Phil

ligne

LE RAPPORT DE GREENPEACE DÉNONCE LE PVC COMME ÉTANT LE PRINCIPAL RESPONSABLE DE LA POLLUTION AVEC DES EFFETS SUR LES HORMONES

Communiqué de presse de Greenpeace, 25 avril 1996.

LE PERMIS DE SANTE DE L'UE ACCORDE AU LAIT POUR LES NOURRISSONS EST UNE PLAISANTERIE, DIT GREENPEACE

Communiqué de presse de Greenpeace, 7 juin 1996.

ligne

La réponse des Chlorophiles

Source: Communiqué de presse de Greenpeace USA du 25 avril 1996, qui demande à nouveau l'interdiction de l'emploi du PVC, à l'occasion de la sortie de son dernier rapport 'scientifique', 'Taking Back Our Stolen Future' (Reprenons notre futur volé). On peut trouver le rapport en version originale dans les pages scientifiques de Greenpeace, Greenpeace science pages, 'Taking back our stolen future' (Reprenons notre futur volé).
Le second communiqué de presse se trouve à EU's clean bill of health for baby milk is a sham, says Greenpeace (Le permis de santé de l'UE accordé au lait pour nourrissons est une plaisanterie, dit Greenpeace) dans son Greenpeace Gopher press-releases overview (Recueil des communiqués de presse de Greenpeace, Gopher). Il s'agit de la réaction au fait que de petites quantités de phtalates on été retrouvées dans des aliments pour enfants en Grande Bretagne.


PVC ET DIOXINE

Nous avons dit à plusieurs reprises à Greenpeace que le PVC contribue de façon seulement marginale aux émissions de dioxine des différents pays, pendant les phases de production comme d'utilisation, de recyclage ou d'incinération. Pour de plus amples détails, voir notre page sources de dioxine. La quantité de dioxine présente dans l'environnement est principalement due à la mauvaise incinération, alors que la quantité de chlore qui est libérée n'a AUCUNE influence sur l'importance de l'émission de dioxine. Voir notre page apport de chlore et émissions de dioxine.


PVC, PHTALATES ET MUTATIONS HORMONALES

Nous vous présentons ici un résumé de la réponse du Ministère de la Santé anglais à propos de la campagne de presse sur les phtalates retrouvés dans les aliments pour enfants. On peut trouver le texte complet à la page Greenpeace UK Science - Hormone Disrupting Chemicals (Greenpeace GB Sciences - Substances chimiques à effet hormonal).

Des analyses menées sur l'apport total moyen des phtalates dans les aliments donnent des valeurs qui oscillent entre 0,1 et 0,8 mg/personne/jour et, dans des cas de niveaux élevés (97,5ème percentile) d'absorption totale de phtalates par l'intermédiaire des aliments, cela va de 0,4 à 1,6 mg/personne/jour. Ce sont des valeurs nettement inférieures à la Dose Journalière Tolérable (DJT - TDI) établie pour certaines de ces substances chimiques. Le Ministère de la Santé considère extrêmement improbable qu'il y ait des risques pour la santé des consommateurs avec l'absorption des telles quantités de différents phtalates. Cet avis tient compte de toutes les informations disponibles sur les effets possibles des phtalates, y compris les récentes études menés sur l'activité œstrogénique.

Greenpeace - encore une fois - confond vérité et absurdité pour désorienter le lecteur et pour attaquer sa véritable cible: l'emploi du PVC.
Les phtalates en question trouvés dans les aliments pour enfants (dibutylphtalate DBP et benzylbutylphtalate BBP) ne sont presque jamais utilisés dans le PVC, et sont plutôt utilisés dans les encres d'imprimerie et dans les colles utilisées pour les adhésifs sur les emballages. Le DBP est aussi une substance naturelle qui se trouve dans le céleri... Greenpeace au contraire montre seulement du doigt le PVC, dans lequel l'agent plastifiant utilisé est principalement le DEHP (diéthylhexylphtalate). Mais en ce qui concerne le DBP et le BBP également , des effets hormonaux ont été retrouvés uniquement lorsque des doses mineures ont été injectées directement dans le sang. Cela ne permet absolument PAS de faire une comparaison avec l'ingestion. Et dans ce cas justement, les quantités relevées dans les aliments pour enfants sont largement inférieures à celles qui ont entraîné des troubles chez les rats.

La toxicité du plastifiant DEHP est environ dix fois inférieure à celle de l'alcool (voir "chlore et mutations hormonales" [version anglaise]). Il a en effet des propriétés toxiques et cancérigènes à des doses très élevées chez les rats, correspondant à plusieurs centaines de grammes par jour pour un homme adulte. En ce qui concerne les effets hormonaux, ceux-ci sont minimes ou pratiquement absents dans le DEHP.

On ne retrouve aucun effet de ce type à des doses peu élevées (environ 0,1 grammes par an), comme celles que l'organisme absorbe par l'intermédiaire de l'emploi du PVC souple...Les primates (singes et homme) ont un métabolisme complètement différent. Le PVC contenant du DEHP est le seul matériau plastique testé qui peut être utilisé pour faire les poches de transfusion et d'autres équipements médicaux, car la présence d'effets indésirables n'a jamais été retrouvée et le PVC conserve le sang beaucoup plus longtemps que n'importe quel autre matériau, y compris le verre.

ligne

Toutes les données relatives à ce sujet peuvent être trouvées (ou pourront être trouvées lorsqu'elles seront prêtes) aux pages des Chlorophiles et dans les études scientifiques sur lesquelles sont basées les pages des Chlorophiles.

ligne

Vous êtes au niveau un des pages des Chlorophiles.

Créé: 9 juillet 1996.
Dernière révision: 26 février 1998.

Page de Bienvenue

A la Page d'Accueil des Chlorophiles.

A gauche: Le PVC et l'incendie à l'aéroport de Dusseldorf

A droite: Jouets en PVC et phtalates

Avant de juger notre réaction vis-à-vis de Greenpeace, nous vous prions de lire la page Greenpeace et le chlore, et vous comprendrez pourquoi.

Pour tout commentaire sur les pages des Chlorophiles :

Envoyer à Chlorophiles@ping.be