Phil

ligne

TOXICITÉ DE LA DIOXINE

ligne

CE QUE RACONTE GREENPEACE

En 1985, l'EPA a révélé que la dioxine est la substance la plus hautement cancérigène que l'on n'ait jamais étudié.

Rapport de Greenpeace 'Achieving Zero Dioxin' (Atteindre zéro dioxine ) - Juillet 1994 [1].

ligne

FAITS ET CHIFFRES

Parties de cette page

ligne

L'exagération de Greenpeace

Greenpeace n'est absolument pas à jour sur les effets cancérigènes de la dioxine. Les agents cancérigènes les plus puissants que l'on connaisse appartiennent à la classe des nitro-PAH (hydrocarbures aromatiques polycycliques nitratés)[2].
Certaines substances chimiques toxiques ont réellement les mêmes effets sur différents animaux presque aux mêmes niveaux de concentration. Mais cela n'est pas le cas de la dioxine. La dioxine est hautement toxique pour les cobayes, mais a une toxicité des milliers de fois inférieure pour d'autres animaux. L'homme semble être beaucoup plus résistant aux effets toxicologiques et cancérogènes des dioxines.
Tout le monde connaît l'accident de Seveso (Italie), où, suite à la surchauffe d'un réacteur chimique, il y a eu émission de substances produites par la réaction, y compris quelques centaines de grammes de la dioxine la plus toxique parmi celles qui existent, Greenpeace en a fait le symbole des risques liés à l'industrie chimique. Il s'agissait, évidemment d'un accident grave, et les incendies de ce type devraient être prévenus par tous les moyens possibles. .
Au cours des jours et des semaines qui suivirent, de nombreux animaux moururent, surtout des herbivores, mais il n'y eut aucun décès humain! La seule victime fut le directeur de l'usine, assassiné par les Brigades Rouges, et, par après, suite à la panique créée par l'accident, il y eut 17 avortements, dont les fœtus furent analysés et chez lesquels il ne fut retrouvé aucune anomalie due à l'épisode. Il y eut de nombreux cas d'une infection cutanée appelée chloracné, qui guérit après un certain laps de temps.
Le terrain de Seveso fut aussi pollué de façon plus ou moins grave. La zone entourant le lieu de l'accident fut pour cette raison divisée en trois catégories, dont la plus polluée était celle de classe A, avec le contenu le plus élevé en dioxine.


Incidence du cancer à Seveso

Dix ans après l'accident fut menée une vaste étude par le Prof. P. Bertazzi, ayant révélé une légère augmentation des cas de certaines formes de cancer plutôt rares (nouvelle rapportée par les médias) et une incidence inférieure d'autres formes de cancer, plus communes (nouvelle non rapportée par les médias!). Résultat final: à Seveso il y a eu moins de cas de cancers, comparé à une zone de référence non touchée par l'accident.

Incidence du cancer à Seveso, dix ans après l'accident.:
Contenu moyen en dioxine du sol exprimé en µg I-TEQ par mètre carré.
Contenu moyen en dioxine dans le sang exprimé en parties par trillion (ppt).

Incidence du cancer à Seveso, dix ans après l'accident.
zone habitants dioxine
dans le sol
dioxine
dans le sang
cas
prévus
cas
réels
A 724 300 10,000 19 14
B 4.824 50 300 130 112
R 31.647 5 10 850 765
ref. 181.579 < 1 n.r. ref. ref.
n.r.: non détectable
Source: Incidence du cancer dans une population exposée accidentellement à TCDD [12].

Récemment, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré la dioxine du type de celle de Seveso (2,3,7,8 TCDD) cancérigène pour l'homme, se basant sur les conséquences d'accidents graves dans certaines structures chimiques, où les travailleurs furent exposés à des niveaux très élevés de ce type de dioxine. L'augmentation de l'incidence du cancer au cours de la durée moyenne de vie fut, avec une approximation statistique, de 40% pour les personnes les plus touchées. Il suffit de faire une comparaison avec une augmentation de l'incidence du cancer chez les fumeurs qui est 20 fois supérieure (c'est-à-dire 2000%)...
Les 209 autres types de dioxine et de furanes chlorurés n'ont pas été classifiés à ce jour comme cancérigènes car il n'existe pas de données sûres.


Toxicité de la dioxine en quantités réduites.

Même s'il y avait eu une augmentation du taux d'incidence du cancer à Seveso ou à l'occasion d'autres accidents liés à la dioxine, cela ne suffirait pas encore à démontrer le risque de survenue d'un cancer avec des doses inférieures. Dans des expériences menées sur des animaux, il a fallu des doses massives de dioxine pour provoquer une mortalité, une incidence supérieure de cancer et une série d'autres phénomènes négatifs. D'après Bruce N. Ames, l'expert mondial de toxicologie, les dioxines peuvent favoriser le cancer à de faibles doses, si elles sont administrées aux animaux après d'autres substances cancérigènes comme les aflatoxines, mais on obtient un taux d'incidence inférieur si elles sont administrées avant d'autres substances cancérigènes. Voir Nature's Chemicals and Synthetic Chemicals: Comparative Toxicology [13] (Substances chimiques naturelles et synthétiques: toxicologie comparée).
Dans le même article, Bruce N. Ames fait une comparaison entre l'effet toxicologique de la prise journalière de dioxine et celui obtenu avec des substances naturelles toxiques contenues dans les aliments. Si l'effet de la dioxine est lié aux possibilités qu'elle stimule le récepteur Ah présent dans les cellules, la quantité journalière de dioxine peut être comparée à la quantité de carbinol indol naturel contenu dans 100 grammes de salade de chou ou dans 20 grammes de choux de Bruxelles, qui a le même effet sur le récepteur Ah. L'effet cancérogène potentiel de notre prise alimentaire quotidienne est inférieur à celui de l'alcool ingéré si on buvait une bière tous les 125 ans et la possibilité qu'il entraîne des malformations congénitales est inférieure à celle que l'on aurait en buvant une bière tous les 3 000 ans.

D'autres effets imperceptibles peuvent avoir lieu sur les niveaux de thyroxine, une hormone présente chez les nouveau-nés, qui augmente de plus ou moins 15% pendant quelques semaines lorsque le contenu moyen de dioxine dans le tissu adipeux de la mère double. On suspecte aussi que les dioxines soient liées à la carence en vitamine K chez les nouveau-nés et à l' endométriose.
Aux Pays-Bas, le pays qui avec la Belgique et le Vietnam du Sud présente le taux le plus élevé de dioxine dans le lait maternel, on a mené une analyse visant à établir si le lait maternel est encore de qualité acceptable pour les enfants. Le contenu en dioxine dans le lait maternel est environ dix fois supérieur par rapport à celui du lait de vache, et cela prouve que les nouveau-nés, par rapport à leur poids corporel, sont capables d'ingérer des doses relativement élevées de dioxine.
Les résultats en sont les suivants: un contenu élevé en dioxine (e PCB) dans le lait maternel entraîne chez l'enfant, à l'âge de 7 mois, un développement moteur légèrement inférieur, par rapport à ce qui survient avec le lait de vache. A dix-huit mois on ne note plus de différence. Le développement neurologique se montre par ailleurs meilleur avec la prise de lait maternel. L'alarmisme de certaines organisations et de certains journaux contre l'emploi du lait maternel, en raison de son contenu élevé en dioxine, est dans tous les cas injustifié. La seule chose qui se justifie est de chercher à supplémenter l'alimentation en vitamine K.

Les effets négligeables des dioxines qui ont été relevés jusqu'à présent, à court comme à long terme, ne justifient pas l'alarmisme exagéré, dont abusent Greenpeace et d'autres groupes pour accuser l'industrie du chlore d'empoisonner les gens et en particulier les enfants. Ceci ne signifie évidemment pas qu'il ne faille pas diminuer les émissions de dioxine jusqu'aux niveaux raisonnablement possibles. Nous sommes en effet trop près des limites au delà desquelles il y a des effets sur l'homme. La quantité de dioxine présente dans la chaîne alimentaire est entrain de diminuer fortement, grâce aux mesures adoptées pour les incinérateurs de tout type et dans l'industrie métallurgique. Voir aussi "Chlore et bio-accumulation" (en préparation) et Sources de dioxine.

ligne

AUTRES AGENTS TOXIQUES

Nombre des études précédemment citées ont été falsifiées par la présence de substances ne contenant pas de chlore mais possédant des caractéristiques de bio-accumulation, telles que PAH e nitro-PAH. Dans toutes les recherches citées, le contenu en ces substances n'a pas été calculé. Du moment que nombre de ces matériaux ont des effets semblables à ceux de la dioxine, cela aurait permis d'avoir une idée plus précise sur les effets possibles de la seule dioxine..
Si l'on considérait les énormes quantités de ces substances émises par combustion, elles mériteraient certainement une étude approfondie. Par exemple: aux Pays-Bas, la combustion d'un million de tonnes de bois par an, en plus d'une quantité I-TEQ de dioxine 24 fois supérieure à celle produite par l'industrie du chlore tout entière et, en plus de la quantité de monoxyde de carbone la plus élevée en absolu, produit aussi 70 tonnes de PAH. Mis à part l'effet cancérigène important et prouvé de ces substances, leur toxicité directe est moins prononcée. Mais même si nous supposions que la toxicité moyenne est mille fois inférieure à celle des dioxines, la seule toxicité des PAH dérivants de la combustion du bois équivaut déjà à celle de 70 kilogrammes de dioxine par an!, équivalent à 140 fois l'émission totale annuelle de dioxine dans l'atmosphère des Pays-Bas.


CONCLUSION

Il n'y a aucune raison permettant de traiter la toxicité de la dioxine de façon différente de celle des substances ne contenant pas de chlore, mais toxiques, persistantes, et présentant une bio-accumulation, comme par exemple les PAH. Et il n'y a absolument aucune raison permettant d'accuser l'industrie du chlore d'intoxiquer le lait maternel et d'empoisonner les nouveau-nés et les enfants qui ne sont pas encore nés, comme le fait Greenpeace.
A cause de la panique engendrée par l'accident de Seveso et de la fonction symbolique qu'il a pour Greenpeace et pour d'autres groupes écologistes, on dépense des sommes d'argent considérables dans la recherche sur les effets possibles à long terme de la dioxine sur l'organisme. Si l'on contemple les maigres résultats de toutes ces recherches, on ferait mieux de dépenser tout cet argent pour des études sur des problèmes réels, comme la recherche du mécanisme à l'origine de formes de cancer encore incurables et de traitements possibles ...

ligne

Vous êtes au niveau deux des pages des Chlorophiles

Créé: 9 mars, 1996.
Dernière révision: 26 février 1998.

Page de Bienvenue

A laPage d'accueil des Chlorophiles

En haut: Chlore et dioxine

À droite: Sources de dioxine

Pour tout commentaire sur cette page ou sur d'autres pages, et en particulier sur la toxicité de la dioxine :

Envoyer à: Chlorophiles@ping.be