée et les épreuves qu'elle a subies en font un moment fort où jamais ne cède l'ennui. L'imbrication de sa vie et de son œuvre caractérisée par une douleur omniprésente, son penchant pour la peinture votive, sa fascination pour les autoportraits où se lisent les émotions, tout cela transcende le didactisme et conduit à une réalité étrange et fantasmagorique.

FRIDA KAHLO

Magdalena Carmen Frida Kahlo Calderón naît dans la « Maison Bleue », actuel Musée Frida Kahlo, au milieu d’un quartier populaire de Coyoacán au sud de Mexico. C’est la troisième des quatre filles de Mathilde et Guillermo Kahlo.

À l'âge de 10 ans, Frida est atteinte par la poliomyélite. Sa jambe droite s’atrophie et son pied ne grandit plus. Cela lui vaudra le surnom de « Frida-la-boiteuse » par ses camarades de classe.

En 1922, à l'âge de 16 ans, elle intègre l'Escuela Nacional Preparatoria, considérée comme le meilleur établissement éducatif du Mexique. Elle souhaite alors devenir médecin. Malgré l’intérêt qu’elle porte aux beaux-arts, elle n’envisage pas de se lancer dans une carrière artistique. Frida entame de brillantes études, et s'intéresse tout naturellement à la politique. Elle cherche, comme nombre de ses contemporains, à définir une âme mexicaine dans ce pays nouvellement indépendant.

Le 17 septembre 1925, Frida est victime d'un accident de bus alors qu'elle rentre chez elle après ses cours. Plusieurs personnes y trouvent la mort, Frida, elle, est grièvement blessée. Son abdomen est perforé, sa jambe gauche compte pas moins de onze fractures, son pied droit, son bassin, ses côtes et sa colonne vertébrale sont eux aussi brisés. Frida est alors contrainte à porter, durant neuf long mois, des corsets en plâtre et doit subir de nombreuses interventions chirurgicales qui l'obligent à rester couchée sur un lit d'hôpital. C’est alors qu’elle commence à peindre : pour l'aider, ses proches placent un baldaquin au-dessus de son lit avec un miroir pour ciel. Elle peut alors se servir de son reflet comme modèle, élément déclencheur d'une longue série d'autoportraits.

En 1928, Frida Kahlo s’inscrit au parti communiste mexicain PCM. Elle s’intéresse particulièrement à l’émancipation de la femme dans la société mexicaine qui est encore très machiste. Bien décidée à ne pas suivre le même parcours que la plupart des autres femmes mexicaines, elle souhaite voyager, étudier, profiter de la liberté et du plaisir.

Frida rencontre Diego Rivera dans l'auditorium de son école.

Admirative déjà du travail de ce peintre de 20 ans son aîné, elle ose lui demander son avis au sujet de ses propres toiles. Diego est impressionné par la force d’expression de la jeune Mexicaine. Rapidement, ils commencent à nouer une relation et s’installent ensemble à Mexico dans un atelier.

En novembre 1930, ils emménagent à San Francisco. Frida y fait la connaissance d’artistes, de commanditaires et de mécènes dont Albert Bender qui parvient à obtenir une autorisation d’entrée aux États-Unis pour Diego. En remerciement, Frida réalise, en 1931, le portrait double de Frida Kahlo et Diego Rivera inspiré de leur photo de mariage.

En 1930, Frida subit sa première fausse-couche. La fracture de son bassin, empêche en effet une position normale pour l’enfant et un accouchement sans problème. Mais elle tombe de nouveau enceinte lors d'un séjour à Détroit et perd l'enfant encore une fois. Ces deuils sont présents dans ses toiles notamment dans le tableau Henry Ford Hospital ou Le Lit Volant, dans lequel elle peint un fœtus masculin surdimensionné en position embryonnaire, l’enfant perdu lors de la fausse couche, le « petit Diego » qu’elle avait tant espéré porter jusqu’à terme.

Malgré son admiration pour le progrès industriel des États-Unis, la nationaliste mexicaine se sent mal à l’aise de l'autre côté du Río Grande. Ses tableaux traduisent sa lassitude et son dégoût des États-Unis et des Américains. Son mari, lui, reste fasciné par ce pays, mais consent à le quitter en décembre 1933. Ils rentrent au Mexique et s’installent dans une maison à San Angel, construite par un ami architecte et peintre, Juan O’Gorman. Des difficultés de santé obligent Frida à retourner à l’hôpital où elle doit subir un nouveau curetage.

Frida découvre alors que son mari a une liaison avec sa sœur, Cristina. Profondément blessée, elle quitte le foyer pour un appartement au centre de Mexico. En 1935, elle ne réalise que deux tableaux dont Quelques petites piqûres, qui évoque un meurtre par jalousie perpétré sur une femme. Pendant cette période, elle collectionne les relations extra conjugales, notamment avec d'autres femmes. Après un long séjour à New York, elle revient au Mexique après s'être assuré de la fin de la liaison entre sa sœur et son mari.


Le 9 janvier 1937, le président Lazaro Cardenas del Rio accorde, conformément à ses pouvoirs constitutionnels, l'asile politique à Léon Trotski. Lui et sa femme sont accueillis par Frida et Diego, à La Casa Azul (La Maison Bleue). Une brève liaison que l'on dit passionnée se développe entre Trotski et Frida. Elle exécute Autoportrait dédié à Léon Trotski où elle se montre sous son meilleur jour avec cette dédicace : « Pour Léon Trotski, je dédicace cette peinture avec tout mon amour… ».

En septembre 1938, André Breton est envoyé à Mexico par le ministère des Affaires Étrangères pour y prononcer une série de conférences sur l'état de la poésie et de la peinture en Europe. Avec sa femme Jacqueline Lamba, il est accueilli à Mexico par le couple Kahlo-Rivera. Frida Kahlo qui se défend pourtant d'être surréaliste, subjugue Breton. Une véritable et profonde amitié se noue entre Frida et Jacqueline.


Au début du mois d’octobre 1938, Frida Kahlo présente ses œuvres dans la galerie de Julien Levy à New York. La moitié des vingt-cinq œuvres présentées y sont vendues.

En 1939, Frida se rend à Paris à la grande exposition sur le Mexique organisée par le gouvernement Cardenas à la galerie Pierre Collé. Elle loge chez André Breton et rencontre les peintres Yves Tanguy, Picasso et Vassili Kandinsky.

Elle n'aime pas Paris, qu'elle trouve sale, l'exposition lui déplaît. Par-dessus le marché, Pierre Collé refuse d'exposer les œuvres de Frida dans sa galerie, choqué par la crudité des tableaux.


En décembre 1938, Frida et Diego divorcent. Elle ressent de grandes douleurs dans la colonne vertébrale et contracte une mycose aiguë à la main droite. En septembre 1940, elle se rend à San Francisco pour être soignée. Diego Rivera est également à San Francisco à la même époque, et propose à Frida de l’épouser de nouveau. Elle accepte, et le second mariage a lieu à San Francisco le 8 décembre 1940, jour de l’anniversaire de Diego. Ils s’installent dans la « Maison bleue » à Coyoacán après la mort du père de Frida.

En 1942, l’artiste est élue membre du Seminario de Cultura Mexicana, organisation créée par le ministre des affaires culturelles et composée de 25 artistes et intellectuels. Elle a pour mission d'encourager la diffusion de la culture mexicaine en organisant des expositions, des conférences, et la publication d'ouvrages.

À la fin des années 1940, l’état de santé de Frida Kahlo s'aggrave. Une nouvelle opération de la colonne vertébrale se complique d'une inflammation qui l'oblige à une troisième opération. Ce n'est qu'au bout de la sixième intervention (sur un total de sept) qu’elle peut se remettre à peindre, tout en restant couchée sur le dos. Au printemps 1953, la photographe Lola Alvarez Bravo organise la première exposition monographique de Frida Khalo au Mexique. Son médecin lui interdisant de se lever, c'est sur son lit d'hôpital qu'elle est transportée jusqu'à la galerie pour participer au vernissage.


En août 1953, on lui ampute la jambe droite jusqu’au genou. Cette opération apaise ses souffrances mais la plonge dans une profonde dépression.

Atteinte d’une grave pneumonie, Frida Kahlo meurt dans la nuit du 13 juillet 1954, à l'âge de 47 ans. Les derniers mots de son journal furent « J'espère que la sortie sera joyeuse… et j’espère bien ne jamais revenir… Frida ».


Elle est incinérée le 14 juillet comme elle le désirait : « Même dans un cercueil, je ne veux plus jamais rester couchée ! »


Ses cendres reposent dans la Casa azul à Coyoacan, sur son lit, dans une urne qui a la forme de son visage.


PAROLES ET TEMOIGNAGES

Les toiles révélaient une extraordinaire force d’expression, une description précise des caractères et un réel sérieux. Elles possédaient une sincérité plastique fondamentale et une personnalité artistique propre. Elles véhiculaient une sensualité vitale encore enrichie par une faculté d’observation impitoyable, quoique sensible. Pour moi, il était manifeste que cette jeune fille était une véritable artiste.

Diego Rivera 


« Ils ont tellement de foutus intellectuels pourris que je ne peux plus les supporter. Ils sont vraiment trop pour moi. J'aimerais mieux m'asseoir par terre dans le marché de Toluca pour vendre des tortillas que d'avoir quoi que ce soit à voir avec ces connards artistiques de Paris… Je n'ai jamais vu Diego ni toi perdre leur temps à ces bavardages stupides et ces discussions intellectuelles. C'est pour ça que vous êtes de vrais hommes et non des artistes minables - Bon sang ! ça valait la peine de venir jusqu'ici juste pour comprendre pourquoi l'Europe est en train de pourrir, pourquoi tous ces incapables sont la cause de tous les Hitler et les Mussolini. »


POUR EN SAVOIR PLUS

A lire


Le Journal de Frida Kahlo, préfacé par Carlos Fuentes, Éditions du Chêne, 1995


A voir


Frida Kahlo, à travers le masque, documentaire graphique, 1er épisode de la série À travers l'art, 6 femmes surréalistes, il propose une lecture pédagogique et originale de l’œuvre de l’artiste, reposant sur son univers et sur des animations graphiques de ses peintures. 35 min, production et réalisation par la société Le Fond de l'Œil.


Cahier didactique réalisé par Sarah Pialeprat

Accueil