Chercher sur le Site par Mot clef Mot(s) exact(s)



Décision | Examen | Modalités | Technique | Complications
Après | RU 486 | IVG par Médicaments





La Décision

Vous avez un retard.  Qu'en est-il ?
Etes vous seulement en retard ou bien enceinte ?

Si cette dernière éventualité est la réalité vous pensez que c'est la catastrophe. Catastrophe pour toutes sortes de raisons qui vous appartiennent et vous envisagez une interruption volontaire de grossesse.
  • Pour l'une il s'agira d'une situation économique épouvantable ; il vous faut déjà vous battre pour assurer le vécu de tous les jours, un enfant dans ce contexte est à vos yeux impossible.
  • Pour l'autre encore adolescente il s'agit d'un problème majeur: elle ne se voit pas prendre en charge un enfant alors que son avenir n'est même pas encore ébauché, que ses études sont en cours et loin d'être terminées.
  • La troisième est seule avec un enfant et doit déjà difficilement faire face.
Vous devez en parler.
A vos parents, à un(e) ami(e), à votre médecin, à une assistante sociale, à une psychologue, à l'infirmière de l'école...à la personne qui selon vous pourra vous aider. Ne restez pas seule.


Quelle que soit votre décision elle ne peut être mise en cause. Et si votre décision n'est pas prise nul ne peut la prendre pour vous, nul ne peut vous influencer.
Par contre nous pouvons tenter de vous aider à faire votre choix entre garder la grossesse ou l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse ( RU 486 ) ou chirurgicale ( par aspiration ) en ayant envisagé les différentes facettes du problème.

Qui consulter ?

  • Votre gynécologue habituel ou un médecin qui pourra peut-être parce qu'il ne vous connaît pas vous mettre plus à l'aise ?
  • Un centre de planning familial qui est habitué à ce genre de demandes et à pratiquer un suivi de grossesse ou une IVG ?
C'est à vous de choisir.


Si vous estimez ne pas recevoir l'aide que vous attendez lors de cette consultation n'hésitez pas à prendre un autre avis.

Lors de la consultation
    votre démarche doit au moins avoir deux objectifs,
  • d'une part confirmer la grossesse et l'évaluation de celle ci : de combien de semaines suis-je enceinte, la grossesse est-elle normale ?
  • et d'autre part recevoir l'aide psychologique pour arriver à prendre la meilleure décision.

  Top  haut

L'examen médical doit s'attacher à vous donner les renseignements qui vous manquent.
  • Les moyens mis en oeuvre seront outre l'examen proprement dit
  • un test de grossesse  sur urines ou si nécessaire sanguin.
  • Il est indispensable de connaître le groupe de sang et le facteur Rhésus.   Si ce dernier est négatif il est, si l'interruption a lieu, absolument nécessaire de recevoir une injection intramusculaire de gammaglobulines pour préserver l'avenir.
  • Une échographie sera pratiquée qui permettra de connaître l'âge exact en semaines d'aménorrhée ( important pour le choix RU 486 c'est à dire IVG par médicaments ou aspiration c'est à dire IVG chirurgical ) et la localisation de la grossesse, ( il ne faut pas oublier qu'il y a un petit nombre de grossesses mal implantées : GEU ). Il faut pouvoir gérer les anomalies éventuelles.
  • Un frottis vaginal à la recherche de certaines infections dites à chlamydia ( maladie sexuellement transmissible ) est à envisager avant une interruption volontaire de grossesse.
  Top  haut

Modalités :
    faut-il choisir une anesthésie générale ou locale ?
  • Sauf cas d'espèce et sauf cas de désir personnel de la femme l'anesthésie locale est généralement choisie pour un IVG par aspiration. Elle est cependant moins confortable car elle est moins complète et en outre certains produits donnent des sensations génantes ( si la patiente est avertie tout se passe alors normalement ).
  • Si cependant l' anesthésie locale est néanmoins proposée c'est qu'elle présente des avantages : il n'est plus besoin de rentrer la veille à l'hôpital et l'intervention peut même se faire en milieu extra hospitalier.
  • Un troisième choix est l'anesthésie locale et une injection intra-musculaire d'un produit "décontractant". Mais alors il est nécessaire d'être en milieu hospitalier ( One day clinic ou Hopital de Jour par exemple )
  Top  haut


La technique
de l'interruption volontaire de grossesse proprement dite fait appel , après la nécessaire dilatation du col ( qui n'est plus toujours nécessaire car elle peut maintenant se faire grâce à un médicament pris 6 heures avant ) , à l'aspiration ( le curetage n'est plus en pratique utilisé sauf exceptions ).

  • L'intervention dure environ 20 à 30 minutes.
  • Un traitement complémentaire sera prescrit; il sera à prendre dans les 10 à 15 jours qui viennent : il s'agit d'utéro-contractants dont un des rôles est de permettre de chasser les caillots, de prévenir leur formation et d'éviter ainsi une collection intra-utérine ;
  • il s'agit encore d'une pilule ( à considérer comme un médicament ) qui aidera à éviter une cicatrisation avec accolements que l'on appelle synéchies mais aussi à provoquer des règles avant leur date normale en arrêtant préventivement si nécessaire cette pilule.
  • Si l'on a pratiqué un frottis préventif et qu'il n'y a pas de chlamydia un traitement antibiotique n'est pas nécessaire. Si un frottis n'a pas été réalisé pour différentes raisons ( manque de temps etc..) un traitement antibiotique anti-chlamydia ( maladie sexuellement transmissible ) peut être prescrit en pré et/ou post IVG.
  Top  haut


Complications Opératoires de l' IVG:

elles sont décrites mais peu fréquentes

Complications Post Opératoires :

  • La Rétention : L'aspiration malgré le soin apporté est incomplète. La femme présentera dans les jours suivants des phénomènes anormaux tels des pertes de sang plus abondantes ou de la température ou des pertes anormales. Elle doit reprendre contact avec le médecin qui après examen et analyses verra s'il y a lieu de repratiquer une aspiration complémentaire. Beaucoup de ces rétentions ne nécessiteront pas une nouvelle aspiration ou curetage si la femme a pris la pilule qu'elle pourra arrêter vers le 14 ème jour de sa prise et adjoindre dès les règles 2 comprimés de "cytotec". Une échographie pratiquée après ces règles confirmera que la rétention a été évacuée.
  • L'infection : Il arrive ( qu'il y ait rétention ou non ) qu'une infection se déclare. Elle se manifeste par des pertes anormales, des pertes de sang, de la douleur ou de la gêne. Le médecin pourra efficacement vous aider si vous prenez soin de le reconsulter. Cette infection est secondaire et n'est pas à mettre en lien avec une maladie sexuellement transmissible.
  Top  haut


Conseils après l'interruption volontaire de grossesse:

  • l'importance des saignements après l'intervention que vous aurez subie peut varier beaucoup d'une femme à l'autre. Généralement des saignements, comme lors des règles, durant 4 à 7 jours puis continuant pendant 2 à 3 semaines par de petites pertes de sang. Parfois les saignements peuvent être quasi nuls. Parfois ils peuvent être plus forts, au point de nécessiter l'usage de bandes hygiéniques pendant plusieurs semaines.
  • Il est essentiel de faire une visite de contrôle deux semaines après l'interruption. Le médecin vérifiera si tout s'est bien passé sans complications, vous transmettra les résultats des analyses effectuées en laboratoire et vous informera sur la contraception.
  • Entre le jour de l'interruption et cette visite de contrôle, il ne faut pas employer de tampons ( tampax, OB ...) mais utiliser des bandes hygiéniques,
  • il ne faut pas prendre de bains, mais prendre des douches,
  • il ne faut pas faire d'injections intra-vaginales ni utiliser de contraceptifs intravaginaux ( ovules spermicides ), ni faire l'amour ( c'est un conseil fréquent mais qui n'est probablement pas justifié )... mais surtout pas avant d'en avoir envie
    Si un des problèmes suivants survient
  • Saignements importants nécessitant l'emploi de plus de deux bandes hygiéniques à l'heure,
  • d'abondantes pertes de caillots;
  • des crampes douloureuses ( contractions ) après le 8ème jour ( elles sont normales entre le 4ème et le 7ème jour );
  • de la température supérieure à 37 ,5 avec des frissons,
  • des vomissements ou de la diarrhée;
  • des pertes de sang malodorantes ou pertes jaunâtres;
  • des vertiges, perte de connaissance
Il faut recontacter le médecin.

Si vous ne vous en sortez pas psychologiquement, si vous avez des questions à poser, il est préférable d'en parler plutôt que de les garder pour vous. Contactez Votre médecin ou votre psychologue.



  Top  haut


L'IVG par médicaments

Il existe un médicament dénommé RU 486 ( dossier ) ou pilule abortive qui peut être administré en début de grossesse ( 7 à 9 premières semaines environ ) et qui induit un avortement. Le RU 486 est disponible en France, Suède, Angleterre, Chine.  Il existe depuis le 10/07/00 en Belgique et permet donc aussi chez nous l'IVG par médicaments

Une avancée spectaculaire anglo-américaine des modalités thérapeutiques
Autres Infos
Ru486  RuOrg  nombreuses références

Un autre médicament : le cytotec pris 6 heures avant l' IVG chirurgical ( aspiration ) permet une ouverture plus facile du col de l'utérus; donc il y a moins de sensations douloureuses et moins de difficultés pour la patiente et le gynéco. Son action est très très intéressante. C'est un très gros progrès pour les femmes ( existe aussi en Belgique ).
Ce médicament est également utilisé seul dans certains pays ( à plus forte dose).
Il accompagne aussi le RU 486 dans le cas d'une interruption volontaire de grossesse médicamenteuse ou IVG par médicaments et est à ce moment là pris 48 heures après le RU 486.

Le délai de 6 heures est une moyenne :

  • pour certaines la dilatation ne sera pas tout à fait complète, mais le complément sera beaucoup plus facile à faire
  • pour la majorité des femmes ce sera OK
  • pour quelques unes il y aura en plus un petit décollement qui amènera quelques pertes sanguines ( ne pas paniquer, si nécessaire aller à son rendez vous un peu plus tôt que prévu ) .
    Ce n'est donc pas une IVG par médicaments mais une IVG assistée par médicaments si on n'emploie que ce deuxième médicament. Cependant il pourrait suffire : Il est utilisé dans certains pays ( à plus forte dose ). de cette façon.
Lorsque l'on déclenche un accouchement ( pour raisons médicales ) avec ce même type de médicament la réponse est similaire : pour la plupart il y a murissement et légère ouverture du col, pour quelques unes le déclenchement se met en route ( et ce n'est pas un problème puisque c'est ce que l'on souhaitait ). La réaction à ce type de médicament est donc un peu individuelle : variations d'une personne à l'autre mais dans une mesure acceptable.

Le mode d'administration : ces comprimés peuvent être pris par la bouche ou placés dans le vagin près du col. La littérature médicale est en faveur du placement vaginal ( meilleure réponse pour certains auteurs ). Un avantage c'est qu'il ne sera pas expulsé par vomissement. Mettre un tampon pour ne pas les perdre en passant à la toilette.


Nouvelles Modalités thérapeutiques : revue de la littérature 2000-2001

Si vous voulez télécharger cette page au format pdf cliquez ici ( travail scolaire etc...)

Vous aurez besoin du plug-in Adobe Acrobat pour ensuite consulter le document ou l'imprimer. Si vous désirez télécharger Acrobat, cliquez ici : ( il est gratuit )


Top
Les Plannings Laïques



Les dossiers des Medias
dossier IVG France 2
Dossier IVG
France 2 :

L'avortement,
une affaire
de femmes


dossier IVG Le Monde
dossier IVG Le Monde

Dossier IVG
Le Monde :



L'IVG à
12 semaines





dossier IVG M6


Les pièges
de l'amour



Adolescents
les risques de
l' amour





Sujet apparenté

la 5


La pilule du
lendemain à l'école



dossier IVG Liberation



Dossier IVG
Liberation :



IVG,
l'age de
la raison





L'IVG off shore
L'IVG traditionnel est encore largement pratiqué au Cambodge (conséquences)
L'IVG "bouge" en France

Groupe d'Action des Centres Extra-Hospitaliers pratiquant l'Avortement ( GACEPHA ) 02/502.72.07 ou 041/37.89.13 ( si vous souhaitez une adresse près de chez vous.)

Vlanderen Adressen

Fédération Internationale des Associés Professionnels
de l'Avortement et de la Contraception


Si vous voulez suggérer cette page à un(e) ou des ami(es).



© JMD
Top  haut

Retour Menu