Numéro 3 - 3e trimestre 2003


Au coin des livres

SUR TOUS LES FRONTS


Images de guerre photo AFPEC

" Il faut environ trois minutes entre le déclenchement des sirènes d'alerte aériennes et l'arrivée des avions de l'OTAN. " Trois minutes, non pour se mettre à l'abri, mais pour trouver un endroit pour tout voir, au besoin, aller sur place, près des impacts. Des ruines de Vukovar à celles du WTC de New York, d'Israël en Somalie, du Liban en Afghanistan, Jean-Claude Galli était de tous les coups. Son métier, le surnom qu'il se donne : " Le voleur de guerre ", c'est aussi le titre de son livre dans lequel il rapporte " les combats d'un grand reporter " comme les ficelles ou les audaces de celui qui, indépendant, gagne sa vie dans cette discipline si particulière du journalisme qu'il n'y a d'autre école pour l'apprendre que les champs de bataille. " Au bout du compte, écrit-il, voilà plus de dix ans que je vis comme je l'entends : libre. " Libre ou nomade. Une liberté acquise au prix de combien de peurs, des doutes et d'horreur. Décrire la guerre, c'est déjà la dénoncer. Le journaliste n'est pas un voyeur, il est le témoin impartial de la folie des hommes. Jusqu'à parfois s'en brûler le regard Ce livre est un témoignage, sans artifice, sans complaisance. D'autres auraient pu en écrire un pareil : ils n'en ont pas eu l'occasion. Les balles ne connaissent pas les cartes de presse. GF

" Le Voleur de guerre " de Jean-Claude Galli - chez Flammarion




Plaidoyer pour l'élitisme.

Le communiqué de presse accompagnant ce petit volume décrit l'auteur : " Claude Javeau, né à Liège en 1940, prétend être un professeur de sociologie à l'Université libre de Bruxelles depuis de nombreuses années. En réalité, il consacre le plus gros de son temps à placer dans des petits livres qui n'ont rien de scientifique, les impertinences que lui suggère le monde tel qu'il va, plutôt mal selon lui. "
Le dernier en date de ses brûlots quitte délibérément le politiquement correct et ça fait du bien ! Haro sur l'extrémisme de masse qui fait croire que la culture se vit dans un loft, que les plus grands artistes s'expriment en académy et que toute la valeur intellectuelle, sociale et émotionnelle de l'humanité se retrouve sur une île tentatrice.
Bien sûr les médias y prennent pour leur grade - oserait-on ce terme : leur dégrade - mais l'école y passe aussi : le soi-disant rénové et l'université pseudo populaire. Contre cette véritable conjuration des médiocres, Javeau brandit l'étendard de l'élitisme comme la valeur de ceux qui entendent mettre les vraies valeurs au service de la vraie émancipation, une position qui consiste à attribuer une valeur maximale à tout ce que l'intelligence humaine peut réaliser de mieux et de meilleur pour l'humanité. Incorrect, n'est-il pas ? GF

" Eloge de l'élitisme " Edition " Le Grand miroir " - quai aux Pierres de Taille, 37 - 1000 Bruxelles - courriel : info@legrandmiroir.com - site : http://www.legrandmiroir.com




Pour le plaisir.

Deux petits poèmes pour goûter un recueil. Entre vers qui se donnent et signes qui se regardent, quelques rimes pour le cur et un phrasé pour les yeux. Le recueil s'appelle " Taramiel " son auteur : Berndatte BODSON-MARY (soit dit en passant, elle est membre de la section UPF-Belgique). A vous de déguster ces " poèmes qui risquent de vous tomber des mains. "

Plume

Je prends ma plume
D'oie (blanche)
Et vous demande
Mon cher (ange)
A quelle sauce
Vous souhaitez
Que je vous (mange)

Poème pour les yeux (extrait)

©© ???
!!!!©©
????
?!!
!!???
©© ??!!



" Taramil " est en vente chez l'auteur : rue Fauquez, 12 - 7500 TOURNAI - 12 (frais de port compris)
Courriel : bb@poesie.be - Site internet : http://www.poesie.be