Le crustacé Sacculina carcini (sacculine) est sans doute un descendant du grand tronc des copépodes ou bien des cirripèdes. Lorsque sa larve sort de l'œuf, la sacculine est un typique nauplius, autrement dit un petit crustacé à six pattes évoluant très rapidement dans l'eau. Agile, indépendante, la sacculine à l'état larvaire doit, pour poursuivre son développement, chercher une espèce précise de crabe, le crabe Carcinides maenas, qu'elle va parasiter. Dotée d'un système nerveux central dont la programmation lui permet de chercher son futur hôte, elle va, dès qu'elle l'aura trouvé, se fixer sur sa face ventrale et s'y enfoncer en un point très précis entre la partie formant la tête et celle formant le tronc et la queue. Cela fait, des petits canaux instructurés se développent à l'extrémité antérieure de la sacculine et s'enfoncent dans le corps du crabe qu'ils pénètrent entièrement, comme le mycélium du champignon le terrain qui le nourrit. Les yeux, les extrémités (pattes, queue) et le système nerveux du parasite disparaissent complètement ; il se développe sur la face externe du corps de l'hôte comme une glande sexuelle géante qui, sur les plus gros crabes, peut atteindre jusqu'à la taille d'une cerise. […] Plus de locomotion possible, plus de système nerveux, plus d'organes sensoriels, juste un système digestif et une fonction sexuelle hypertrophiée. La sacculine adulte n'a plus la moindre information sur le milieu dans lequel elle vit, elle n'en a que sur son hôte. Autrement dit, elle est tellement spécialisée et dépendante qu'elle se retrouvera dans l'impossibilité de se réadapter si le système qui l'accueille vient à disparaître.

une variation sur K. Lorenz, l'Homme en péril, trad. de l'allemand de Jeanne Etoré (Flammarion, 1985)