Le Traitement des Problèmes Sexuels en Planning Familial

A propos de la Frigidité


   To: planning.familial@pi.be
From: xxxxxx@yyyyy.com
Subject: Frigidité
L'Organisation des pages : "......."
Le contenu : ".......t"
SUGGESTIONS pour ameliorations :
parler de la frigidité, et des façons d'y remédier, car pour le moment ce n'est pas très clair...


  

Bonjour

Bien reçu votre message qui est pour le moins surprenant par sa forme et sa vivacité ...

La carte n'est pas le territoire, la langue n'est pas la langue mais bien une convention entre humains pour tenter de décrire la réalité.

Lorsque vous parlez de frigidité nous aurons tendance à savoir que nous ne savons pas ce que cela veut dire à part la vague représentation globale que nous pouvons nous en faire.

Permettez-nous de vous raconter une histoire analogue concernant une demande ancienne dans le domaine de la " frigidité "

Une dame va consulter un thérapeute pour le problème suivant :
d : - Mon gynécologue m'a donné vos coordonnées afin de traiter mon problème de frigidité.
th : vous voulez-dire que votre gynécologue pense que vous avez un problème ds le domaine de la sexualité
d : - non c'est moi qui pense que je suis frigide
th :- dans ce cas pourriez-vous expliquer ce que vous entendez par frigidité car je risque de comprendre par là des choses erronnées
d : - enfin je suppose que vous savez bien ce que ça veut dire
th :- je pense que j'en ai une idée assez théorique et culturelle mais cela ne me dit pas ce que cela signifie pour vous ? Mais si cela est difficile pour vous vous pouvez en parler une autre fois ou je peux vous poser des questions
d:- posez-moi les questions
th : - je serais tenté de penser que vous ne faites jamais l'amour
d : - oh si ! car mon mari serait tellement déçu si je n'acceptais jamais
th : - dans ce cas cela doit être insupportable pour vous
d : - c'est à dire que cela n'est qu'une partie de ce qui se passe car je déteste que mon mari me pénètre mais tous les jeux prélimainaires je les accepte
th : dans ce cas vous n'éprouvez aucun plaisir ... ?
d : c'est à dire que si quand il a beaucoup insisté pour faire l'amour j'accepte ses carresses et je finis par ne pas trouver cela dérangeant sauf lorsqu'il veut me pénétrer
th : - Mais vous ne pouvez pas éprouver d'orgasme .
d : - si cela arrive quelque fois etc

On remarquera que cet entretien va se pouruivre jusqu'à avoir une définition aussi proche que possible de la réalité de la dame et pas de la nôtre
Dans cet entretien il va très vite apparaître que la dame en réalité ne sait pas dire non à son mari. Il s'ensuit que le mari confusionnant continue toujours à la harceler, qu'elle accepte assez mollement ses avances et que lorqu'il s'agit de la pénétrer c'est encore plus confusionnant car elle accepte ses avances tout en étant dégoutée et sèche.
Il va s'avérer que le problème pour lequel la dame consultera plus tard concernera sa difficulté à dire non, laquelle difficulté à tendance à la déprimer
Le problème sexuel est la demande du mari lequel n'est pas prêt à consulter car il estime qu'il n'a pas de problème
Cette chose lui a coûté son couple car la dame s'est occupée de sa capacité à dire non et elle a pu lui dire à quel point elle en avait marre de faire le ménage toutes les semaines alors qu'elle aurait tant voulu avoir une femme d'ouvrage qu'elle aurait pu financer car elle gagnait plus que lui mais que ses suppléments de deniers devaient servir à financer des travaux dans une maison qui au demeurant resterait toujours la propriété de son mari. Je passerai les autres points qu'elle aussi a fini par rectifier. Au bout du compte elle est partie.



Comme vous le voyez il y a beaucoup à dire à propos de l'interaction entre deux personnes et à propos des non-dit que l'on laisse en suspens et qui finissent par s'occuper du couple sous forme de problèmes divers notamment sexuels

Parfois le simple fait de ne pas se préoccuper de la place de l'argent dans un couple peut tout faire foirer sur le plan sexuel :

Ex cette femme qui avait une profession libérale et qui souffrait de douleurs vaginales intolérables pendant la pénétration. Elle avait consulté ce qu'il y a de mieux sur le plan médical. Rien n'y fit.
Deux ans de calvaire intolérable. Elle ressentait comme des coups de poignard.
Au hasard des séances au cours duquel il était question des accords que ce couple avait élablorés à propos de choses essentielles dans la vie d'un couple elle aborda de manière assez violente le chapitre de la place de l'argent en critiquant vertement la manière "irresponsable" que son mari avait de dépener l'argent du ménage.
Or lui n'ayant pas terminé ses études gagnait bq moins qu'elle. Ils avaient en un consensus mou laissé sur le compte commun ce qui rentrait des deux sources professionnelles en évitant frileusement d'en parler clairement. Par contre elle critiquait la façon irresponsable qu'avait son mari de dépenser les sous.
Le th demanda au mari s'il avait été éclairci s'il avait l'autorisation de dépenser l'argent du compte comme il le voulait. Il répondit que cela lui paraissait normal puisqu'il y mettait tout.
Il fut demandé à l'épouse de savoir ce que cela lui faisait de gagner plus que son mari et qu'il pouvait impunément se servir.
Cette question la mit dans un embarras très clair. Elle répondit que cela ne se faisait pas de parler d'argent et qu'il était indécent de sa part alors qu'elle gagnait plus de chicaner. Mais n'était-ce pas ce qu'elle faisait ?
Il leur fut demandé de réfléchir à une possiblilité d'accord du style : compte commun avec apport proportionnel au revenu de chacun de manière à disposer chacun d'une somme avec laquelle il fait ce qu'il veut. Toute autre proposition était la bienvenue à condition d'en discuter en thérapie avant de prendre quelle que mesure que ce fut.
Pendant plusieurs semaines d'affilée ils ont pris rendez- vous sans pouvoir venir car ils était trop occupés.
Un jour qu'ils avaient à nouveau pris un rendez-vous la dame appela le th pour lui dire qu'ils ne viendraient plus car les douleurs avaient quasiment disparu et que la discussion à propos de l'argent leur avait pris beaucoup de temps


Alors de quoi parle-t-on quand on parle de frigidité je n'en sais rien.

Quant à mouiller tout homme à vécu l'expérience de la salivation lorsqu'il a très faim et qu'un fumet lui carresse les narines; mais quand il n'a pas faim il se peut, à part s'il est boulimique, que sa bouche reste sèche.
Ne pas avoir envie en soi n'est pas une maladie.
Si la personne à qui cela arrive se pose des questions alors il est peut-être bon qu'elle aille consulter dans un endroit dans lequel elle aura droit à toute la protection et l'intimité que réclame ce type de démarche avec ou sans son compagnon mari ou amant
Bien à vous



La dysfonction sexuelle féminine



Table des matièresPage PrécédentePage Suivante


© Paul Waterkeyn - Conseiller Conjugal - Thérapie brève systémique -