La grange aux papillons

 

La presse

Retour à l'accueil

La Nouvelle Gazette - Sambre / Meuse

Toutes les grâces ailées

Ils viennent d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique du Sud et leurs battements d'ailes vous charmeront

Quoi de plus charmant qu'un papillon ? Cet éphémère insecte ailés aux couleurs souvent chatoyantes, parfois rutilantes, est un morceau de beauté et une joie de tous les jours.Ìl en existe de nombreuses espèces qui vont butiner les fleurs. On en trouve sur tous les continents. Toutefois, les espèces les plus colorées nous viennent des régions tropicales.
Ce sont celles-là que Jean-Pierre Frisque a choisi d'offrir à la délectation du public, du grand public de tout âge. A quelques distances du Lac de Virelles et de son extraordinaire Aquascope inauguré en grande pompe voici peu en présence de L.A.R. la princesse Claire et le prince Laurent de Belgique, se dresse une construction à l'aspect plutôt neutre, genre hangar agricole. C'est là qu'a été reconstitué un petit bout de paradis terrestre.
Imaginez un jardin tropical avec bananiers, bambous, plantes exotiques diverses et innombrables. Les murs, en blocs de béton cellulaire, sont couverts de plantes grimpantes. Une rivière serpente au milieu de cet Eden. Le toit est constitué de panneaux de plexiglas opalin : ils sont translucides, offrent une excellente répartition de la lumière de sorte qu'il n'y a pas de zones d'ombre.
Les conditions de température sont excellentes : de 17 à 18° la nuit, au minimum 24° le jour. Et quand le soleil pointe un bout de rayon, cela monte plus haut encore. Le chauffage à air pulsé brasse les couches d'air de façon optimale et, bien entendu, le degré d'hygrométrie est maîtrisé lui aussi.

Elevage

"Dans le volume disponible vivent 200-250 papillons. Ils appartiennent à diverses espèces africaines, asiatiques ou latino-américaines. Ce sont des papillons élevés sur place, là-bas, dans de véritables fermes", explique le promoteur de "La grange aux papillons", M. Frisque. "Les éleveurs sont très conscients de la nécessité de ne pas piller les ressources naturelles pour gagner leur vie, voilà pourquoi ils pratiquent l'élevage plutôt qu'aller chasser les papillons en pleine forêt vierge."
Ces lépidoptères sont acheminés vers des grossistes, en Europe, par avion : ils sont alors à l'état de chrysalide. A l'abri dans leur cocon, ils supportent très bien le voyage. Et M. Frisque les achète chez les grossistes. Il les place alors dans une écloserie : les cocons sont collés, la tête en bas, sur les montants de bois de cette "maternité". Et le miracle de la naissance se produit : il faut environ 20 minutes à la chrysalide métamorphosée en papillon pour s'extraire du cocon. "Alors, il déploie ses ailes et les laisse sécher et durcir. Durant leur première journée, les papillons sont plutôt inactifs : il restent posés sur une plante.." Puis ils s'envolent et explorent leur domaine. Pour le plaisir des yeux des visiteurs.

Thierry WAGENER, 13/04/2004

La Nouvelle Gazette - Sambre / Meuse

Le principal prédateur : l'araignée

Pas question, évidemment, d'utiliser des pesticides ou des insecticides pour lutter contre les indésirables ou les nuisibles, dans "La grange aux papillons". Le principal prédateur, c'est l'araignée.
"De la même manière que l'on utilise des coccinelles pour la lutte biologique contre les pucerons, on utilise le prédateur naturel de l'insecte nuisible ou incompatible avec les papillons", explique M. Frisque. De même pour les terres où croissent les plantes; elles proviennent de Virelles, elles n'ont reçu aucun traitement chimique. "Ces terres étaient naturellement ensemencées d'orties, de mourons, de chiendent et d'autres mauvaises herbes. Nous avons dû procéder à des désherbages manuels..."

Thierry WAGENER, 13/04/2004

La Nouvelle Gazette - Sambre / Meuse

Virelles est un village très branché sur la nature

Ce n'est pas un hasard si Jean-Pierre Frisque a choisi d'implanter sa "Grange aux papillons" à Virelles et dans nul autre village de l'entité de Chimay. "Virelles, avec le Lac et maintenant l'Aquascope, a une très forte connotation nature, sa découverte et sa protection. C'est dans cette logique d'idée que j'ai choisi le lieu d'implantation de "La grange aux papillons", soit dans un périmètre restreint", explique M. Frisque. "Il y a deux dimensions à ce projet : ludique car c'est une détente agréable de déambuler parmi les plantes exotique et d'observer le vol des papillons, et pédagogique puisqu'on peut apprendre le cycle de vie du papillon. Car nous avons des reproductions naturelles : chaque plante peut recevoir les oeufs d'une espèce spécifiques, les chenilles se développent en mangeant les plantes, les chrysalides s'enferment dans leur cocon et de nouveaux papillons naissent." Du point de vue touristique, on peut aisément combiner la visite de "La grange aux papillons" puis celle de l'Aquascope. "La visite dure au minimum une demi-heure, mais certains, férus de photographies, restent parfois une avant-midi entière parmi les papillons. L'appareil photo est un must...", conclut Jean-Pierre Frisque.

Thierry WAGENER, 13/04/2004

La Nouvelle Gazette - Sambre / Meuse

Les charmes de Dame Nature

Par ces temps de grandes chaleurs, nous vous proposons une journée de balade dans un de ces espaces naturels dont la Belgique a le secret : la Botte du Hainaut dont le centre névralgique est Chimay. Nous vous mènerons de Virelles à Lompret et de là, à Froidchapelle et Sivry.
Eu égard aux conditions climatiques que nous connaissons, nous vous suggérons d'aborder le périple par Virelles, où vous visiterez "La grange aux papillons" dès le matin. C'est une attraction peu ordinaire : imaginez un vaste hall dont la partie supérieure est constituée de matériaux translucides. A l'intérieur, vous trouverez un véritable jardin tropical avec, notamment, des bananiers hauts de plusieurs mètres. Tel est le lieu de vie d'une superbe collection de papillons tropicaux vivants, dont certains sont plus grands que l'empan d'une main. Certains se reproduisent sur place ; pour les autres, le propriétaire, M. Frisque, fait venir des chrysalides d'Afrique, d'Asie et d'Amérique, que l'on peut voir à l'éclosoir. Le décor confine au merveilleux, autant que les connaissances de votre guide.

...

Ph. M., 14/08/2003

Le Soir - Hainaut

Le capitaine du bateau touristique de l'Eau d'Heure a construit une serre où il élève des papillons exotiques Virelles et les papillons bleus

* Jean-Pierre Frisque a réalisé un rêve ancien.
* Virelles, un village branché sur la nature.
* Bananiers et passiflores, papillons de Madagascar et d'Asie.

Sur fond de bois, à la sortie de Virelles, près de Chimay et en direction de Froidchapelle, la Grange aux papillons ressemble à un petit bâtiment fonctionnel. Passé la porte, le visiteur s'aventure dans une serre tropicale où évoluent des centaines de papillons issus d'élevage de trois continents. Jean-Pierre Frisque, 46 ans, accueille les visiteurs et entretient la serre. Ancien instituteur, gradué en tourisme, gestion d'entreprises touristique et marketing, ce Chimacien exploite depuis la fin des années 80 le bateau touristique de la Plate Taille, à l'Eau d'Heure. La création d'une serre à papillons tropicaux est un vieux rêve, dit-il. Le choix de Virelles, localité passionnée de nature, s'imposait. Jean-Pierre Frisque a racheté un terrain communal touchant au domaine de l'étang de Virelles. Mon projet a été bien perçu par les autorités communales. J'ai construit le bâtiment et aménagé moi-même le décor intérieur. Opération réalisée avec ses deniers plus une prime à l'investissement de 15% de la Région wallonne. Au total, cela m'a demandé une vingtaine de mois de travaux.
Réalisé en béton cellulaire, un matériau idéal pour retenir la chaleur, sur base d'une structure métallique, le bâtiment - d'une superficie de 690 m2 dont 600 m2 pour la serre - est couvert de vitres en opaline laissant pénétrer la lumière et évitant toute zone d'ombre. Il est haut comme une grange, permettant l'épanouissement des plantes tropicales : certains bananiers dépassent déjà les quatre mètres. La serre est garnie de plantes, dont le Lantana jaune et le Pentas rouge, d'origine africaines, très colorées, et toujours en fleurs. Bananiers, citronniers, passiflores (plantes grimpantes), pièce d'eau et cascade complètent le décor. La température oscille entre 25 et 30 degrés.
Les premiers vols de papillons peuvent être observés en milieu de matinée. Les ballets se prolongent jusqu'en fin d'après-midi. Importées au rythme de 150 chrysalides par semaine via la France, une trentaine d'espèces de papillons tropicaux sont présentées à Virelles. Ils proviennent d'Afrique , d'Asie (Philippine et Malaisie) ou encore d'Amérique du Sud. Les chrysalides sont triées et répertoriées, explique Jean-Pierre Frisque. Elles sont ensuite collées sur des baguettes, la tête en bas pour faciliter le déploiement des ailes dans une cage en bois jusqu'à éclosion. Parmi les espèces figurent notamment le papillon hibou, l'asclépias, le palinarus, le flambeau ou encore le papillon bleu. La durée de vie moyenne d'un papillon tropical est de trois semaines. La serre sera mise en repos végétatif à la fin du mois de septembre. Et 2004 est fertile en projets...· La Grange aux papillons est accessible pour les personnes à mobilité réduite.

Guy ITTELET, 19/07/2003

La Nouvelle Gazette - Sambre / Meuse

La grange aux papillons, c'est tropical

Depuis plusieurs années, Virelles rime avec nature. une nouvelle preuve...

Depuis quelques semaines, on peut découvrir une nouvelle attraction touristique située rue de l'Estrée à Virelles, "La grange aux papillons". Un décor luxuriant de plantes et fleurs multicolores où volent en toute liberté, les espèces les plus chatoyantes des papillons tropicaux.
Ce projet remonte à environ deux ans et est l'oeuvre de Jean-Pierre Frisque, habitant Villers-la-Tour. ... Il eut l'envie et l'intention de créer une nouvelle attraction touristique dans la région.
Après s'être documenté, avoir effectué des visites et recherches, il s'est lancé seul dans ce projet de "La grange aux papillons". La seule réalisation semblable déjà existante en Belgique est au Zwin à Knokke.
Il s'est alors occupé à la construction de l'édifice, réalisé en béton cellulaire d'une surface de 690 m2, dont près de 600 sont dédiés à la serre. La partie consacrée à l'accueil est en voie d'achèvement.

Un jardin tropical

Les vitres opalines de la toiture laissent filtrer la lumière et chauffent la serre. Deux ouvertures protégées par des moustiquaires de couleur blanche permettent l'accès.
La serre est garnie de nombreuses plantes et fleurs tropicales, qui occupent une surface de 500 m2. Citons le Lantana (fleur jaune), le Pentas (fleur rouge), le Canas et les autres, qui présentent un joli spectacle mais servent surtout de nourriture aux papillons.
Dans ce contexte, les plantes se développent très rapidement. On peut déjà y découvrir des bananiers de plus de 4 mètres. L'ensemble est de toute beauté. Il y a également une cascade, avec un filet d'eau qui traverse la serre. La chaleur élevée permet l'évaporation et assure l'humidité. Une température constante comprise entre 25 et 30 degrés est nécessaire pour assurer le milieu de vie naturel des papillons.
Ce sont près de 200 papillons, aux coloris variés et chatoyants, qui s'épanouissent en toute liberté. Au fil des heures, principalement de 11 heures à 16 heures, ils occupent tout l'espace...

Rares et beaux

On y compte une trentaine d'espèces venues de Malaisie, Philippines et d'Afrique et d'Amérique du Sud. Citons les papillons hibous, les asclepias, les papillons chouette, les papillons bleus (morphos), des flambeaux, des idea-leuconoe, le palinarus ... La vie d'un papillon tropical est en moyenne de 3 semaines, sauf pour quelques espèces qui atteignent 3 mois.
Le promoteur, J.-P. Frisque, est obligé de les renouveler. C'est pourquoi il est livré de France chaque semaine et reçoit par colis isotherme 150 chrysalides, qui sont collées dans une cage, afin d'éclore tranquillement. Notons que le citronnier et les passiflores qui ont été plantés servent également d'éclosoir pour certaines espèces spécifiques.
En 5 semaines, un cycle complet passant de la reproduction à la ponte des oeufs devenus larves, chenilles, chrysalides et enfin papillons, a pu être réalisé.
Deux cailles chinoises ont été introduites afin de manger les araignées.
Précisons, que "La grange aux papillons" ne fonctionnera plus après septembre. La serre sera mise en repos végétatif et la température descendue à 12 degrés, l'arrosage diminué et humidité extraite afin d'éviter la pourriture.
Pour 2004, le promoteur désire compléter son projet avec une exposition dont le thème serait le papillon dans la publicité et la route de la soie, ainsi que l'installation d'un jardin de plantes à papillons indigènes.
Chaque visiteur y trouve de quoi s'émerveiller, tant le curieux, que l'observateur plus scientifique.

F. M., 7/07/2003

Vers l’avenir - Le rappel

Le monde magique des papillons

Près de 200 papillons volent en liberté sous une immense serre et se nourrissent du nectar de fleurs tropicales. Il n'existe que deux serres de ce genre en Belgique.

A la sortie du village de Virelles en direction de Froidchapelle, se dresse un bâtiment blanc dont la toiture est entièrement composée de vitres opalines.
Difficile de dire ce qui s'y passe à l'intérieur si ce n'est un modeste panneaux annonçant simplement "Les papillons". Même si l'édifice n'est pas entièrement terminé, une fois passée la porte, le regard est immédiatement focalisé sur une masse verdoyante légèrement camouflée par une immense toile. Deux ouvertures, protégées par une moustiquaire, nous permettent d'accéder dans ce lieu exotique, tout droit sorti de la forêt tropicale; la chaleur et l'air humide régnant ne trompent pas.
A l'entrée, c'est le concepteur et réalisateur de la serre, M. Jean-Pierre Frisque, qui accueille les visiteurs.

Un instituteur reconverti

L'idée de créer une serre à papillons lui est venue il y a près de deux ans, après avoir visité une serre semblable au Zwin, à Knokke. A priori, rien ne le prédestinait à l'élevage de papillons exotiques. "Au début de ma carrière professionnelle, j'étais instituteur. Ensuite, j'ai suivi un graduat en tourisme et ne gestion d'entreprise touristique. J'ai travaillé quelques années à l'Eau d'Heure, mais j'ai eu envie de créer quelque chose."

De nombreuses plantes exotiques

Autodidacte, il s'est donc documenté et s'est lancé, seul, dans la réalisation de "La grange aux papillons". Ouverte depuis quelques semaines, l'édifice s'étend sur 690 mètres carrés, dont près de 600 sont dédiés à la serre. Celle-ci est garnie de nombreuses plantes et fleurs tropicales dont le lantana et le pentas. "Ce sont des plantes d'origine africaine qui fleurissent en permanence. Même si leurs différents coloris sont plaisants à regarder, leur rôle est principalement de nourrir les papillons", explique M. Frisque. Si ces plantes s'étendent abondamment et tapissent les allées, d'autres s'élèvent vers la lumière à une vitesse fulgurante, à l'instar des bananiers qui dépassent déjà les 4 mètres.
Pour reconstituer le biotope naturel de ces papillons, il faut maintenir un certain taux d'humidité et une température comprise entre 25 et 30 degrés. "Les vitres opalines de la toiture laissent pénétrer la lumière et chauffent la serre. Par ailleurs, elles évitent d'avoir des zones d'ombre dans la serre. Les papillons ne sont pas attirés par cette lumière diffuse et occupent donc tout l'espace."
Une fois la bonne température atteinte, ce sont près de 200 papillons aux couleurs chatoyantes qui volent en toute liberté. Ainsi peut-on croiser des papillons hibou, des morphos, des flambeaux, des papillo palinurus...

Envoyés par colis postaux

Jean-Pierre Frisque possède une trentaine d'espèces importées de Malaisie, des Philippines, d'Afrique et d'Amérique du Sud. Sachant qu'un papillon tropical vit en moyenne 3 semaines, et 3 mois pour quelques espèces, il est nécessaire de renouveler le cheptel. Une fois pas semaine, environ 150 chrysalides lui sont envoyées dans un colis isotherme. Ceux-ci sont collés un par un dans une cage afin d'éclore en toute tranquillité.

Déjà un cycle de vie complet

Cependant, en 5 semaines, les premiers papillons de la serre ont déjà réalisé un cycle de vie complet passant de la reproduction, à la ponte d'oeufs, devenus larves, chenilles, chrysalides et enfin papillon. Le citronnier et la passiflore accueille chacun une espèce spécifique et servent d'éclosoirs.
Si l'ensemble parait déjà harmonieux et bâti pour la beauté du regard, chaque chose a donc sa place et un rôle à jouer. Ainsi, la jolie cascade alimente un filet d'eau qui traverse la serre. La chaleur élevée accélère l'évaporation et assure une certaine humidité.
Afin d'éliminer naturellement les prédateurs que sont les araignées, M. Frisque a introduit deux cailles chinoises et bannit ainsi tout pesticide. Le système semble bien fonctionnel puisque plantes et papillons tropicaux se développent harmonieusement dans cet espace multicolore.

D'autres idées pour 2004

"La grange aux papillons" est ouverte jusqu'en septembre. Après cette période, la serre est placée en repos végétatif. "La température est descendue à 12 degrés, l'arrosage est diminué et l'humidité est extraite afin d'éviter la pourriture", commente-t-il. Plus aucun papillon ne volera donc dans la serre avant le début de la saison suivante.
Et pour 2004, Jean-Pierre Frisque compte bien fignoler son oeuvre notamment en organisant un élevage de ver à soie et en montant une exposition intitulée "le papillon dans la publicité et la route de la soie". Un jardin de plantes à papillons indigènes figure aussi dans ses projets.
Cette serre à papillons est vraiment destinée à tout public; chacun y trouvera de quoi s'émerveiller, tel le simple visiteur curieux de découvrir un environnement original et chatoyant que l'observateur plus pointu ou scientifique amateur.

G. L., 28/06/2003