Chercher sur le Site par Mot clef Mot(s) exact(s)


Stérilisation volontaire féminine ou masculine


La discussion sur la stérilisation peut se situer à plusieurs niveaux :

D'abord l'envie :

Il ne faut plus avoir le souhait d'avoir un ( ou un autre ) enfant avant d'envisager soit la ligature des trompes soit la vasectomie ( ligature des déférents ).

En effet il faut considérer la ligature féminine ou la vasectomie comme une contraception définitive ; ce qui n'est pas nécessairement vrai mais on ne sait pas quelles seront les personnes chez qui une ré-intervention réussira et permettra un retour à la fertilité.

Il faut distinguer ici la réintervention féminine et la réintervention masculine : chez ce dernier en effet si la perméabilité peut être retrouvée comme chez la femme il n'y a pas nécessairement de résultat-grossesses et le mécanisme possible de cela est la présence parfois d'anticorps anti spermatozoides post vasectomie.

La technique

chez la femme :

    Les techniques anciennes avaient recours à une intervention chirurgicale qui pouvait être pratiquée
  • soit "à ventre ouvert"
  • soit par voie vaginale ( sans cicatrice ).
  • La technique "à ventre ouvert" n'est plus employée sauf lors d'une césarienne. La ligature n'est alors qu'un petit complément technique.
  • La ligature par voie vaginale peut encore s'effectuer pour autant que l'on ait une raison autre d'intervenir ( intervention par exemple en cas d'incontinence ). La ligature n'est alors également qu'un petit complément technique.
  • La ligature "post-partum" c'est à dire le lendemain ou le jour suivant l'accouchement. Comme l'utérus est encore gros et de ce fait haut on peut atteindre les trompes par une toute petite incision autour du nombril. Le séjour en maternité n'en est pas prolongé pour autant.
Actuellement on utilise la voie laparoscopique ( au niveau du nombril ) et la pose de clips qui "abiment" moins de trompe et de ce fait une ré-anastomose ( reperméabilisation ) sera plus aisée ( la tentative de reperméabilisation se fera sous microscope opératoire tant chez la femme que chez l'homme et n'est pas toujours couronnée de succès ).

Cette intervention nécessite une anesthésie générale mais peut se faire éventuellement en hôpital de jour c'est-à-dire entrée le matin et sortie l'après-midi; la cicatrice est toute petite et devient quasi invisible.
Néanmoins cette intervention est de préférence accompagnée d'une courte hospitalisation d'une journée étant donné que les suites opératoires ( après le réveil ) sont un peu douloureuses et nécessitent quelques "calmants".

Les clips sont posés sur les trompes et empêchent le passage de l'ovule. Il n'y a donc pas de modification du cycle ( les ovaires sont intacts ). Il s'agit donc d'une action seulement mécanique. Une ré-anastomose est possible comme indiqué ci-dessus ; en cas d'échec de la ré-anastomose il reste la possibilité de "bébé-éprouvette" c'est-à-dire une fécondation in vitro.

chez l'homme :

Le gros avantage de l'intervention chez l'homme est qu'elle peut se faire en ambulatoire strict ( pas d'hospitalisation mais hôpital de jour ) et sous anesthésie locale. Il s'agit ici aussi d'une action seulement mécanique : ligature et section du canal déférent qui sert à transporter les spermatozoïdes.

Par ailleurs il est possible pour l'homme de "stocker" du matériel génétique en banque de sperme pour un usage futur en cas de regret.


Mise au point américaine

SOURCE: Obstet Gynecol Surv 1999 Décembre;54(12):766-77
Obstet Gynecol est une des plus grandes revues gynéco américaine

Le but de cet article est d'analyser de manière critique les deux techniques de stérilisation ( la ligature des trompes et la vasectomie ) de telle sorte qu'un médecin puisse fournir l'information au sujet des méthodes de stérilisation.

Une recherche MEDLINE extensive de la littérature médicale publiée depuis 1966 a été entreprise pour comparer les conseils préopératoires, les procédures opératoires, les complications postopératoires, les coûts, les conséquences psychosociales et la faisabilité de la reperméabilisation entre la ligature des trompes et la vasectomie.

Comparée avec la vasectomie, la ligature des trompes est 20 fois plus susceptible d' avoir des complications majeures, elle enregistre 10 à 37 fois plus d' échecs, et coûte trois fois plus. En outre, la mortalité, bien que rare, est 12 fois plus élevée pour la stérilisation de la femme que celle de l'homme.

Malgré ces avantages, il y eut 300,000 ligatures des trompes en plus que de vasectomies en 1987. En 1987, il y eut en effet 976,000 stérilisations ( 65% de ligature des trompes et 35% de vasectomies ) avec un coût général de $1.8 milliard. Plus de $260 millions auraient été économisés si le nombre de vasectomies avait été égal à celui des ligatures, et $800 million si 80% avait été des vasectomies, comme ce fut le cas en 1971.

La méthode de stérilisation la plus sûre, la plus efficace, et la moins coûteuse est la vasectomie. Pour ces raisons, les médecins devraient recommander la vasectomie lorsqu'ils fournissent des avis sur la stérilisation, malgré la popularité de la ligature.


The purpose of this review is to analyze critically the two techniques of sterilization (bilateral tubal ligation [BTL] and vasectomy) so that a physician may provide informed consent about methods of sterilization.

A MEDLINE search and extensive review of published literature dating back to 1966 was undertaken to compare preoperative counseling, operative procedures, postoperative complications, procedure-related costs, psychosocial consequences, and feasibility of reversal between BTL and a vasectomy.

Compared with a vasectomy, BTL is 20 times more likely to have major complications, 10 to 37 times more likely to fail, and cost three times as much. Moreover, the procedure- related mortality, although rare, is 12 times higher with sterilization of the woman than of the man. Despite these advantages, 300,000 more BTLs were done in 1987 than vasectomies. In 1987, there were 976,000 sterilizations (65 percent BTLs and 35 percent vasectomies) with an overall cost of $1.8 billion. Over $260 million could have been saved if equal numbers of vasectomies and BTLs had been performed, or more than $800 million if 80 percent had been vasectomies, as was the case in 1971.

The safest, most efficacious, and least expensive method of sterilization is vasectomy.

For these reasons, physicians should recommend vasectomy when providing counseling on sterilization, despite the popularity of BTL.

SOURCE: Obstet Gynecol Surv 1999 Dec;54(12):766-77

Le regret

Plus la personne est jeune et plus la période de fertilité est grande.
Il y a donc plus de possibilités de regrets selon que la femme a 40 ans ou 28, quelque soit le nombre d'enfants.
Rappellons que cette période de fertilité n'est pas la même chez un homme que chez une femme ( Yves Montand, Picasso etc.. )

Mise au point américaine

SOURCE: J Urol 1999 Juin;161(6):1835-9

CONCLUSIONS: Les patients qui demandent une reperméabilisation de vasectomie ont le plus souvent choisi la stérilisation volontaire à un plus jeune âge. Nous croyons que les plus jeunes hommes devraient recevoir de meilleurs conseils pré-vasectomie . Cependant, la réussite estimée et le coût-efficacité de la cryopreservation ( banque de sperme ) de sperme avant vasectomie, ajouté aux inséminations intrauterines , peut rendre cette alternative non-chirurgicale désirable pour les plus jeunes couples qui choisissent néanmoins la vasectomie malgré les informations correctes du taux de reperméabilisation (+-50%).

CONCLUSIONS: Patients who requested vasectomy reversal most often chose voluntary sterilization at a younger age. We believe that younger men should be given better pre-vasectomy counseling. However, the success rate and cost-effectiveness of sperm cryopreservation before vasectomy, with subsequent intrauterine insemination, may make this nonsurgical alternative desirable for younger couples who choose vasectomy even when properly informed about reversal rates.

SOURCE: J Urol 1999 Jun;161(6):1835-9

Nouvelle méthode : STOP (Alternative à la chirurgie)
Essure vient d'être approuvée par la Food and Drug Administration dispositif
Photo dispositif

Y a-t-il encore une place pour la ligature ou la vasectomie ?

Certainement ou probablement.
On peut penser ici aux nouvelles techniques de longue durée mais réversibles ( stérilet à la progestérone = 5 ans ; l'implant = 3 ans )
On peut encore évoquer les aspects bénéfiques intéressants de la contraception.
Néanmoins chacun a le pouvoir, une fois informé de choisir ce qui lui convient.

Ces renseignements pourront être une première base de réflexion.

Faites vous aider par votre gynécologue pour approfondir le débat et surtout le centrer sur votre cas.
La stérilisation n'est pas une petite décision. Est-elle le meilleur choix pour vous maintenant et d'ici quelques années ?

Si vous le pensez faut-il une ligature féminine ou bien les arguments américains mais aussi canadiens font-ils pencher la balance vers la vasectomie ?
Si tel est le cas il faut savoir que peu de gynécologues la pratiquent et qu'il faudra alors probablement consulter un andrologue ou un urologue.

Jusqu'ici , cette méthode contraceptive largement utilisée à travers le monde par les deux sexes va prochainement être autorisée. ...lire l"article du Monde du 2/12/00
La seule méthode de contraception assumée par l'homme ...lire l"article du Monde du 2/12/00

Retour | Menu | Télécharger Imprimer (PDF)