LA RESERVE NATURELLE DE GHLIN



LOCALISATION : Ghlin, entité de Mons

DATE DE CREATION : 1989

SUPERFICIE : environ 7 ha

STATUT : Réserve naturelle

PROPRIETAIRE : Monseigneur le Prince de Croÿ

GESTIONNAIRE : RNOB

CONSERVATEUR : P. Dupriez, Rue de Roux n° 60, B-6041 Gosselies hommenature@8-0.net

ACCES : uniquement lors des visites guidées






La réserve de Ghlin est un des derniers reliquats de la végétation originelle propre à la "Campine hennuyère". Elle se situe dans une dépression humide née de la confluence de deux ruisseaux; l'un acide et propre, l'autre assez pollué. Différents types d'associations végétales se retrouvent dans le site.
Les landes sèches et humides sont actuellement réduites en superficie. Une fougeraie à fougère aigle et une vaste population de Molinie envahissent la majorité de l'espace. Cependant, de récents travaux de gestion (étrépage) ont permis le retour de la callune, de l'hydrocotyle, du jonc raide et plus récemment de quelques plants de bruyère quaternée.




En amont de la réserve, on peut découvrir une aulnaie oligotrophe et une boulaie sur sphaigne. Parmi les plantes les plus intéressantes, citons la violette des marais, la laîche blanchâtre, la glycérie inclinée, le scirpe sétacé,... Lorsque l'on se rapproche du ruisseau le plus pollué, on note l'apparition de l'iris jaune, du populage des marais,... Différentes zones de suintement accueillent plusieurs espèces de batraciens tels la grenouille rousse, la petite grenouille verte, le crapaud commun, le triton alpestre et le triton palmé, ainsi que plusieurs espèces de libellules.












La roselière située au centre de la réserve se constitue de deux milieux différents. La plus vaste partie forme une roselière "classique", légèrement dégradée. La seconde partie est une roselière sur sphaignes contenant notamment la violette des marais et l'hydrocotyle. Dans les zones baignées par les eaux eutrophes du ruisseau d'Erbisoeul, on note plusieurs types de végétation : des cariçaies, des mégaphorbiaies et de petites roselières à glycéries ou à massettes.





Près du ruisseau d'Erbisoeul, on rencontre également des fragments d'aulnaies et de bétulaies mésotrophes à eutrophes. On y observe une avifaune diversifiée (mésange boréale, mésange nonette, mésange à longue queue, tarin des aulnes,...). La végétation herbacée est caractérisée tantôt par de larges plages d'orties accompagnées du houblon et du chèvrefeuille, tantôt par une flore plus diversifiée : cardamine amère, populage des marais, iris jaune,... Notons enfin que les chemins et les talus sableux acceuillent de nombreuses espèces intéressantes tels la cicindèle champêtre et le minotaure typhée (deux coléoptères) ou le lézard vivipare. La callune, l'ornithope délicat, le millepertuis couché, et le très rare centenille naine poussent également dans ces milieux.






N'oubliez pas de consulter le Calendrier des activités





Si vous avez des commentaires ou des suggestions, n'hésitez pas à me contacter :

Vincent.Swinnen@ping.be