Numéro 1 - 1e trimestre 2005



Appel à la mobilisation


Le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf, s'est dit inquiet du " déclin " de la langue française et a appelé à la mobilisation des pays membres pour y remédier.

" Face au déclin et aux menaces qui pèsent sur le plurilinguisme et sur le français dans les organisations internationales, onusiennes ou régionales, la Francophonie doit rendre ses interventions encore plus efficaces en mobilisant ses pays membres " a déclaré M. Diouf en présentant ses voeux aux personnels de l'OIF et à la communauté diplomatique francophone. " Elle doit renforcer ses relations avec d'autres organisations internationales, en particulier en Europe et en Afrique. Enfin, elle doit approfondir ses partenariats avec d'autres aires linguistiques. Il en va de l'avenir du français comme grande langue internationale de communication ", a-t-il ajouté.

Face à la prédominance de l'anglais, M. Diouf a déjà avancé à plusieurs reprises l'idée d'actions communes et de regroupements dans les instances internationales avec d'autres communautés linguistiques, notamment hispanophone et lusophone.
L'ancien président sénégalais a aussi évoqué " les risques sérieux de marginalisation de la langue française, si la communauté francophone n'entreprend pas une action plus offensive pour défendre le français, en toutes occasions ". AFP

Les Grecs et les langues


Les élèves grecs devront étudier obligatoirement une deuxième langue, français ou allemand, à partir de l'avant-dernière classe de primaire, à compter de la prochaine rentrée. Cette réforme doit mettre fin à la prédominance de l'anglais, actuellement obligatoire à partir de la troisième classe du primaire.


L'enseignement d'une deuxième langue, le plus souvent le français, n'est actuellement obligatoire qu'au collège. Le ministère de l'éducation étudie par ailleurs la possibilité de rendre obligatoire l'étude d'une ou plusieurs langues étrangères au lycée où ces cours sont actuellement facultatifs y compris pour l'anglais. La ministre de l'Education, Marietta Giannakou, avait soutenu que l'on " ne peut pas travailler en Europe seulement avec l'anglais ", après l'admission de la Grèce, en novembre dernier comme membre-associé à l'Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Le ministère entend aussi limiter le recours massif des familles à des instituts privés de langue, qui génère une dépense totale annuelle estimée à environ 800 millions d'euros. La presse grecque s'affirmait toutefois réservé sur le succès d'un tel objectif, au vu des très médiocres performances du système public d'éducation. Le journal relevait ainsi que 83% des élèves fréquentant les cours du soir privés y apprenaient l'anglais, pourtant étudié à l'école. AFP

L'Afrique du Sud aime le français


Le français connaît une embellie sans précédent en Afrique du Sud, liée aux ambitions diplomatiques du président Thabo Mbeki, très impliqué dans des pays francophones comme la Côte d'Ivoire, et des visées des entreprises sud-africaines sur le reste du continent.

" Le gouvernement sud-africain est très conscient que la langue des échanges et de la diplomatie en Afrique est le français ", a déclaré à l'AFP Bheki Khumalo, porte-parole du chef de l'Etat. Thabo Mbeki a fait de la " Renaissance " de l'Afrique une priorité: à ce titre, il ne cesse de sillonner le continent pour signer des accords bilatéraux ou jouer les arbitres dans les crises qui déchirent des pays francophones comme le Burundi ou la République démocratique du Congo (RDC).

Depuis novembre dernier, il a en outre été mandaté par l'Union africaine (UA) comme médiateur dans la crise ivoirienne. Et, au sein de son équipe, il est de bon ton de parler de " Côte d'Ivoire ", en français dans le texte, et non de " Ivory Coast ". " La médiation au Burundi, en Côte d'Ivoire, en RDC... tout cela met l'accent sur l'importance pour notre personnel basé là-bas ou intervenant dans le processus de paix d'avoir une compréhension du français ", a précisé M. Khumalo, en soulignant que " deux membres du cabinet privé de M. Mbeki prennent des cours " depuis peu. " Soixante-treize cadres du ministère prennent des cours de français ", a ajouté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ronnie Mamoepa. " Il y a une véritable volonté du gouvernement sud-africain de généraliser l'apprentissage du français pour tous ses diplomates ", selon Jean-Pascal Botella, attaché de coopération pour le français à l'ambassade.

Les accords de coopération entre Paris et Pretoria prévoient la formation, à terme, de 400 fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères ainsi que de centaines d'autres des ministères du Tourisme, de l'Agriculture, de l'Industrie et du Commerce, ainsi que dans la police.

L'engouement pour " l'autre langue de l'Afrique ", comme l'a dit l'Alliance française (AF) dans l'une de ses campagnes publicitaires sud-africaines, touche encore davantage les entreprises, selon Christophe Le Du, directeur de l'AF de Johannesburg et délégué général pour l'Afrique du Sud, le Botswana, le Lesotho et le Swaziland. " Nous avons mis en place une cellule de prospection spécifique pour les entreprises de la province du Gauteng (où se trouvent Johannesburg et Pretoria), qui génère 50% de la production économique du pays et 20% de celle du continent ", a précisé M. Le Du.

En deux ans, l'Alliance, qui gère sept centres d'enseignement à travers le pays et forme quelque 4.000 personnes en moyenne sur l'année, a quadruplé son volume d'activité. Au delà des entreprises hexagonales désireuses de former leur personnel local, le français intéresse les groupes sud-africains qui rayonnent en Afrique francophone. Ainsi les investissements sud-africains arrivaient en première position en RDC début 2003, notamment avec la compagnie de télécommunications Vodacom. Ils sont aussi très importants dans la recherche d'or et d'énergie au Mali et dans les activités minières au Cameroun. Quatre contrats pétroliers ont en outre été signés ce mois-ci entre le Gabon et la compagnie sud-africaine Ophir Energy. " Mais il y a aussi des entreprises mondiales fortement implantées en Afrique francophone qui ont récemment fait de Johannesburg leur siège régional ", ajoute M. Le Du, citant les groupes américain Coca Cola et japonais Sony. Coca Cola, dont la première filiale africaine a ouvert à Johannesburg en 1928, fait ainsi former plusieurs dizaines de ses salariés au français, à raison de trois sessions par an de 80 heures, par fournées de 80 personnes. Ou comment le pragmatisme du monde des affaires fait que l'un des symboles de la puissance américaine, qui plus est dans un pays anglophone comme l'Afrique du Sud, finit par jouer la carte de la francophonie.

Les langues et la campagne portugaise


A la veille du scrutin de février, le Premier ministre portugais de centre droit Pedro Santana Lopes, dans un entretien accordé à une radio, se disait favorable à un renforcement de l'enseignement de la langue française dans les écoles portugaises.

Le secrétaire général du Parti socialiste (opposition) José Socrates, candidat au poste de chef du gouvernement si sa formation remportait les élections législatives anticipées du 20 février, propose quant à lui de généraliser l'enseignement de l'anglais dès l'école primaire.

" Du code napoléonien à la littérature, le Portugal a été très largement influencé par le français ", a fait valoir M. Santana Lopes, qui préside le Parti social démocrate (PSD, centre droit). " La grande erreur du 25 avril (la révolution des oeillets qui a renversé la dictature) a été de retirer le français des écoles ". Il a observé que ses enfants aînés " ont voulu étudier à l'Alliance Française (...). Ils en ont ressenti le besoin ", avait-il observé.

C'est le Pari socialiste qui a obtenu pour la première fois de son histoire la majorité absolue avec 119 sièges sur 230 au Parlement portugais. Il inflige ainsi un échec cuisant à la coalition gouvernementale sortante. Le Parti social démocrate (PSD) du Premier ministre sortant ne recueille que 28,72% des suffrages et 73 députés tandis que son allié le Parti populaire (CDS/PP) compte avec 7,5% des voix 12 députés.

Le leader du Parti socialiste, José Socrates, troisième Premier ministre en moins d'un an, devrait mettre fin à une période d'instabilité et de perte de crédibilité du gouvernement depuis le départ, en juillet 2004, à la tête de la Commission européenne de José Manuel Barroso. Quant au choix des langues … AFP & Fenetreeurope.com


Biennale annoncée

Placée sous le haut patronage de Monsieur Abdou DIOUF, Secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie, la XXIe biennale de la langue française aura lieu à BRUXELLES du 5 au 8 mai 2005 sur le thème : " Quelle place pour la langue française en Europe ? "

Les travaux devraient permettre d'évaluer la place de la langue française dans le fonctionnement des institutions européennes et dans leurs environnements géographiques,
d'apprécier les moyens mis et à mettre en œuvre pour conforter cette place et de dénoncer les risques d'un monolinguisme réducteur qui menacera la vie démocratique de l'Europe dans sa pluralité linguistique, culturelle et intellectuelle.

Un détour à Namur sera aussi pour la Biennale de la langue française l'occasion de célébrer l'anniversaire de la première rencontre organisée dans cette ville, en 1965, par Alain GUILLERMOU FI

Informations et contacts : www.biennale-lf.org



Retour en haut de page