GLOSSAIRE

ligne

Aflatoxines: Substances hautement toxiques et cancérigènes (dix fois plus toxiques que la dioxine de Seveso), produites par les moisissures communes se formant sur le pain, vieilles cacahuètes et huile d'Arachide en afrique, etc...
Récepteur Ah: ou récepteur des hydrocarbures aromatiques (Ah, aromatic hydrocarbon) présent dans les cellules des organismes vivants qui peut être comparé avec à-propos à une serrure. Les composés aromatiques, comme les dioxines et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (PAH), s'y combinent parfaitement comme une clé dans une serrure. Lorsqu'on dépasse un certain nombre de serrures 'ouvertes', on active dans la cellule un mécanisme qui produit des enzymes pour démolir les substances chimiques indésirables dans l'organisme.
AOX: Composés organohalogénés absorbables sur charbon actif. Il s'agit de substances organiques contenant des halogènes présentes dans l'eau. Dans ce but, on fait passer les eaux usées ou les eaux des rivières sur du charbon actif. Le charbon actif absorbe les substances organiques et est ensuite incinéré. La quantité de substances organiques est alors mesurée. Les AOX sont simplement des indicateurs de quantité et non de toxicité. Même dans les cours d'eau éloignés de toute source de pollution, on peut trouver un niveau relativement élevé d'AOX, puisque les champignons ou les moisissures qui décomposent le bois produisent des acides chlorés phénoliques et humiques naturels.
BBP: butylbenzylphtalate, c'est un phtalate obtenu par réaction entre alcool butylique et alcool benzylique avec de l'acide phtalique. Il a un point d'ébullition et de volatilité moyen. Ce phtalate est utilisé principalement dans les encres pour impression sur les polyolefines comme le PE et le PP.
CMC: Carboxyle méthylcellulose (Carboxy Methyl Cellulose): on l'obtient de cellulose pure éthérifiée avec de l'alcool méthylique. Ceci lui donne d'extraordinaires propriétés absorbantes. Ce matériau peut retenir une quantité d'eau qui va jusqu'à 400 fois son poids.
DBP: dibutylphtalate, c'est un phtalate obtenu au moyen d'une réaction entre alcool n-butylique et acide phtalique. Il a un point d'ébullition bas et une volatilité assez élevée. Ce phtalate est principalement utilisé dans les encres d'imprimerie. On le trouve dans la nature comme composant de l'odeur de la livèche et du céléri.
DCE: 1,2 dichloroéthane, c'est l'intermédiaire pour la production de PVC. Il est obtenu par chloration directe de l'éthylène ou par oxychloration dans laquelle un mélange d'acide chlorhydrique, oxygène et éthylène est transformé en DCE et en eau au moyen d'un catalyseur de cuivre. L'acide chlorhydrique peut provenir du cracking du DCE lors de la formation du VCM ou d'autres procédés externes, ou encore de l'incinération de résidus chlorés. Il existe aussi d'autres méthodes industrielles pour produire le DCE et d'autres procédés sont également en phase de développement. Le DCE est aussi utilisé comme matière première dans la production des amines.
DEHP: di-ethylhexylphtalate, parfois indiqué aussi comme DOP (di-octylphtalate), c'est un phtalate obtenu par réaction entre alcool éthylhexylique et acide phtalique. Il s'agit d'une substance huileuse avec point d'ébullition élevé, basse volatilité et solubilité limitée dans l'eau. On peut le mélanger facilement avec le PVC, pour rendre plus souple un matériau normalement rigide. Le PVC plastifié avec DEHP est l'unique matériau souple approuvé par la Pharmacopée Européenne pour les équipements destinés à la transfusion de sang et de plasma.
DIDP: di-isodécylphtalate, c'est un phtalate obtenu par réaction entre l'alcool isodecylique et l'acide phtalique. Par rapport au DINP, il a un point d'ébullition légèrement plus élevé et une volatilité moindre. Il est rarement utilisé.
DINP: di-isononylphtalate,c'est un phtalate obtenu par réaction entre l'alcool isononylique et l'acide phtalique. Par rapport au DEHP, il a un point d'ébullition légèrement plus élevé et une volatilité moindre. Il est surtout employé pour produire des jouets souples en PVC.
Dioxine: Voyez PCDD/F.
DJA: Dose journalière admissible (TDI - Tolerated Daily Intake), ou quantité d'un produit de n'importe quelle nature (mais principalement alimentaire) qui peut être ingérée quotidiennement sans provoquer des effets indésirables (ou bien des effets acceptables) même en cas d'absorption prolongée durant la vie entière. En général, cette quantité est déterminée par l'expérimentation sur animaux, cette limite est considérée comme le niveau en dessous duquel on n'observe pas d'effet indésiré (NOAEL - No observed adverse effect level) sur l'animal le plus vulnérable. Pour fixer la DJA chez l'homme, on applique un facteur de sécurité supplémentaire, ce facteur peut varier de 10, 100 ou 1.000. Pour les substances cancérogènes, la DJA s'obtient par un calcul basé sur le nombre de cas de cancer enregistrés en excès chez les animaux, là où on enregistre moins de 1 cas de cancer en excès sur 1 million d'animaux. On applique aussi dans ce cas un facteur de sécurité de 100.
DMT: Dose maximale tolérée, c'est la quantité maximale d'un produit qui peut Ítre administrée à un animal sans provoquer sa mort dans une limite de temps donnée. Beaucoup de tests sur la cancérogénicité adoptent comme dose, pour des expérimentations qui couvrent tout le cycle de l'existence de l'animal afin de déterminer les effets d'un produit, la DMT, la demi DMT, le quart de la DMT et zéro DMT. Une substance réellement cancérigène a une incidence décisive sur le nombre de cancers en excès à la dose DMT, partielle à la demi DMT, etc... En réalité, à la DMT, l'animal est intoxiqué et cela peut contribuer notablement à l'augmentation de l'incidence du cancer, causé cependant par empoisonnement et non par les propriétés cancérigènes du produit en soi. Dans ces cas, des doses mineures donnent une incidence de loin plus basse et, en dessous d'une certaine valeur, le nombre de cas revient au niveau normal. Voyez le document de Bruce N. Ames: "Too many rodent carcinogens" ("Trop de substances cancérigènes pour les rongeurs") (il ne s'agit pas de blabla pseudo scientifique!).
EDC: dichlorure d'éthylène, ou plus précisément 1,2 - dichloroéthane, voyez DCE.
Endométriose: Une maladie extrêmement douloureuse qui entraîne une inflammation chronique de la muqueuse qui se développe même à l'extérieur de l'utérus.
Ethylène/propylène: s'obtient par cracking du LPG ou pétrole brut, avec un rendement de respectivement 90% ou 70% d'éthylène ou de propylène. Il existe des matériaux résiduels qui sont le benzène, le butadiène, des fractions légères et les PAH. Le benzène et le butadiène sont utilisés pour d'autres applications, les fractions légères sont mélangées avec le pétrole et les PAH sont incinérés. L'éthylène a de nombreuses applications, surtout pour la production de matériaux plastiques divers.
gramme: Les unités de poids sont les suivantes:

1 tonne = 1.000.000 g (1 Mg ou megagramme)
1 kg = 1.000 g (kilogramme)
1 g = 1 g (gramme)
1 mg = 0,001 g (milligramme)
1 µg = 0,000001 g (microgramme, souvent sous l'abréviation mcg)
1 ng = 0,000000001 g (nanogramme)
1 pg = 0,000000000001 g (picogramme)
1 fg = 0,000000000000001 g (fentogramme)

HCB: Hexachlorobenzène, surtout un sous-produit de la combustion lorsque des traces de chlore sont présentes comme dans l'utilisation de fuel au niveau de la mer. Il résiste à la biodégradation et peut s'accumuler dans la chaîne alimentaire.
HDPE: High density polyethylene c'est-à-dire polyéthylène de haute densité. Le procédé de polymérisation de l'éthylène a lieu à basse pression, avec un catalyseur organo-métallique. Puisque ce type de polymérisation présente moins de chaînes collatérales, le produit final a une densité plus élevée et une plus grande rigidité. Il s'utilise principalement dans le secteur de l'emballage pour faire des conteneurs.
Laminé: Matériau d'emballage composé de plusieurs couches de différents matériaux, pour obtenir des propriétés qui ne pourraient pas être obtenues avec un seul matériau. Ex. Les emballages en brick sont constituées d'un laminé PE, aluminium et carton. Le PE offre l'avantage d'être chimiquement inerte, l'aluminium le rend imperméable à 100% à l'humidité et à la lumière et le carton lui donne sa rigidité et la possibilité d'être imprimé.
LCA: LCA: Life Cycle Analyses (Analyse du cycle de vie), méthode scientifique pour calculer l'impact environnemental d'un matériau - ou d'un procédé - au cours de toute la durée ou vie du produit, dans une application déterminée, de l'utilisation des matières premières au traitement des déchets à la fin de son utilisation. On peut effectuer de cette façon une comparaison entre l'impact environnemental de différents matériaux (ex. PVC, PET ou verre) ou de différentes méthodes (ex. emballage perdu ou à rendre) ayant la même fonction (ex. Conteneur d'eau minérale)..
LDPE: Polyéthylène à basse densité (Low density polyethylene) . Le procédé de polymérisation de l'éthylène se fait à haute pression (milliers de bars) avec une petite quantité d'oxygène comme catalyseur. Puisque ce type de polymérisation présente de nombreuses chaînes collatérales, le produit final est à basse densité. Il est principalement utilisé comme feuilles d'emballage.
LLDPE: Polyéthylène linéaire à basse densité (Linear low density polyethylene). Le procédé de polymérisation de l'éthylène fonctionne à basse pression, mais avec un catalyseur organo-métallique. Ce type de polyéthylène présente moins de chaînes collatérales, ce qui le rend moins sujet à l'oxydation et aux attaques des rayons UV. Le poids moléculaire est maintenu plus bas que celui du HDPE on ajoute en outre pour abaisser sa densité d'autres monomères qui forment des chaînes collatérales. Il a grosso modo les mêmes applications que le LDPE.
PAH: Hydrocarbures polyaromatiques. Catégorie de sous-produits dangereux dérivant surtout de la combustion, ou présents en grosses quantité dans le pétrole brut. Quelques grammes par litre d'eau de mer sont déjà suffisants pour créer des problèmes pour la croissance du plancton. De nombreuses substances de cette classe sont hautement cancérigènes. Ils sont persistants et ont tendance à s'accumuler dans la chaîne alimentaire.
nitro-PAH: Il s'agit des variantes nitrées des PAH. Les substances cancérogènes les plus puissantes connues jusqu'ici. Ce sont pour la plupart des produits de la combustion.
PC: Polycarbonate. Dans ce cas, les matières premières sont des composés du chlore : phosgène et certains composés aromatiques chlorés. Les composés aromatiques proviennent du pétrole brut, le chlore et l'hydrate de sodium viennent du sel. La polymérisation s'effectue en séparant le chlore grâce à l'hydrate de sodium. Le produit final ne contient plus de chlore. Le PC a une résistance élevée au choc et aux hautes températures ce qui le rend apte à de nombreuses applications, des CD aux hublots des avions.
PCB: Polychlorobiphényles. Une catégorie de produits industriels utilisés comme huiles isolantes ou de chauffage et comme huiles de circuits hydrauliques. Dans les années soixante-dix et quatre-vingt il fut découvert que les PCB étaient dangereux pour la reproduction des phoques et d'autres animaux. La production de PCB fut suspendue pendant plus de dix ans. Les résidus de PCB provenant, par exemple, de transformateurs, sont brûlés dans des incinérateurs spécialisés pour substances chlorées de manière à ne pas endommager l'environnement.
PCDD/F: Les polychlorodibenzodioxines et les polychlorodibenzofuranes ou, en bref 'dioxines', sont une famille composée de 210 sous-produits toxiques différents dérivant de la combustion de matériau organique, contenant ou non du chlore. Ils peuvent aussi se former au cours de certains procédés chimiques. Voir aussi I-TEQ.
PCP: Pentachlorophénol, un fongicide utilisé pour la protection des fibres textiles et du bois, qui agit contre les mycètes, les bactéries et les vers. Depuis qu'il a été découvert que ce produit contient des quantité relativement élevées de dioxine ou pouvait en former à la combustion des bois traités, sa production a été interdite dans de nombreux pays.
PE: Pour les tubes et les récipients, on emploie normalement le HDPE ou polyéthylène à haute densité. Pour les emballages, on utilise principalement le LDPE, polyéthylène à basse densité plus flexible.
Peer review: Peer review: il s'agit de la révision d'une étude scientifique par des experts indépendants désignés par l'éditeur et inconnus de l'auteur pour vérifier surtout qu'il n'y a pas eu d'erreurs de méthodologie. Normalement, les chiffres contenus dans l'étude ne font pas l'objet de commentaires, à moins qu'il ne s'agisse d'erreurs évidentes.
PET: Polyethylene terephtalate (polyéthylène téréphtalate). Est obtenu avec l'acide téréphtalique et l'éthylène glycol, dérivant l'un comme l'autre du pétrole brut. La production nécessite différentes phases, et utilise pour cela une quantité d'énergie supérieure à celle utilisée pour les autres matières plastiques. Il a une résistance élevée à la traction, ce qui le rend adapté à la création de fibres ('polyester') et à la production de bouteilles sous pression pour eaux gazeuses et boissons gazeuses.
PE-X: Polyéthylène avec liaisons croisées avec d'autres monomères pour en augmenter la résistance et réduire les effets de l'oxydation.
Phtalates: Groupe de substances chimiques obtenues par réaction entre divers alcools et l'acide phtalique. Ces substances sont définies comme esters, ou dans ce cas esters phtaliques et sont ajoutées au PVC pour le rendre plus souple. Elles sont aussi utilisées dans les encres d'imprimerie, les adhésifs et le caoutchouc synthétique. Suivant le type d'alcool utilisé pour produire l'ester, on obtient des propriétés diverses pour des applications variées. Si on utilise des alcools à chaîne courte, comme le dibutylphtalate (utilisé principalement dans les encres d'imprimerie mais présent aussi dans les composants de l'odeur de la livèche et du céléri), on a une volatilité importante, tandis que les phtalates employés pour le PVC ont en général une volatilité modeste. Une grande partie des phtalates utilisés pour le PVC sont DEHP (di-ethylhexylphtalate) et DINP (di-isononylphtalate).
PP: Polypropylène. Le procédé de polymérisation du propylène a lieu à basse pression, mais avec un catalyseur organo-métallique. Environ 6% de la polymérisation va constituer des sous-produits de rebut qui sont extraits et incinérés. Il présente une résistance élevée à la déchirure et à la traction, ce qui le rend apte à la production de câbles et de conteneurs.
PS: Polystyrène. Les matières premières qui le constituent sont le benzène et l'éthylène, qui, en passant par l'éthylbenzène, vont créer le monomère styrène. Le procédé de polymérisation se fait principalement par contraction avec des peroxydes comme catalyseurs. Il est utilisé pour de nombreux ustensiles de cuisine et sous forme de polystyrène expansé (EPS) comme matériau isolant. L'expansé, ou éponge, est formé en injectant de l'air dans la masse fondue et non par l'intermédiaire du CFC.
PU: Polyuréthane. Les matières premières qui le composent contiennent du chlore : le phosgène et certains composés azotés. Les composés azotés proviennent du pétrole brut et de l'azote, et le chlore vient du sel. La combinaison est effectuée par élimination de l'acide chlorhydrique. Le produit final est le résultat de l'union de deux composés, avec l'addition éventuelle, dans un même temps, d'agents moussants. Ceci rend possible la production de l'éponge qui est utilisée dans les matelas et les sièges des voitures et des avions. Le produit final ne contient plus de chlore. L'acide chlorhydrique décomposé au cours du procédé est réutilisé pour produire VCM/PVC.
PVC: Polychlorure de vinyle (Polyvinylchloride), matériau plastique composé au niveau des matières premières de 43% de dérivés du pétrole et de 57% du sel. Il utilise donc moins de matières premières non renouvelables et moins d'énergie que n'importe quel autre type de plastique ou que d'autres matériaux 'traditionnels'. Cela en fait un produit optimal pour être développé. Le PVC a une vaste gamme d'applications.
PVDC: Polychlorure de vinylidène, matière plastique plus chlorée que le PVC. Ce fait lui confère d'excellentes propriétés barrières à l'oxygène, aux odeurs et arômes. Il est principalement utilisé pour des emballages alimentaires spéciaux (viandes).
I-TEQ: International toxicity equivalents (Equivalents internationaux de toxicité). Sur un total de 210 types de dioxines et de furanes (poly)chlorés différents, définis comme semblables, dix-sept seulement sont toxiques. Parmi ces dix-sept il existe des différences de toxicité avec des facteurs atteignant des milliers. Pour permettre une comparaison, les quantités des dix-sept types de dioxines/furanes chlorés toxiques sont multipliées par un facteur de toxicité (I-TEF) et sont additionnées. Le facteur de toxicité est le rapport entre la toxicité de la substance semblable et le type le plus toxique de dioxine, celle qui s'est échappée à Seveso.
Thyroxine: Hormone produite par la glande thyroïde. A une influence sur le développement moteur et mental pendant la petite enfance
TOC: Total organic carbon. La quantité de matériaux organiques dissoute dans les cours d'eau, l'eau potable, les effluents aqueux, etc.. peut être déterminée et exprimée en contenu en carbone de l'échantillon. Cela ne fournit aucune indication quant à la toxicité du matériau organique trouvé
In utero: In utero signifie être porté par la mère durant la grossesse. Le foetus est particulièrement exposé à l'effet de substances chimiques qui détruisent les hormones en passant au travers de la barrière placentaire.
VCM: Monomère de chlorure de vinyle (Vinylchloride monomer), l'élément fondamental de composition (monomère) du PVC. S'obtient par le cracking du DCE (dichloroéthane). L'acide chlorhydrique résiduel est réutilisé pendant le procédé et les résidus lourds chlorés (environ 2,5%) sont incinérés dans des incinérateurs particulièrement équipés.

ligne

Vous êtes à la page glossaire des Chlorophiles.

Créé: 13 septembre 1997.
Dernière révision: 12 mai 1998.

Page de Bienvenue

A la Page d'accueil des Chlorophiles

Pour tout commentaire sur cette page ou sur d'autres pages des Chlorophiles:

Spedire a: Chlorophiles@ping.be