PHIL

ligne

CHLORE ET RISQUES

ligne

CE QUE RACONTE GREENPEACE

La production, le transport et l'utilisation du chlore provoquent 52 victimes par jour

Opuscule de Greenpeace 'Le chlore est omniprésent' (en néerlandais) - été 1994.

ligne

FAITS ET CHIFRES

Les 'victimes'

Greenpeace attribue une signification particulière en "greenais" au mot 'victime', en allant jusqu'à compter les personnes qui ont été momentanément évacuées lors d'incendies éclatés dans une fabrique de chlore, mais qui n'avaient rien à voir avec le chlore. En fait, c'est Greenpeace Hollande qui recourt à cette signification du mot 'victime', alors que le document original de Greenpeace International emploie les mots 'personnes touchées' qui, dans ce cas, correspondent mieux à la vérité.
Selon le rapport de Greenpeace International 'Chlorine Kills' (Le chlore tue) 1994 [19], au cours des 100 dernières années, 227 personnes seraient décédées dans le monde par suite de la production, du transport et de l'utilisation industrielle ou civile du chlore.
Greenpeace 'oublie' de dire qu'il y a eu bien plus de morts et blessés graves dus à la production, au transport et à l'utilisation des soi-disant alternatives au chlore.
La non-utilisation du chlore peut provoquer bien plus de victimes que son utilisation et ce dans n'importe quelle application (à l'exclusion des usages militaires). La suspension de la désinfection par chlore de l'eau potable au Pérou a transformé un début d'épidémie de choléra en une vraie catastrophe, 19.000 personnes sont mortes et 200.000 ont été touchées par la maladie en Amérique du Sud.


UNE DEFINITION SCIENTIFIQUE DU RISQUE

La definition scientifique du risque est:

       RISQUE = PROBABILITES x CONSEQUENCES

Prenons un exemple:
Il y a de très nombreux accidents d'autos chaque jour, mais dans peu de cas seulement, ils entraînent la mort. Quand il y a une collision entre deux trains, plusieurs centaines de personnes peuvent trouver simultanément la mort. En pratique cependant, voyager en train présente beaucoup moins de risques que de voyager en auto, car la probabilité d'un accident entre deux trains est beaucoup plus basse qu'entre deux autos. Naturellement les compagnies de chemin de fer, les producteurs d'autos et les Autorités cherchent à réduire le risque lié aux déplacements en réduisant la probabilité de collisions en faisant appel à des mesures techniques (signalisation, contrôle de la vitesse, interruptions automatiques) et en réduisant les conséquences des accidents (airbag, ceintures de sécurité).

Le même principe s'applique au chlore et à ses alternatives. Si le chlore est transporté en grosses quantités, on utilise le train, de nuit et à vitesse réduite pour diminuer les risques. Les résultats sont très positifs: au cours des 50 dernières années en Europe, il n'y a eu aucune victime due au transport de grosses charges de chlore. Ceci ne signifie naturellement pas risque zéro, mais bien risque minime.

Pour le Benelux (Belgique, Hollande et Luxembourg), nous avons des données pour les 50 dernières années sur chlore, PVC et alternatives:
Il n'y a pas eu de décès dus à la production, au transport ou à l'utilisation de grosses quantités de chlore. Il y a eu deux cas de décès par cancer suite à l'inhalation d'une dose élevée de VCM dans des fabriques de PVC avant la découverte de la cancérogénicité du VCM et l'adoption des mesures de sécurité adéquates dans les ateliers de production. Suite à un accident de la route durant le transport de propylène (matière première du PP ou polypropylène) sont mortes six personnes et six autres dans un accident routier impliquant du butadiène (matière première du caoutchouc synthétique), sans oublier 21 morts à la suite d'explosions dans des installations d'ethylène et de polyéthylène. Quelle est alors la production de matières plastiques qui présente les moindres risques? Toutes les matières plastiques sont en effet produites dans des fabriques où l'on observe les mesures de sécurité très sévères et le facteur risque y est assez bas, si l'on fait une comparaison avec la plupart des autres activités:

Probabilité d'accidents mortels
nombre de morts accidentelles prévues par 100 millions d'heures d'exposition

Probabilité d'accidents mortels
TRAVAIL:
Industrie chimique: 3,5
Agriculture: 10,0
Pêche: 35,0
Construction: 67,0
TEMPS LIBRE:
Accidents domestiques: 3
Déplacement en auto: 57
Skis: 71
Déplacements en avion: 240
Source: UK Accidental fatality statistics
(Statistiques sur les morts accidentelles en GB).

A première vue, voyager en avion présente une plus haute probabilité de mort accidentelle par rapport aux déplacements en auto, ceci est faux: un avion couvre en une heure environ 800 km, alors que l'auto parcourt en une heure une moyenne de 100 km. L'avion est donc plus sûr que l'auto à égalité de distance parcourue.


Risques dans une usine de PVC

Vous pourriez penser que nous sommes fous de travailler dans une usine où l'on utilise des substances reconnues cancérogènes comme le VCM et, dans une moindre mesure, le DCE, l'élément fondamental et l'intermédiaire qui servent à produire le PVC. Nous, nous n'avons pas d'indemnité de danger car nous avons une probabilité de mort prématurée inférieure à celle de nombreux autres métiers.

Comparaison entre le pourcentage de risque de décès par rapport à la durée moyenne de vie:

risque de décès à la durée moyenne de vie:
Travailleurs du PVC (cancer): 0,003%
Travailleurs du PVC (accidents [*]): 0,08%
Métallurgie (accidents): 0,5%
Pilotes (accidents): 0,6%
Pompiers: 3%
Mineurs (accidents): 8%
Mineurs (silicose): 25%
Source: Packaging and Ecology.
[*] calculé, sur base des statistiques précédentes.


UNE DEFINITION GENERALISEE DU RISQUE

Il y a une grande différence entre ce que la Science définit comme risque et la perception que les gens communs perçoivent comme un risque:

La perception du risque est:

                         DANGER (CRAINT)
 RISQUE =  -----------------------------------------
           BENEFICE ATTENDU x CONNAISSANCE DU DANGER

Si on fait une comparaison entre les dangers du transport aérien de diverses marchandises, entre le transport d'essence et de LPG (gaz liquide de pétrole) et le transport de chlore, les conséquences d'un accident peuvent être, dans tous les cas, désastreuses, avec plusieurs centaines de victimes. Bien que le risque d'accident lié au transport du chlore soit inférieur à celui de l'essence ou du LPG et encore plus bas par rapport au transport par avion, en raison des probabilités mineures qui ont été mesurées dans la pratique, le public a en général "l'impression" que le transport du chlore est plus dangereux que les autres. Si un avion s'écrase, il est probable que seule une petite minorité renoncera à un voyage programmé dans les jours qui suivent, si un accident routier au cours d'un transport d'essence ou de LPG provoque une explosion avec des centaines de victimes, personne ne renoncera à faire un plein d'essence dans les jours suivants. Mais que se passerait-il si un jour, à la suite d'une fuite de chlore durant un transport ferroviaire, plusieurs personnes trouvaient la mort? La majorité demanderait avec insistance la fermeture de toutes les usines de chlore....

ligne

LES ALTERNATIVES

Si nous devions croire le rapport de Greenpeace International 'Chlorine Kills' (Le chlore tue) 1994 [19]., il y aurait eu au total 227 victimes dues à la production, le transport et l'utilisation industrielle ou civile du chlore. Ce nombre se réfère à une période de 100 ans et au monde entier. Pour Greenpeace, c'est un argument valable pour réclamer la suspension de la production et de l'utilisation du chlore.
Faisons une rapide comparaison avec d'autres produits liés au pétrole: avec deux accidents, on compte déjà un plus grand nombre de victimes:
Une explosion sur la plate-forme petrolière Piper Alpha en Mer du Nord a tué plus de 150 travailleurs.
Un accident routier près de Los Alfaques en Espagne, suivi d'une explosion d'un camion citerne rempli de propylène, a causé la mort de 216 personnes qui se trouvaient dans un camping voisin de la route.
Greenpeace ne voit aucune raison pour réclamer la fin des recherches de nouveaux gisements de pétrole et de ses utilisations!


CONCLUSION

Il n'y a aucune raison de considérer les risques liés aux substances chimiques contenant du chlore différemment des autres substances ne contenant pas de chlore. Et il n'y a aucun motif qui justifie l'accusation générale contre le chlore, taxé d'être à l'origine de risques plus grands que ceux que pourraient présenter les autres activités industrielles.

ligne

Vous vous trouvez au niveau un des pages des Chlorophiles.

Créé: 5 juin 1996.
Dernière révision: 26 février 1998.

Page d'accueil

A la Home Page des Chlorophiles

A gauche: Le chlore dans le monde

A droite: Chlore et dioxine

En bas: Chlore et toxicité

Pour tout commentaire sur cette page ou d'autres, en particulier sur l'évaluation des risques:

Envoyez à: Chlorophiles@ping.be