Logo du planning familial


Les Nouvelles
Novembre 1999




contraception, grossesse, pilule, IVG, MST consultation juridique, droit des jeunes, droit familial MST, sida, ru486, avortement psychologie, therapies Individuelles, therapies brèves, therapies systémiquesConsultation Sexologique,Santé,Sexualité consultation sociale, droit social divorces, IVG, Stérilets, Accouchements....

Retour Menu


Nouvelles de Juillet  /  Nouvelles de Septembre  /  Nouvelles d'Octobre

LES NOUVELLES PAGES

1- Mère à 12 Ans
2- Les allocations familiales s'adaptent à l'autorité parentale
3- Les Assurances complémentaires ( en Belgique )
4- La Carte SIS: Le problème de la carte SIS en Médecine Générale et en Planning Familial
5- Nos amis français
6- Plan du site ( suggestion d'un lecteur )
7- Abus sexuel
8- Extrême droite Non Merci
9- Les thérapies systémiques
10- Les économies solidaires, le micro crédit, la banque des pauvres
11- La Séparation
12- Droit du Bail
13- Bail : Questions particulières
14- Autres Sites Planning : belges, français, canada, usa, suisse
15- Modes de Contamination Sida ( suggestion d'une lectrice qui.....)
16- Le fichage des salopes ( Les salopes étaient 343. Parmi celles ci Simone de Beauvoir. ) Maintenant elles sont des centaines de milliers à être fichés. Une femme actuellement dénonce. Qu'en pensez vous ?

LE RAPPORT SUR LES " PRESERVATIFS INVISIBLES"

Agissant comme " préservatifs invisibles", les microbicides sont décrits par les chercheurs comme "sûrs, faciles à employer, et non remarqués pendant la relation sexuelle" tout en offrant la protection contre la grossesse et les maladies sexuellement transmises. Cinquante cinq types de microbicides ont été essayés par les chercheurs, mais les progrès dans ces projets ont été lents, selon Polly Harrison de L'alliance pour le Développement des Microbicides parce que "il n'y a pas eu assez d'argent, d'attention, de coordination, et de rapidité. (UN Wire, October 7 1999)

CONFERENCE REPORTS ON "INVISIBLE CONDOMS"
Like "invisible condoms", microbicides are described by researchers as "safe, easy to use, and unnoticeable during sex" while offering protection against pregnancy and sexually transmitted diseases. Fifty-five types of microbicides are being tested by research companies, but progress on these projects has been slow, according to Polly Harrison of the Alliance for Microbicide Development because "there has not been enough money, focus, co-ordination, and speed. (UN Wire, October 7 1999)

LA THAILANDE: INQUIETE PAR L'ABUS DE "LA PILULE DU LENDEMAIN l"

" L'abus important" de la pilule du lendemain "met les vies de milliers de Thaïlandais en danger" parce que la pilule ne les protège pas du SIDA, rapporte le journal South China Morning Post (October 6). Le contraceptif d'urgence est devenu si populaire que certains hommes Thaïlandais l'investissent comme alternative aux préservatifs,".
"Il semble fou, mais beaucoup de gens semblent penser que ces pilules protègent contre l'HIV," dit Png Kakhapew du AIDS help group Siam Care.
La pilule du lendemain paraît être populaire chez les adolescents, beaucoup d'entre eux étant trop jeunes pour envisager le mariage ." (UN Wire, October 8 1999)

THAILAND: WORRIES OVER ABUSE OF "MORNING AFTER PILL"
The "widespread abuse" of morning-after pills is "putting the lives of thousands of Thais at risk" because the pill does not protect them against HIV, reports the South China Morning Post (October 6). The emergency contraceptive has become so popular that some Thai men carry it around as alternatives to condoms," the report says.
"It sounds crazy, but many people seem to think (the pills) do protect against HIV," says Png Kakhapew of the AIDS help group Siam Care. Concerned doctors say it illustrates that often in sexual relationships, "it is the men - or in many cases boys - who call the shots. The morning after pill appears to be popular with teenagers, many of whom are too young to consider marriage." (UN Wire, October 8 1999)

RECHERCHE: LE SEXE ET LA DROGUE SONT UTILISES PAR LES JEUNES BRITANNIQUES POUR SE SENTIR ADULTES

Les adolescents utilisent le sexe, les drogues et l'alcool comme étant la seule voie pour marquer leur transition vers le stade adulte, selon le directeur de Trust for the Study of Adolescence au Royaume-Uni, Dr Jean Coleman. Cela pourrait être parce que les jeunes gens deviennent des adultes responsables bien plus tardivement qu'à tout autre moment de ces dernières cent années. Leur chance d'obtenir un travail et d'être financièrement indépendants avant vingt ans est maintenant très faible, ajoute le Dr Coleman dans un rapport dans le magazine Community Care magazine. Les adolescents qui ne peuvent envisager de quitter le domicile des parents ont à renégocier leurs rapports avec ceux ci et sont obligés d'envisager les manières différentes d'exprimer leur autonomie. Le nombre de jeunes gens de moins de 24 dans au travail a diminué de presque 40 pour cent ces dernières 15 années. (The Independent, October 7 1999)

RESEARCHER: BRITISH YOUTH USE SEX AND DRUGS TO FEEL LIKE ADULTS
Teenagers have turned to sex, drugs and alcohol as the only way to mark their transition into adulthood, according to the director of the Trust for the Study of Adolescence in the United Kingdom, Dr John Coleman. This could be because young people are becoming responsible adults at a later stage than at any other time during the past 100 years. Their chance of getting a job and being financially independent before their early twenties is now very small, says Dr Coleman in a report in Community Care magazine. Teenagers who cannot afford to leave home have to renegotiate their relationships with their parents and are forced to look at different ways of expressing their autonomy. The numbers of young people under the age of 24 in work has shrunk by nearly 40 per cent in the last 15 years. Nearly 18 per cent of young women and 25 per cent of young men in the UK reported having underage sex. (The Independent, October 7 1999)

L'EGLISE CATHOLIQUE ROMAINE PAIE POUR QUE LA FILLE de 12 ANS GARDE LE BEBE

L'église Catholique Romaine Ecossaise paie pour qu'une fille de 12 ans enceinte garde l'enfant dans le cadre d'un plan visant à offrir des alternatives à l'avortement. Les parents de la fille, qui vivent en Angleterre, ont contacté le plan, qui existe depuis 1997. Les parents chômeurs ont demandé son soutien financier et déclaré que leur fille serait "dévastée" si elle devait avoir un avortement . La famille recevra les vêtements pour le bébé, un lit et d'autres nécessités, et leur fille continuera à recevoir une aide financière après la naissance. Deux cent bébés ont déjà bénéficié de ce plan.
Pro-choice a réagi à la décision. Jane Roe, la responsable de la campagne de "Abortion Law Reform Association" (L'association pour la réforme de la loi d'avortement), a déclaré que l'interférence de l'église dans une situation déjà difficile pour la famille était "choquante" . Elle ajoute : "bien sûr une fille de 12 sera déterminée à avoir l'enfant. Les enfants de cet âge sont aussi déterminés à faire beaucoup de choses idiotes. Les enfants perdent leur enfance et L'église Catholique met le principe religieux avant leur bien-être . " (Guardian, Independent, Daily Telegraph, Daily Mail, Times, October 11 1999)

ROMAN CATHOLIC CHURCH PAYS FOR 12-YEAR-OLD GIRL TO KEEP BABY
The Roman Catholic Church in Scotland is paying for a pregnant 12-year-old girl to keep her child under a scheme to offer alternatives to abortion. The parents of the girl, who lives in England, contacted the scheme, which was set up in 1997. The unemployed parents said they needed financial support and claimed their daughter would be "devastated" if she had to have an abortion. The family is receiving baby clothing, a bed, a pram and other necessities, and the girl will continue to receive financial help after her baby is born. Two hundred babies have been born under this scheme so far.
Pro-choice groups have had an angry reaction to the decision. Jane Roe, the campaign manager of the Abortion Law Reform Association, said the church's interference in an already difficult situation for the family was "blinkered". She said, "Of course a girl of 12 will be determined to have her child. Children of that age are also determined to do a lot of silly things. Children are losing their childhood and the Catholic Church is putting religious principle before their welfare." (Guardian, Independent, Daily Telegraph, Daily Mail, Times, October 11 1999)

SONDAGE UK : LA CONTRACEPTION "ECHOUE A EMPECHER DES GROSSESSES"

La contraception ne peut pas empêcher les grossesses non désirées au Royaume-Uni parce que trop d'hommes et de femmes méconnaissent les instructions d'emploi du préservatif et de la pilule, font des erreurs ou oublient tout simplement de les employer, selon le British Pregnancy Advisory Service (BPAS).
Un sondage sur 2,000 femmes qui souhaitaient un avortement par le BPAS a montré que 59 % disent avoir employé un certain type de contraception. La plupart disent avoir employé un préservatif ( 38 % ) mais 17 pour cent disent avoir utilisé la pilule. Le BPAS ajoute que bien que cette étude ne puisse pas être considérée comme scientifiquement fiable, parce que les femmes sont souvent embarrassées d'admettre qu'elles n'ont pas pris de précautions, les résultats concordent avec d'autres études. Beaucoup de femmes ne réalisent pas que la pilule peut échouer à les protéger si elles ont des embarras gastriques et que les préservatifs peuvent glisser ou se déchirer. (The Guardian, The Independent, Metro, October 13 1999)

UK SURVEY: CONTRACEPTION "FAILS TO PREVENT PREGNANCIES"
Contraception cannot be relied on to prevent pregnancy in the United Kingdom because too many men and women misunderstand the instructions on condom and pill packaging, make mistakes or simply forget to use it, according to the British Pregnancy Advisory Service (BPAS).
A survey of 2,000 women who sought an abortion through BPAS found that 59 per cent said they had used some sort of contraception. Most said they had used a condom ( 38 per cent ) but 17 per cent said they had been on the pill. BPAS says that although this study cannot be regarded as scientifically reliable - because women are often embarrassed to admit they had unprotected sex - the results are in keeping with other studies. Many women do not realise that the pill can fail to protect them if they have a stomach infection, and condoms may slip or break. (The Guardian, The Independent, Metro, October 13 1999)

Sommet de Tampere

12 octobre 1999

Sommet de Tampere : La politique de l'UE en matière de droit d'asile doit aller dans le sens de la protection.
Le sommet spécial de l'Union européenne (UE) sur la justice et les affaires intérieures doit aboutir à une réouverture des portes de l'UE à ceux qui cherchent à échapper aux persécutions. Le message qu'Amnesty International attend des chefs d'Etat et de gouvernement réunis à Tampere est que l'UE se conformera aux engagements qui découlent pour elle de la Convention de Genève et des textes internationaux sur les droits humains et qu'elle accordera pleinement sa protection aux réfugiés.
Dans le cadre nouveau du traité d'Amsterdam, le sommet de Tampere offre une occasion unique de donner une orientation nouvelle en faveur du respect des droits humains à la politique de l'UE en matière d'asile. Il existe cependant un risque sérieux que les chefs d'Etat et de gouvernement se bornent à confirmer une politique de contrôle de plus en plus rigoureux aboutissant dans la pratique à la fermeture.
Pleine protection
Amnesty International constate que le fossé entre la rhétorique des gouvernements en ce qui concerne les questions de droit d'asile et la réalité va en s'élargissant. Ils affirment en paroles leur intention de se conformer à leurs obligations internationales en matière de protection des réfugiés, mais les faits montrent le contraire. Les gouvernements de certains pays ont mis en place des normes destinées à empêcher des réfugiés légitimes qui cherchent à échapper à la persécution de se rendre en Europe et, lorsqu'ils y sont, d'obtenir pleinement le statut de réfugié et les droits qui s'y attachent.
Solidarité internationale
Au cours de la décennie écoulée, l'attitude généralement adoptée a consisté à fermer les portes, en vue de protéger la "forteresse Europe", alors que le nombre de demandeurs d'asile qui cherchent à gagner l'UE est minime. En 1998, moins de 30 000 personnes ont obtenu l'asile dans des pays membres de l'UE. L'UE accueillait l'an dernier 16 % des 16,5 millions de réfugiés et personnes déplacées du monde, et même lorsque des crises se produisent en Europe, l'UE n'a pas à faire face à des afflux massifs, comme on a pu le voir lors de la récente crise au Kosovo. Sur les 880 000 personnes déplacées de cette région, environ 100 000 ont demandé asile en dehors de la région et 75 400 sont rentrées au Kosovo après qu'un accord est survenu entre l'OTAN et la Yougoslavie. Au lieu de discuter du partage entre eux de la soi-disant charge des demandeurs d'asile et personnes déplacées, les quinze Etats membres, qui font partie des pays les plus riches du monde devraient montrer leur solidarité avec les pays pauvres qui accueillent la majorité écrasante des réfugiés et personnes déplacées. Il convient de veiller à ce que les ressources, déjà bien insuffisantes, destinées à des programmes d'urgence dans des régions où les problèmes d'asile sont aigus, ne soient pas détournées pour être employées à empêcher les réfugiés d'atteindre le territoire de l'UE.
Il faut s'attaquer au problème des violations des droits humains Amnesty International partage l'opinion selon laquelle il faudrait considérer la question du droit d'asile dans sa globalité. Les gouvernements des pays de l'UE concentrent leur attention sur le contrôle des flux de réfugiés, et ne s'attaquent pas suffisamment à leurs causes, à savoir, le fait que les pays d'origine ne respectent pas les droits humains. Les plans d'action que le Groupe de travail à haut niveau sur le droit d'asile et les migrations a récemment présentés sont bien loin d'atteindre leur objectif initial, qui était d'étudier la nécessité d'améliorer le respect des droits humains et la situation socio-économique dans les pays d'origine des demandeurs d'asile. Les mesures proposées ont surtout pour objet d'empêcher l'immigration dans les pays de l'UE, comme par exemple une plus grande efficacité dans la mise en oeuvre du régime des visas de l'UE dans les pays d'origine, la lutte contre les faux documents ou la conception d'accords de réadmission (accords sur l'obligation des pays tiers de reprendre les personnes qui se rendent dans un pays de l'UE irrégulièrement sans les autorisations nécessaires).
La mise en oeuvre de ces mesures ignore les besoins spécifiques des personnes qui demandent protection. L'asile et les mesures de protection en faveur de ceux qui fuient les violations des droits humains ne peuvent en aucun cas être subordonnés au contrôle des flux migratoires. Amnesty International insiste sur le fait qu'il faut penser en priorité à protéger les réfugiés, non à les empêcher de venir en Europe.

PROTECTION DU BEBE DE PERE HIV POSITIF

Un homme infecté par le Sida (HIV) doit bientôt devenir le père d'un bébé sain après avoir été le premier à bénéficier d'une nouvelle technique Britannique consistant à débarrasser son sperme du virus. La mère et le bébé furent protégés de l' infection HIV et du risque en résultant par le premier programme de lavage du sperme ( Londres Chelsea et Westminster Hôpital). Les scientifiques croient que, en protégeant la mère, ils protègent le bébé, puisqu'aucun bébé HIV positif n'est jamais né d'une femme n'ayant pas le virus.
Après avoir séparé le sperme du fluide séminal infecté, les experts Britanniques ont pratiqué un double test 'HIV' ultra sensible pour démontrer que le sperme était propre. Carole Gilling-Smith, directeur médical du programme, a déclaré que cela réduit le risque de passer l'HIV à une femme d'1% à pratiquement zéro. Elle a ajouté que bien que certains pensent que ce travail était un gaspillage de temps, "beaucoup d'hommes (dans le programme) ont acquis le virus par transfusion sanguine et sont maintenant traités par la triple thérapie ce qui leur donne un bon espoir de vie ." (The Times, October 18 1999)

DOCTORS PROTECT BABY FROM FATHER'S HIV
A man infected with HIV is soon to become the father of a healthy baby after becoming the first to benefit from a pioneering British technique to rid his sperm of the virus. The mother and baby were protected from catching HIV and the consequent risk of AIDS by Britain's first sperm-washing programme at London's Chelsea and Westminster Hospital. Scientists believe that, by protecting the mother, they protect the baby, since no HIV-positive baby has ever been born to a woman without the virus.
After separating the sperm from the infected seminal fluid, the British experts have added what they believe to be the life-saving step of an ultra-sensitive HIV test to double check that the sperm are clean. Carole Gilling-Smith, medical director of the programme, claims that this reduces the risk of passing on HIV virus to a woman from one in a hundred to practically zero. She said that although some thought the work was a waste of time, "a lot of men (in the programme) got the virus through blood transfusion and are now on triple therapy which gives them a good life expectancy." (The Times, October 18 1999)

L' AFRIQUE DU SUD VEUT RENDRE DISPONIBLE LE RU-486

Le chef du Service de contôle des médicaments d'Afrique du Sud a annoncé que RU-486 sera disponible dans le pays à la mi- 2000. Helen Rees déclare que la recherche pour l'emploi de la pilule commencerait en janvier 2000 et que des programmes pilote seront conduits dans des zones rurales et urbaines pour cerner son efficacité. Le RU-486 est habituellement efficace jusqu'à neuf semaines après la conception.

SOUTH AFRICA TO MAKE RU-486 AVAILABLE TO PATIENTS
The head of South Africa's Medicines Control Council has announced that RU-486 will be available in the country by the middle of 2000. Helen Rees said research into the use of the pill was to begin in January 2000 and pilot programmes in urban and rural areas will be conducted to gauge its effectiveness. The RU-486 pill is usually effective until nine weeks after conception. (Panafrican News Agency, October 13, 1999)

USA: LE SIDA EST RETROGRADE DANS LA LISTE DES CAUSES MAJEURES DE DECES

Le Sida est rétrogradé dans la liste des 15 causes majeures de décès aux Etats-Unis en 1998, une année où l'espérance de vie a atteint un record - presque 77 ans - et enregistré des tendances favorables dans les maladies cardiaques, le cancer, et l'attaque. Les statistiques de mortalité ont été publiées récemment par le Centre National US des statistiques de santé. Le Sida était la huitième cause de décès en 1996 et la 14ème en 1997, ce qui est le reflet de l'emploi généralisé de la triple thérapie antivirale. (International Herald Tribune, October 8 1999)

US: AIDS FALLS FROM LIST OF LEADING DEATH CAUSES
AIDS fell from the list of the leading 15 causes of death in the United States in 1998, a year that also saw a record high in life expectancy - nearly 77 years - and favourable trends in heart disease, cancer, and stroke. The mortality statistics were released recently by the US National Center for Health Statistics. AIDS was the eighth leading cause of death in 1996 and the 14th in 1997, a reflection of the widespread use of life-prolonging "triple therapy" with antiviral drugs. (International Herald Tribune, October 8 1999)

UK : LE MINISTRE DU DEVELOPPEMENT SOULIGNE L'"OBSESSION" AVORTEMENT DES PUBLICATIONS CATHOLIQUES

Clare Short, la Secrétaire au développement au Royaume Uni affirme dans une lettre au Catholic Herald (Octobre 22 1999). que la politique britannique de santé de la reproduction se focalise sur comment aider les pauvres au niveau mondial à avoir des familles saines, et à diminuer la mortalité liée à l'accouchement. "Je suis . .. attristée qu'une publication Catholique soit obsédée avec ces questions et si peu intéressée à l'amélioration des conditions de vie du quart de l'humanité qui vit dans une pauvreté abjecte," ajoute-t-elle en se référant aux articles négatifs récents parus sur la contraception et le contrôle de la population. Ms Court ajoute aussi que les Nations unies et le Département pour le développement International (Department for International Development (DFID) ) ne soutiennent pas la politique chinoise d'enfant unique mais soutiennent "la fin de cet abus de droit de l'homme en Chine pour donner aux chinois l'accès à la contraception de telle sorte qu'ils puissent choisir eux-mêmes le nombre d'enfants qu'ils souhaitent." (Catholic Herald, October 22 1999)

UK DEVELOPMENT MINISTER HITS OUT AT CATHOLIC PAPER'S "OBSESSION" WITH ABORTION
British reproductive health policy focuses on helping the poor of the world to have healthy families, and see fewer women die in childbirth, said Clare Short, the United Kingdom's Development Secretary, in a letter to the Catholic Herald (October 22 1999). "I am ... saddened that a Catholic paper should be so obsessed with these questions and so little interested in improving living conditions for the one in four of the human family that live in abject poverty," she said, referring to recent negative articles on population control and contraception. Ms Short also said that the United Nations and the Department for International Development (DFID) do not support China's one child policy but are "focused on ending this abuse of human rights in China and giving Chinese people access to contraception so that they can choose for themselves how many children they want." (Catholic Herald, October 22 1999)

Un Nouveau Service au Planning

Les Pages Jeunes. Elles sont encore en voie de développement. Rubriques cinéma, théâtre et lieux insolites...
Les Pages Jeunes
avec Sabine et Michaël