PHIL

ligne

CHLORE ET MUTATIONS HORMONALES

<ligne>

CE QUE RACONTE GREENPEACE

De nombreuses substances chimiques contenant du chlore ont des effets semblables à ceux causés par l'action des hormones.

Opuscule de Greenpeace 'Le chlore est omniprésent' (en néerlandais) - été 1994.

Euro Chlor tue la fertilité.

Action de Greenpeace à Diest (Belgique) - été 1995.

<ligne>

FAITS ET CHIFFRES

Substances chimiques et actions hormonales

Il existe aujourd'hui environ 40 substances chimiques contenant du chlore qui peuvent potentiellement agir sur l'organisme comme des hormones. Quarante sur un total de plus de 10.000 produits chimiques issus du chlore n'est pas un nombre très élevé. Toutefois, à cause des risques possibles, on doit encore poursuivre les recherches sur cet argument. D'autres substances chimiques ont également les mêmes propriétés, comme par exemple les hydrocarbures (oxygénés). Il semble que cela ne représente pas aux yeux de Greenpeace une raison suffisante pour demander l'élimination de tout le secteur pétrochimique ou des produits oxygénés.

Des chercheurs danois et écossais présentent des études selon lesquelles quelques substances chimiques, à travers l'influence exercée sur le foetus, peuvent être à l'origine de troubles dans la vie adulte: nombre réduit de spermatozoïdes, pénis de dimension réduite, plus de tumeurs aux testicules et à la prostate. Les chercheurs considèrent que ceci se produit quand les substances chimiques se comportent comme l'hormone féminine oestrogène (ou bloquent l'hormone masculine, la testostérone). Ceci a été confirmé par des expériences conduites sur des substances chimiques in vitro (en éprouvette, sur des cultures cellulaires hors du corps humain), mais pas nécessairement in vivo (dans le corps humain). Voici une liste des substances qui ont montré un comportement de type hormonal chez l'homme et/ou l'animal, elle donne une idée des effets, en ordre décroissant, qui se sont vérifiés en situations réelles:

Effets hormonaux des substances chimiques:

Effets hormonaux des substances chimiques
SubstanceEffet
Hormone DES (médicament): Problèmes de reproduction chez les enfants
(garçons et filles)
Hormones synthétiques: Empêchent la grossesse
DDE (famille du DDT): Problèmes pour les oiseaux qui se nourrissent de poissons (Grands Lacs),
alligators et panthères (Floride)
PCB:Empêchent la grossesse des phoques (Waddenzee)
et d'autres animaux
Thyroxine chez les phoques -15%
PAH: Empêchent la croissance du plancton et des mollusques
Tributyltine: Idem
Hormones naturelles: Cancer du sein
Octyl/nonylphénol: Poissons mâles avec comportements fémins
à la sortie des égouts
Subst.en bois naturel: Poissons mâles avec comportement féminin à la sortie des égouts ou eaux usées des papeteries
DDT: Augmentation du cancer du sein (incertain)
TCDD-dioxine: Diminution du cancer du sein (anti-oestrogène)
Endométriose
Thyroxine du nouveau-né +15%
Sources: Diverses sources.


L'influence du chlore dans les mutations hormonales

Comme on peut le constater dans cette liste, il y a des substances chimiques avec et sans chlore, synthétiques et naturelles qui ont des propriétés hormonales. La dernière exagération de Greenpeace nous dit que le chlore est la cause de la chute de la virilité. Les auteurs eux-mêmes de l'étude danoise l'ont démenti fermement dans une lettre ouverte à la Presse. C'est ce qu'a fait également l'andrologue Comhair de l'Université de Gand (Belgique) qui a dit: "Ce n'est pas la présence de chlore qui provoque des effets probablement semblables à ceux des oestrogènes. Les substances qui présentent un comportement oestrogène plus marqué, tant par puissance que par quantité, ne contiennent en fait pas de chlore". Il semble en effet qu'un facteur essentiel pour qu'une substance ait un comportement oestrogénique soit la présence d'un groupe phénolique. Les PCB et les PAH ne contiennent pas ce groupe d'éléments, mais sont oxydés à l'intérieur de l'organisme (comme c'est le cas pour le benzène) et deviennent des substances contenant du phénol.


Substances à comportement hormonal contenant du chlore

Des produits chlorés comme le DDT ou les PCB, qui avaient des effets négatifs sur la reproduction, ont été interdits depuis de nombreuses années. Et les dioxines, qui ne sont plus un problème pour l'industrie du chlore, ont été réduites au minimum. Voyez aussi: Toxicité de la dioxine et Sources de dioxine.
Bien que l'influence de ces substances - du moins partiellement - puisse encore se faire sentir, il est évident que leur élimination a donné des résultats: les résidus de DDT et DDE présents dans les poissons des Grands Lacs se sont réduits de 90% et le nombre d'oiseaux aquatiques est en nette reprise. Quant aux PCB du Waddenzee (Pays Bas), on note que les phoques se multiplient à nouveau, grâce aussi à la création d'une réserve. Quant à la dioxine, des données récentes mettent en évidence une réduction de l'ordre de 50% dans le lait maternel en Europe Occidentale (où, l'on enregistrait et continue à enregistrer les niveaux les plus élevés).


PVC et mutations hormonales

Une des principales cibles de la campagne anti-chlore de Greenpeace est le PVC. C'est si vrai que Greenpeace bloque les trains transportant le VCM, les bâtiments où l'on produit le PVC avec des banderoles proclamant que "L'EuroChlor tue la fertilité", (EuroChlor est la Fédération européenne des industries du chlore). Que viennent faire le PVC et le VCM dans la fertilité? Simplement rien.
Le PVC est tellement versatile qu'il a des milliers d'applications. Cela signifie qu'on utilise de nombreux additifs pour lui conférer des caractéristiques bien adaptées aux exigences de chaque application. C'est le cas aussi pour d'autres matériaux, le papier par exemple. Le PVC et le papier recourent chacun à environ 800 additifs différents. Ceci. en général, ne constitue pas un problème ni pour le PVC, ni pour le papier.

Dans une revue flamande, Greenpeace a accusé le PVC d'être une menace pour la fertilité parce qu'il contient du nonylphénol. Il est en effet utilisé comme lubrifiant pour l'extrusion. Greenpeace "oublie" de dire que le nonylphénol est/était utilisé pratiquement pour toutes les matières plastiques comme lubrifiant et/ou comme antioxydant. Greenpeace "oublie" aussi de citer la consommation massive d'octyl- et nonylphénol dans la fabrication des détersifs qui, une fois utilisés, arrivent directement via les égouts dans les cours d'eau...

En 1995, Greenpeace a lancé une campagne, pour le moins discutable, montrant un homme doté d'un pénis d'enfant pour accuser le PVC d'être à l'origine de ce rapetissement. Cette campagne est choquante, scientifiquement infondée et même en contradiction avec ses propos: on y reproche l'utilisation de plastifiants ne contenant pas de chlore dans le PVC qui seraient la cause de mutations hormonales dans l'organisme et pour cela, on devrait interdire le PVC parce qu'il contient du chlore! Les matériaux incriminés, les phtalates, sont utilisés en grande quantité dans la production de PVC souple, mais les effets potentiels (faibles) oestrogènes et cancérogènes de quelques phtalates ne sont observés qu'à des doses très élevées sur quelques animaux comme les rats, et pas sur les primates (grands singes et humains). C'est pour cette raison que la Commission Européenne a classé les phtalates parmi les substances non cancérogènes et atoxiques qui peuvent être utilisées pour la fabrication de poches à sang et autres articles médicaux.
Les conclusions des dernières études sur les phtalates disent qu'aucun des phtalates testés sur 2 générations de rats à doses nettement supérieures à celles présentes dans l'environnement n'a présenté de risques pour la reproduction. Pour l'homme, ce facteur de sécurité est encore plus élevé parce qu'on relève encore moins d'effets.
Greenpeace "oublie" de dire que la quantité de phtalates réellement ingérée à partir de PVC est d'environ 100 milligrammes par an, alors que l'Institut Danois de Toxicologie a conclu que même une absorbtion de 500 mg par jour ne peut avoir des effets... Greenpeace "oublie" aussi de dire que les phtalates sont présents dans la nature et que nous en ingérons une quantité probablement supérieure (dibutylphtalate) en mangeant des légumes comme le céleri..

En 1997, Greenpeace a repris sa campagne contre le PVC, cette fois en mettant en cause l'utilisation du PVC souple dans les jouets. Mêmes raisonnements erronés, même alarmisme pour des risques inexistants, mêmes omissions d'informations fondamentales... Voyez: Jouets en PVC et phtalates


Hormones naturelles

De nombreuses plantes contiennent des substances oestrogènes naturelles que nous retrouvons dans notre alimentation. le soja en est une. Le lait de soja n'est pas adapté à l'alimentation des enfants car il contient trop d'oestrogènes et l'enfant peut ingérer l'équivalent de plusieurs pilules anti-conceptionnelles.
Au début de l'année 1997, il y a eu des polémiques à propos de traces de phtalates (même d'un type non produit par l'homme!) trouvées dans des aliments destinés à l'enfance. En fait, il s'agissait de niveaux largement inférieurs au seuil de risque, même pour des nourrissons. Ceci a été confirmé par des experts de la Commission Européenne et par les Autorités britanniques. Toutefois, personne ne prend position contre l'emploi du soja dans l'alimentation destinée à l'enfance, alors qu'elle contient une quantité 200 fois supérieure de substances chimiques à comportement oestrogénique comme le ginestène.

D'autres types de fruits et légumes contiennent eux aussi des oestrogènes, parfois en quantités importantes: carottes, froment, riz, avoine, pommes de terre, pommes, cerises, prunes, huiles variées d'origine végétale, olives, noix de coco... Les femmes qui recueillent le houblon dont on tire la bière ont, par exemple, des problèmes du cycle menstruel ...
Et enfin, mais ce n'est pas moins important, les pyrèthres synthétiques qui sont utilisés comme pesticides non persistants présentent des propriétés oestrogènes. Ils sont semblables au pyrèthre naturel - extrait d'une fleur africaine - et largement utilisés par des agriculteurs biologiques, y compris l'auteur de ces lignes, mais n'ont pas encore été testés...

Une étude récente de l'Agence de la Protection de l'Environnement britannique ([35]) a révélé que les seules substances oestrogènes d'une certaine importance présentes dans les effluents de ces stations de traitement sont des hormones féminines naturelles! Pour quelque raison, les hormones féminines, normalement inactives une fois sorties de l'organisme, se réactivent par effet de bactéries présentes dans les effluents traités. L'effet sur les poissons mâles (gardons, truites arc en ciel) se traduit par une production de protéines féminines (vitellogénine). Ce phénomène a été mis en évidence par les niveaux de 17-beta-oestradiol et oestrone relevés dans tous les effluents analysés. Les quantités d'éthinylstradiol, un oestrogène synthétique utilisé dans les pilules anti-conceptionnelles, étaient dans quelques cas 10 fois inférieures et souvent non détectables. D'autres substances fabriquées par l'homme n'ont joué aucun rôle...


Autres effets sur le reproduction

Certaines substances chimiques peuvent avoir des effets sur le système de reproduction lui-même et/ou sur le foetus même en n'agissant pas directement sur le système hormonal. Le Ministère hollandais des Affaires Sociales et du Travail fournit une liste des substances chimiques qui doivent être enregistrées si elles sont produites ou utilisées dans une usine:

Enregistrement obligatoire des substances dangereuses pour l'appareil de reproduction:

Substances:

Source: Ministè des Affaires Sociales et du Travail hollandais

En effet, selon Bruce N. Ames, chez l'homme, la cause principale des malformations à la naissance est l'alcool! Bien que l'alcool soit seulement légèrement toxique, les grandes quantités consommées dans notre société sont à l'origine de la majeure partie des malformations congénitales, voyez: Nature's Chemicals and Synthetic Chemicals: Comparative Toxicology (Substances chimiques naturelles et synthétiques: Toxicologie comparée). MÍme l'absorption excessive de vitamines A peut entraîner des malformations du foetus qui peuvent être fatales: des enfants peuvent naître sans cerveau! Si la vitamine A était produite dans un site chimique, celui-ci serait déjà repris dans les listes noires des écologistes et des gouvernements.

<ligne>

LES ALTERNATIVES

Il faudra encore effectuer beaucoup de recherches avant de découvrir s'il y a une réelle chute de la fertilité, et, si l'on en obtenait la confirmation, pour en déterminer les causes et... le cas échéant, si elles étaient liées à la pollution, identifier les substances qui en sont responsables. De ce que l'on a pu découvrir jusqu'à présent, la cause plus probable est à attribuer à différentes substances synthétiques et surtout naturelles, chlorées, mais aussi non chlorées, ainsi qu'à nos habitudes alimentaires et à nos comportements en rapide évolution. Vu que la quantité et l'effet potentiel des substances naturelles à comportement hormonal présentes dans notre alimentation ont un poids notablement supérieur (probablement des millions de fois) par rapport à celui des substances chimiques synthÈtiques que nous ingérons avec nos aliments, il n'y a pas de preuves suffisantes pour demander l'interdiction d'une substance chimique synthétique, quelle qu'elle soit. Demander alors que toutes les substances chimiques liées au chlore soient déclarées illégales, seulement parce que dans le passé, un usage excessif de quelques unes d'entre elles a pu avoir des effets hormonaux n'a rien à voir avec une approche scientifique correcte. Suivant le même raisonnement, il y aurait assez d'arguments pour réclamer la suspension de toutes les activités industrielles et de tous les procédé naturels et, ne l'oublions pas, de tous les restaurants chinois (le soja!)... ou encore de proposer l'élimination ou du moins la réduction de la population féminine pour sauver la partie masculine de la population mondiale ....


CONCLUSION

Il n'y a aucune raison qui autorise à considérer les substances à comportement hormonal naturelles ou synthétiques contenant du chlore d'une faÁon différente de celles qui ne contiennent pas de chlore. Et il n'y a aucune raison qui permette d'accuser le chlore en général d'être à l'origine du déclin présumé de la virilité dans notre environnement.

<ligne>

BIBLIOGRAPHIE

Si vous voulez vérifier de quelle façon Greenpeace manipule les informations, nous vous suggérons de lire le communiqué de presse de Greenpeace USA qui réclame l'élimination du PVC, à l'occasion de la sortie du livre "Our Stolen Future" (Le futur volé), du Prof. Theo Colburn, on peut le trouver sur Internet à, 3-14 action now against toxic hormones dioxin and PVC's .

Après avoir lu ce communiqué de presse de Greenpeace, il faudrait lire les pages de l'auteur, Theo Colborn, dans Our Stolen Future (notre futur volé).

Aprés avoir lu les pages de Theo Colburn, lisez la réponse de Bruce N. Ames:
Aging, Cancer, & Hormones: Our Future Has Not Been Stolen

Et pour réunir une information complète, ne perdez pas le commentaire sarcastique de Junkman (l'homme ordure), pour démolir la science "ordure" du livre de Theo Colburn dans:
Our Swollen Future (Notre futur gonflé)

<ligne>

Vous vous trouvez au niveau deux des pages des Chlorophiles.

Créé: 23 février 1996.
Dernière révision: 2 may 1998.

Page d'accueil

À la Home Page des Chlorophiles

En haut: Chlore et risques

À gauche: Chlore et cancer

Pour tout commentaire sur ces pages ou d'autres, et en particulier sur les effets hormonaux:

Envoyez à: Chlorophiles@ping.be