Textes sur la citoyenneté

Sommaire

Anglais

Dossiers

La citoyenneté dans la Grèce antique

Les magistrats à Athènes

Le démos, exerce le pouvoir de décision

Mais il délègue à des magistrats le pouvoir de commandement. Ces magistrats sont issus de la communauté des citoyens. L'accès aux magistratures est soumis à des conditions: être citoyen de plein droit et avoir plus de trente ans, ce qui limite le groupe de citoyens susceptibles de devenir magistrats à 20.000 sur un total de 40.000. A l'entrée en fonction, les magistrats prêtent serment de respecter la loi. Certains magistrats reçoivent un salaire payé par la cité, ce qui entraîne une compétition entre citoyens. D'autres perçoivent une indemnité versée en fonction du nombre de jours de travail. Quelques magistratures coûtent cher à leur détenteur, c'est le cas des magistrats chargés d'organiser la fête des Dionyisies. Les magistratures supérieures, tel que stratège, ne donnent pas lieu à une rémunération ; les citoyens riches sont alors favorisés. Leur fonction leur octroie prestige et honneurs. De plus, leur personne est sacrée car ils sont détenteurs d'un pouvoir qui émane de la volonté du démos. Mais le choix d'être magistrat comporte toujours un risque: en cas de faute, des sanctions pouvant aller jusqu'à la condamnation à mort ne sont pas rares. A la sortie de charge un contrôle strict est effectué.


Tout citoyen a le droit de faire acte de candidature.

La démocratie athénienne pose comme principe que tout citoyen possède naturellement la compétence politique, la compréhension des affaires de la cité. La collégialité des magistratures compense l'incompétence parfois réelle d'un magistrat. On n'exerce jamais seul une magistrature. D'autre part, cette fonction a une durée limitée d'une année. La plupart des magistrats sont tirés au sort. Pour certaines magistratures qui réclament une compétence particulière (militaire ou financière), l'Ecclésia élit ceux qui obtiennent la majorité des voix. Le tirage au sort assure à tous les mêmes chances indépendamment de leur appartenance à une catégorie sociale. L'élection par les citoyens présents à l'Assemblée conserve au démos le droit de choisir ceux qui assurent des commandements majeurs. Mais lors d'une élection à main levée, l'orateur riche est avantagé car il a suivi des cours d'éloquence, parle bien et influence le choix des électeurs. Les Athéniens attribuent au tirage au sort un caractère plus démocratique. Enfin, un système de rotation garantit qu'aucun citoyen ne pourra occuper une magistrature plus d'une fois, à l'exception de celle de stratège.

Des magistratures nombreuses et d'importance inégale.

On connaît pour Athènes plus d'une quarantaine de magistratures différentes. Le nombre de magistrats avoisinent 450. Celle de stratège s'accompagne d'un fort pouvoir. Les dix stratèges (élus et non rémunérés) conduisent la guerre mais ils dirigent aussi la politique de la cité et la diplomatie. Les prytanes tirés au sort président aux réunions du Conseil de la Boulé. L'un d'entre eux préside chaque réunion de l'Ecclesia. Tout citoyen est ainsi en mesure d'être l'homme le plus important de la cité pour une journée, mais une journée seulement. Les magistratures religieuses sont recherchées comme le sont celles des finances. D'autres magistrats assurent une fonction d'inspection, celle des marchés, des routes, de l'approvisionnement en blé ou en eau. Les magistratures judiciaires font de chaque citoyen un juré à même d'exercer pleinement ses droits de citoyenneté.

Schéma

22.06.2001

Projet - Etablissements - Une revue de presse - Espace - La démocratie - L'identité européenne- Forum - Actualité - Universités - Textes