Le Centre d’Etudes ‘Als Catars’ - Bruxelles

Cette association sans but lucratif a été fondée comme personne juridique le 3 février 2005, conformément à la loi belge de 1921, par Marc Bogaerts, Raymond Doms et Michel Gybels. Les fondateurs envisageaient de promouvoir l’étude historique et scientifique des catharismes et autres hérésies du Moyen Age dans la néerlandophonie. De suite, plusieurs chercheurs indépendants et académiques ont donné leur soutien inconditionnel au centre, tels Bram Moerland, Yves Van Buyten, les professeurs Raf De Keyser et Daniela Müller, ainsi que Willy Vanderzeypen. Depuis 1998, ce dernier réside en permanence dans l’Aude et fait fonction d’antenne et d’intermédiaire pour plusieurs collectivités du sud-ouest. Par conséquent, le bureau du centre à Bruxelles est bel et bien informé de ce qui se passe dans le Midi. Le centre Als Catars s’adresse aux néerlandophones intéressés au Languedoc et à la culture occitane soit pour son histoire, soit pour les activités touristiques. Actuellement 35% des membres sont à situer aux Pays-Bas et 65% en Flandre.

Un colloque annuel est organisé à Anvers, une journée découverte à Bruxelles et des séminaires multiples, même au cours de voyages thématiques.

Le site internet (www.katharen.be ou .nl), créé par Marc Bogaerts en 2000, est un point de rencontre, à la fois plate-forme électronique et source d’information. Ce site est à la disposition des et utilisé par des collectivités languedociennes afin de promouvoir leurs sites ou activités, ceci dans une région importante à 1000 kilomètres de Carcassonne.

La quantité et la qualité des publications d’Als Catars sont stupéfiantes. Par des traductions importantes des sources primaires de l’épopée cathare et d’articles de chercheurs qui donnent le ton, le néerlandophone a maintenant accès à un terrain dont les ouvrages sont rarement édités dans sa langue. A noter que la connaissance du français y diminue rapidement.

Conclusion

Au bout de peu de temps, le centre Als Catars a pu atteindre ses objectifs, grâce au volontariat quotidien d’une équipe qualifiée. Par l’ouverture des sources, la recherche sérieuse des catharismes y a pu reprendre une allure dynamique, celle des années ’60 quand Theo Venckeleer y a publié le Rituel Cathare de Dublin et Christine Thouzellier une somme anti-cathare du vaudois Durand de Huesca. La promotion des atouts du Pays Cathare contribue automatiquement à l’économie touristique du sud-ouest, où depuis des années les visiteurs néerlandophones sont très nombreux.

Retour