LA BOULIMIE



Qu’est-ce que la boulimie ?

Vivre des crises de boulimie, c’est perdre le contrôle de ce que l’on mange et de la quantité avalée. C’est, par exemple, entamer un cake ou un paquet de biscuits et ne pas pouvoir s’arrêter de manger tant qu’il en reste. Si cela arrive de façon espacée, ce n’est pas forcément de la boulimie, on peut alors parler de troubles alimentaires, mais c’est à surveiller



D’où vient ce besoin de manger, souvent sans faim ?

C’est une histoire ancienne. Le bébé qui a connu, dans le ventre de sa mère, une ambiance feutrée, une température agréable, a aussi été nourri de façon régulière sans jamais ressentir ni faim ni frustration. Lorsqu’il naît, il se trouve confronté au bruit, au froid, aux manques. C’est avec un biberon que ses besoins seront calmés ( provisoirement ).

Devenu grand, il aura à vivre des soucis quotidiens qui vont réveiller des angoisses anciennes.

Manger est un mécanisme de défense pour tenter de faire taire nos angoisses.



Comment se vit la boulimie ?

La préoccupation constante de leur poids amène certaines personnes à éliminer par tous les moyens possibles l’excès de calories ingérées. Certaines se font systématiquement vomir après chaque épisode de compulsion alimentaire, d’autres utilisent des laxatifs ou des diurétiques; à cela s’ajoute souvent l’utilisation de coupe-faim et la pratique d’exercices physiques compulsifs, sans oublier les différents régimes successifs et souvent anarchiques.

Ces comportements sont souvent vécus dans une grande solitude à laquelle s’ajoute une anxiété d’être découverte et d’avoir à affronter le jugement des autres. Un sentiment de honte empêche souvent ces personnes de parler de leurs difficultés à qui que ce soit et ce, souvent pendant des années, ce qui les amène parfois à un retrait ou à un isolement des activités normales.

La peur de prendre du poids peut devenir alors une obsession mais, quoi qu’il en soit, leur image corporelle est généralement très perturbée, voire inexistante.



Quels traitements ?

On ne peut pas parler d’un traitement efficace dans tous les cas de boulimie. Il est important d’adapter à chaque individu, selon sa personnalité et en fonction de l’historique de son trouble, un traitement qui lui correspond.
D’autre part, il est indispensable que la demande soit claire et que l’on puisse sentir un vrai désir d’entreprendre une démarche qui peut s’avérer longue et difficile.

Tout traitement en psychothérapie peut alors être entrepris sous forme individuelle ou en groupe. Il s’agit alors de comprendre puis d’apprendre à gérer les causes fondamentales. Un suivi nutritionnel donnera des repères indispensables à une progression de la psychothérapie; à l’inverse, l’avancée dans la compréhension de ce qui se vit permettra à la personne de trouver des ressources pour mieux gérer sa nourriture au quotidien.


© Martine Schalik - Conseillère Conjugale - Thérapie systémique -



Retour Menu