Avril 2018

publication de Une eau faite chair

Poèmes

Une eau faite chair


“ La bibliographie de Monique Thomassettie est tout simplement impressionnante !
Elle vient de sortir un nouveau recueil de poèmes : « Une eau faite chair ».
Je vous en lirai un extrait dans l’émission du 12/6/2018. Edition : MonéveiL (2018)

« Alors, Dieu appela Lucifer :
Compère,
si le feu éclaire ou détruit,
il réchauffe aussi.
(…) » 




Guy Stuckens, Radio Air Libre, Cocktail Nouvelle Vague




*     *     *


Comme toutes mes publications précédentes (depuis 1989),
celles-ci sont entièrement réalisées par moi :
forme et fond,
inspiration et travail (écriture et œuvres plastiques),
structure ou architecture

Chez M.E.O. et à M o n é v e i L,
"mise en page" et "composition" en plus
(format A5, etc) : art et artisanat !




*     *     *






Événements (et occasionnels commentaires)
dont des interviews auditives
à partir de 2000



Ce qui n'empêche pas un retour en 1996
dans l'émission animée par Jacques-R. Pelletier :
" Du côté de chez... les muses "

“ La Pléiade Pictave ” fondée par
G. Claude ST MARC

Voir rubrique "Films-audio"


 

Été 2000
Interview par Jacques Viesvil
dans son émission radiophonique en direct
“ Poétiquement vôtre ”


Voir rubrique "Films-audio"



*





2000Parution de l'anthologie américaine "Belgian Women Poets", choix et traduction de Renée Linkhorn et Judy Cochran, aux éditions Peter Lang, dans la collection "Belgian Francophone Library". Outre 14 poèmes et extraits, 3 œuvres plastiques de Monique Thomassettie ont été choisies (un dessin et un tableau en couleurs dans le texte, et en couverture un tableau en noir et blanc).



belgian women poets

Tableau de couverture :
Sagesse, portrait par moi de Véronique ma fille – 1987


belgian women poets-2
Présentation au Théâtre-Poème de Bruxelles
De gauche à droite, au premier rang :
Françoise Lison-Leroy, Anne-Marie Derèse, Renée Lemaître, Marie-Clotilde Roose
Au deuxième rang :
Rose-Marie François, Sue Blackwell, Colette Nys-Mazure, Ariane François-Demeester, Renée Linkhorn, moi-même, Évelyne Wilwerth, Lucie Spède, Judy Cochran




2000À la galerie "ALL ART IS QUITE USELESS" à Anvers, j'intitule mon exposition :
Nécessaire Imaginaire

"… Très douée, peintre et poète, (…) elle a la sagesse des natures pures et franches…",
Stéphane Rey, 2000


allart-1
Moi, le présentateur Herman Schurmans et le directeur de la galerie, Roger Nupie

allart-2
Fêtée
allart-3
À la santé de l'Art !




2001Invitée à représenter la Belgique francophone à la 6ème Rencontre Internationale de Poésie féminine contemporaine de Langue française" au Centre Wallonie-Bruxelles de Paris, organisée par Christiane Laïfaoui et Jean-Claude Rossignol, initiateurs des "Messagères du Poème".



Ambassade de Bosnie-Herzégovine à Paris. Exposition collective.

Expo Paris Ambassade BiH

De gauche à droite : Son Excellence Slobodan Šoja, ambassadeur de Bosnie-Herzégovine à Paris,
Esad Bučuk, Premier secrétaire, Gérard Adam, et moi




2001Invitée aux Journées Belges de Sarajevo. Présentation par le poète bosnien Admiral Mahić de "Dijagonala-Anđeo", traduction du premier volet de mon "Triptyque", recueil paru chez Luce Wilquin en 1997.
 Au moment où elle lit un de ses poèmes, le muezzin de la Grande Mosquée Gazi Husrev Bey se met à chanter, signe pour toutes les religions du syncrétisme bosnien que ses paroles sont bénies par Dieu. Le public, et notamment les nombreux poètes présents, en sont impressionnés.
Parution à Sarajevo, dans la revue "Hrvatska Misao" ("La Pensée croate"), d'un long texte d'Admiral Mahić inspiré par "L'Ange Diagonale", "Glas iskonskog pjevanja" ("La voix d'un chant primordial")


sarajevo
Présentation à la Galerie Mak de Sarajevo
De gauche à droite :
le poète bosniaque Admiral Mahić, moi-même, le directeur de la galerie, Eugène Savitzkaya et Gérard Adam




2001Composition par Luc Henrion d'un Quintette
pour trombone basse et quatuor à cordes sur ma suite de poèmes
Nuit de Grand Vent

L'œuvre est créée le 18 septembre
à la Galerie La Régence de Braine-l'Alleud
par le quatuor "B-CAR" :
Véronique Adam, Valérie Rolin, Jonathan Couvreur et Fabien Balthazart
Et Josquin Chuffart au trombone.
Laure Godisiabois est la récitante


partition







2002
Parution à Rome, dans la revue ANTEMNAE, d'une longue étude de Renée Linkhorn,
 La poésie en Belgique francophone :
Monique Thomassettie et 'L'Invisible qui nous garde'

Antemnae






2003
À la Maison du Livre de Saint-Gilles, du 19 septembre au 25 octobre,
vingt Écrivains-Plasticiens sont mis à l'honneur.
J'y expose trois tableaux, dont Point de rencontre, 1988


maison du livre - 1                                  maison du livre- 2










2004Invitée à la 43° Rencontre internationale de Poésie de Sarajevo : "Sarajevski Dani Poezije".
Présentations et lectures en différents lieux de la ville ainsi qu'à Mostar, quelques jours avant l'inauguration du Vieux Pont merveilleusement restauré.


sara-1
sara-3
Sarajevo, la bibliothèque, les mosquées…
sara-2
… le vieux centre…
sara-3
… “ le tunnel, cordon ombilical de la ville durant le siège,
aujourd'hui musée ”
Puisant dans l'enveloppe généreusement offerte
à chaque poète, j'ai d'emblée loué un taxi
jusqu'à ce lieu bouleversant
sara-5
Mostar et son merveilleux nouveau "Vieux Pont"




2006À l'Espace Wallonie, 25-27 rue Marché-aux-Herbes, 1000 Bruxelles
Dans le cadre des après-midis littéraires de l'AREW :
présentation
par Michel Ducobu de mon conte :
Au tendre matin d'une éternité




2007pannelfdl2007

À la Foire du Livre de Bruxelles, à l'initiative de Luc Norin, remise du prix des Scriptores Christiani à Julos Beaucarne, Gabriel Ringlet et Eric-Emmanuel Schmitt. Tous trois reçoivent une œuvre d'une plasticienne belge : Anne-Marie Weyers, Mireille Dabée et moi-même.
Œuvres gracieusement offertes par nous trois.

des-ringlet




monique + ringlet



 
     

Histoire et ouverture
d’une encre de Chine datant de 1985



Je leur demanderais :
Parlez-vous de Dieu ou parlez-vous Dieu ?
Parlez-vous Dieu comme une langue très Autre ?
Ils m'appelleraient : Étrangère ! …

1999, extrait de ma portée d’exil


Lorsque, en 1997, pour son exposition autour du « Grand Meaulnes », Michel Joiret me demanda un dessin qui pourrait illustrer un passage du roman d’Alain-Fournier, je choisis l’encre de Chine reproduite ci-dessus...

Lorsque, dix ans plus tard, Luc Norin me demanda une œuvre pour un prix des Scriptores Christiani, je lui proposai cette même encre…

Le jeune homme parlant candidement au milieu d’une assemblée pouvait être le Grand Meaulnes ou l’Enfant laboureur du livre de Gabriel Ringlet… ou moi-même (par-delà masculin et féminin – entre autres).

Ainsi ai-je ouvert mon dessin à diverses interprétations…

Puisse-t-il être un divin pont entre d’humaines différences.


Monique Thomassettie
15 septembre 2008

P. S.: L'homme âgé, à droite, qui représente un sceptique indulgent, est aussi une de mes tendances.



2007


Mons


À l'occasion du 7° Rendez-vous du livre de Mons, coordonné par Daniel Charneux, je suis invitée avec cinq autres écrivains belges à écrire une "histoire d'amour". Publiés par la Ville de Mons, les textes sont offerts par les commerçants de la ville et les auteurs sont présentés.
Mon texte : Une Suite mouvante





2007À l'occasion de la manifestation artistique "Art et Saveur en Abbaye",
sur le site de l'Abbaye de Saint-Denis (Casteau),
ma nouvelle
Une Guide joyeuse
paraît sur le CD-rom gravé par le Rotary Club de Soignies


saint-denis-1

saint-denis-2



décembre 2007
europski glasnik


   

La prestigieuse revue littéraire croate "Europski Glasnik" ("Le Messager Européen") publie en traduction dix poèmes de Monique Thomassettie, extraits de L'infrangible vision.

Parmi les autres auteurs :
Nancy Huston, Roland Barthes, Jean Baudrillard, Tahar Ben Jelloun,  Ivan Illich, Gérard Adam, Dražen Katunarić, Michel Le Bris, Maurice Maeterlinck, Alberto Moravia, Cesare Pavese, Ezra Pound, Paul Ricœur, Manuel Vargas…

   



26
janvier
2008



Robert Paul, initiateur de "Arts et Lettres – Belles signatures", m'invite ainsi que Dominique Aguessy à une rencontre littéraire et une séance de signatures à "Espace Art Gallery" de Bruxelles.



signature
De gauche à droite : Robert Paul, moi-même, Dominique Aguessy, Jerry Delfosse (directeur de la galerie)



du 5
au 9 mars 2008



Premier festival de littérature
"Le Off 2008"








23
avril
2008


À l'Association des Écrivains belges

de Langue française, je suis invitée à présenter
mon recueil de contes et pensées
L'âme dénouée






aeb-3

aeb-1
De gauche à droite : Émile Kesteman, Vice-président de l'AEB; André Goosse, Secrétaire perpétuel honoraire de l'Académie royale de Langue et de Littérature françaises; moi; France Bastia, Présidente de l'AEB.


Mon recueil L’âme dénouée se compose de contes et de pensées.

Dans mes contes, il m’est arrivé et m’arrive d’insérer des poèmes et des dialogues de théâtre.

Si mes contes racontent une histoire ou, parfois, une succession plus ou moins ordonnée de bribes d’histoire, mes pensées se racontent elles aussi. C’est pourquoi il me plaît de parler de contes pensés et de pensées contées.

La plupart du temps, mes pensées sont méditations, c’est-à-dire que la vision y participe.

La vision s’appliquant à tous les sens, la musique est chez moi très présente, et capte beaucoup d’espace.

Le premier conte de mon recueil, Un cœur symphonique, commence par une écoute : Albine, mon héroïne, écoute, par sa fenêtre ouverte, les sonorités estompées de la ville… Mon texte est parti de mon écoute: ce que je décris au début est composé d’après nature, comme on dit en peinture.

À propos de peinture, dans Rose d’air, je raconte les pensées qu’ont éveillées en moi ma dernière palette et un reste de couleur qui y a séché : une tache bleue formant une rose ineffable… Celle-ci me conduira, à nouveau, vers la musique…

Ce que j’écris part souvent, donc pas toujours, de quelque chose de concret.

Quand une pensée engendre un conte, c’est que cette pensée a d’abord éclos sur un terrain existentiel.

Donc : l’existence, puis la pensée, puis le conte qui va, à sa façon alchimiste, parler à son tour d’existence. Et c’est l’essence qui habite et anime tout cela. C’est l’âme qui, au plus inextricable des nœuds existentiels, demeure dénouée, mais non pas détachée, car elle est faite pour assumer et apaiser notre condition.

Mais le conte, au fur et à mesure de son déroulement, suscite aussi moult pensées.

Je ne cesse de réaliser combien tous mes textes, de tendances ou de genres apparemment différents, se retrouvent les uns dans les autres, se répondent mutuellement, et cela au travers et au-delà des temps, des dates où je les ai écrits. C’est pourquoi ils forment une seule et même composition. S’ils se contredisent, c’est dans un esprit récurrent d’antithèse. À peine ai-je formulé une chose, voilà son antithèse qui surgit ! Tel un diable de sa boîte ! Et quand l’antithèse est multiple, le labyrinthe n’est pas loin !

Je parlais de Diable… Dans ma pensée contée Un bon Diable, j’ai exprimé une idée qui aurait intéressé Saint Augustin, puisqu’une de ses paroles l’a suscitée en mon esprit. Je le cite, parlant à Dieu: « Vous demeurez toujours en vous-même »… Et si, me suis-je demandé, et si ce Dieu qui demeure en soi-même était Lucifer?! En effet, Lucifer garde pour lui seul la lumière, il la porte… De là, j’ai extrapolé… J’ai fait sortir ce bon diable de lui-même, et ça a donné mon conte : Fleur de concorde.

Diable et Dieu évoquent des contraires… Ils rappellent aussi un dessin de Blake qui les a montrés comme deux visages opposés d’une même tête.

Pour certains, cette dualité pourra évoquer l’idée de couple. Je leur répondrai que, dans toutes mes œuvres, les couples que je mets en scène représentent mes conceptions symboliquement androgynes.

Quels que soient les facettes et les niveaux de mon écriture, ils relèvent d’une seule et même sensibilité. Ma sensibilité, projetée entre autres sur le féminin et sur le masculin, donc adaptée à leurs divers archétypes.

Depuis longtemps, je considère ma créativité avec un recul qui me permet, par exemple, d’assister, si je puis dire, à mes chutes et à mes envols, à mes descentes et à mes émergences.

Le recul dont j’ai parlé est celui du 3° œil. Dans une autre pensée contée : L’oreille visionnaire, je parle d’une 3° vision, celle-ci relevant de l’ouïe comme de la vue. Puis, à la fin de mon recueil, j’évoque une pensée troisième… Si le cerveau droit et le cerveau gauche sont l’un celui de la raison et l’autre celui de l’imagination, n’y en aura-t-il pas un troisième ? à l’instar du 3° œil… Aux deux dernières pages de mon livre, je songe à une dualité :
Dualité qui est épreuve pour la pensée, car je ne sais si, troisième, celle-ci compose la réponse satisfaisante et rassurante d'une synthèse. / La sainte aise, la toute spirituelle aisance, demeure insaisissable, inclassable, toujours à mériter, à raffiner en son âme et conscience. / Découvrir dans les nœuds du monde / l’âme dénouée.

Cette aisance-là, c’est Saint-John Perse (encore un saint !) qui en a trouvé l’expression. Je le cite : « Il n’est d’aisance que de l’âme ». Ainsi, l’âme d’Alexis Leger, puisque tel était son premier nom, a fécondé la mienne.

À propos des cerveaux droit et gauche, j’ai peint, en 1997, un tableau (reproduit en couverture de mon recueil) que j’ai, peu après, appelé : La Pensée. Deux femmes y songent, peut-être comme le cerveau droit et le cerveau gauche dans une même tête. Pendant que je le peignais me revenait un de mes poèmes écrit auparavant :
… L’issue est au cœur du labyrinthe feuillu …

Dans mon conte : Mon beau Cygne perlé, conte qui est un peu la suite du premier conte de mon présent recueil, je joue sur les notions de cerveau, de labyrinthe, de pensée.

Pour terminer, voici un poème extrait de mon recueil : La source est mère d’océan, paru en même temps que mon âme dénouée :

(…) à l’ombre de la terre / je savoure un soleil / Comme à la solitude / je savoure un éveil //  L’éveil d’un non-saisir / L'insaisissable étant moins objet / que mouvement / Boucles de Serpent /  déroulées dans la magie d’un chant // Voilà qui promet / un nirvana mobile !

… Et ce n’est pas la mort !



Monique Thomassettie
Présentation du 23 avril 2008 à l’A.E.B.



La pensée
La Pensée, 1997




31 mai
-
1 juin

2008

Joli Mai
Salon du Livre Indépendant
Signatures sur les stands de :
MEO-éditions
Éditions Chloé des Lys


Lecture publique de poèmes de mon recueil
Les doigts de chèvrefeuille de la nuit


joli-mai

Sur le stand de MEO-éditions






11 juin

2008
À l'Espace Wallonie-Bruxelles
de la rue Marché aux Herbes, 25-27, 1000 Bruxelles,
Luc Norin, présidente des Scriptores Christiani, présente neuf auteurs, dont moi-même pour mon recueil de contes
L'Opéra sidéral.



scriptores
Photo prise et offerte par Huguette de Broqueville,
présidente du Pen Club de Belgique



14 juin

2008

marchédelapoesie

Dans le cadre du Marché de la Poésie de Namur,
présentation par Pierre Schroven des éditions MEO,
et lecture par moi-même d'extraits de mon recueil
Les doigts de chèvrefeuille de la nuit


Namur
Moi, Pierre Schroven, Gérard Adam (coordinateur des éditions MEO)



31 août

2008
Participation aux rencontres littéraires dans le cadre de la manifestation artistique "Art et Saveur en Abbaye 2008", sur le site de l'Abbaye de Saint-Denis (Casteau).


Saint-Denis-1
Moi et Liza Leyla

Saint-Denis



15-20
septembre

2008
Non-Dit-affiche


"Le Non-Dit a 20 ans !"


À cette occasion, exposition de la revue dirigée par Michel Joiret
à la Vénerie, Centre Culturel de Watermael-Boitsfort


Trois plasticiennes sont invitées à y présenter des œuvres en relation avec “Le Grand Meaulnes" :
Anne-Marie Weyers, Mireille Dabée et moi-même


Visage d'ailleurs-01
1996, Visage d'ailleurs 1
Esquisse huile par moi-même
Portrait possible d'Yvonne de Galais

Visage d'ailleurs-02
1996, Visage d'ailleurs 2
Esquisse huile par moi-même
Portrait possible du Grand Meaulnes



27
septembre

2008
Les éditions MEO,
invitées par la Maison de la Poésie du Nord – Pas-de-Calais au

4° Carrefour Poétique Automnal de Beuvry
,

Séance de signature.







29
septembre

2008
Interviewée en direct à Perwez par Jean Idesbald
dans le cadre de l'émission littéraire "Entre les lignes"
sur Radio "MUST FM"





16
novembre

2008
Salon du livre

" Tournai-la-Page "




Au salon du Joli Mai 2008 (voir plus haut), un auteur français de France proposait des dictées.
L’exercice consistait à bien les entendre.
Moi qui, en 2007, écrivais : La raison au risque du son (page 70 de mon recueil : À l’entrelacement de ma Tempérance), je me prêtai avec curiosité à ce défi.
Bientôt, la dictée se corsa d’une autre difficulté en l’accent du Français.
Par exemple, mon oreille française de Belgique voyait un accent grave là où il était aigu.
Cinq mois plus tard, j'allais me plonger dans Arthur Masson : « Thanasse et Casimir ».
À la quatorzième page, un calembour me rappellerait les dictées de mai... En voici le début :
« L’enfant était chétif… » devient sous la plume d’un collégien : « L’enfant tétait chez Tif… » !
Il faut dire que, dans ce roman, le professeur insiste sur les liaisons.
Au moment du salon de Tournai-la Page, il me reste à lire les derniers chapitres.
J’emporte donc le livre pour le terminer, soucieuse d’occuper mes heures d’attente.
Je suis passionnément plongée dans le dénouement lorsque passe l’homme aux dictées humoristes ; lui aussi expose à nouveau ses ouvrages.
Interpellée, je lève la tête et dis d'emblée : J’ai pensé à vous !
Alors, dans le livre dont j'ai suspendu la lecture, je cherche le passage en question, et le lui montre…
Je lui rappelle encore ma remarque de mai sur les différences d’accents, contente de pouvoir l’étayer par un exemple pris dans le même  livre…
Thanasse, lui dis-je, est belge, et Casimir qui est français l’appelle : Thanâze…
Je ne sais comment l’amateur de dictées calembouresques a compris mon partage ardennais…
S’est-il senti déconcerté par un tel à-propos qui devait tout au hasard ?


Monique Thomassettie, 21 novembre 2008, soir



novembre

2008
Parution du recueil de "recettes"
" Les madeleines de nos auteurs "
Recueillies par Apolline Elter


"Ce livre invite le lecteur à rejoindre quelque vingt-sept auteurs belges contemporains – Gérard Adam, André-Marcel Adamek, Nicolas Ancion, Thierry Bellefroid, Geneviève Bergé, Élisa Brune, Stanislas Cotton, Francis Dannemark, Xavier Deutsch, François Emmanuel, Mark Eyskens, Véra Feyder, Lydia Flemme, Jacqueline Harpman, Armel Job, Éva Kavian, Françoise Lalande, Jacques Mercier, Hubert Nyssen, Colette Nys-Mazure, Juan d'Oultremont, Jean-Luc Outers, Grégoire Polet, Isabelle Spaak, Marie-Ève Stenuit, Monique Thomassettie et Régine Vandamme – autour d'une grande tablée virtuelle. Et ceux-ci d'évoquer les plats qui ont une charge affective à leurs yeux, exquises madeleines proustiennes enfouies dans le tréfonds de leur mémoire.
Les madeleines et leurs recettes révèlent la plume de chaque écrivain, tantôt classiques, fondantes et tendrement fourrées, tantôt truffées de fantaisie et d'humour.
La trame de l'ouvrage est celle de l'interview, sur mode de dîner littéraire. Interactive, l'approche est avant tout apéritive, telle une mise en bouche conviant à la rencontre d'écrivains de prestige. Des passages de leurs œuvres parcourent le recueil, servis en guise d'infusion." (Quatrième de couverture de l'ouvrage).



Madeleines-1





Madeleines-2




9 décembre

2008
À la Bibliothèque des Riches Claires
Rue des Riches Claires, 24
1000 Bruxelles
Apolline Elter a présenté quelques-uns des auteurs des "madeleines"
devant un public nombreux


Riches Claires
De gauche à droite : moi, Colette Nys-Mazure, Marie-Ève Sténuit, Apolline Elter,
Jean-Luc Outers, Élisa Brune et Gérard Adam.

Appelé ailleurs, Mark Eyskens a dû partir avant la photo de groupe.
Pour d'autres photos : voir à la page "Contacts" le lien avec le blog d'Apolline Elter.



Un point commun alchimique

La cuisine est un art, au même titre que les autres, car elle est transformation et union de matières premières ; elle est donc alchimie, à l'instar de l'écriture ou de la peinture (par exemple), lesquelles transmuent et intègrent des vécus premiers. Sauf que l'art culinaire est le seul à pouvoir se baser sur des "recettes", même si la créativité et l'innovation y président. En effet, dans chaque œuvre plastique ou écrite (par exemple encore), le métier acquis grâce à la pratique ne suffit pas. L'art est toujours à conquérir, qui sublime le saisissable en insaisissable : en... virtuel? Recevoir un verbe comme un baiser, ai-je écrit. Marcel Proust fut mon maître à sentir – comme j'eus l'occasion de le confier à Salvatore Gucciardo lors de son interview en 2003 –,  il demeure pour moi le "modèle" par excellence pour tenter d'exprimer artistiquement le retour d'un souvenir sensoriel – celui du goût en l'occurrence. Et cette expression donne aux cinq sens la dimension du sixième, leur confère un ineffable en les immortalisant.

Monique Thomassettie, 9 et 10 décembre 2008, soir





23
septembre
au
23
décembre

2008
“ À l’occasion de leur cinquantième anniversaire, les Archives & Musée de la Littérature exposent à la Bibliothèque royale de Belgique, Mont des Arts, 1000 Bruxelles, des trésors de leurs collections. Des photos réalisées par Paul Nougé (restaurées et tirées par Marc Trivier) et Guy Vaes ouvrent le parcours, suivies d'œuvres où Alice Piemme met en scène vingt auteurs de théâtre belges sous le regard d'un masque de Jocaste réalisé par Philippe Hekkers. Dans la chapelle de Nassau muée en « atelier de l'écrivain », des vitrines exposent la genèse et les métamorphoses émouvantes de textes majeurs sous la plume de nos plus grands auteurs, de Charles De Coster à Marcel Moreau en passant par Maeterlinck, Verhaeren, Marie Gevers et bien d'autres.
Parallèlement, un DVD projeté en boucle nous montre un interview de douze auteurs sur leurs rituels d'écriture, la conservation de leurs manuscrits, leurs relations à Bruxelles et à la Belgique: Gérard Adam, Jean-Baptiste Baronian, Véronique Bergen, Jean Bofane In Koli, Yves Caldor, William Cliff, Pascale Fonteneau, Thomas Gunzig, Xavier Hanotte, Ariane Le Fort, Monique Thomassettie et Michel Voiturier. ”

AML-02AML-01AML-03

Interviews: Anne Ransquin / Image: Alice Piemme / Son: Daniel Van Meerhaeghe / Montage: Rafael Serenelli / Musique et mixage: Luc Henrion / Réalisation: Daniel Van Meerhaeghe et Alice Piemme / Traduction: Violaine Verougstraete / Production: Archives et Musée de la Littérature / avec l'aide de la Communauté française de Belgique.






2009



6
mars

2009

Foire du Livre de Bruxeles

Signature au Service du Livre Luxembourgeois


Foire du Livre 2009
Photo prise et offerte par Apolline Elter,
coordinatrice du recueil des madeleines (voir plus haut)




6
mars

2009
Off-09-1

Signature au OFF


5 au 9
mars

2009

Foire du
Livre

La Maison des Auteurs
SCAM - SACD - SOFAM
projette en diaporama continu
images et textes (dont un de Mo. Tho.) sur le thème de la foire :
" Crise(s) et création "




13, 14 et 15
mars

2009

Au 9° Salon du Livre et des Cultures de Luxembourg
organisé par le CLAÉ,
Site de LuxExpo, Kirchberg, Salle 3, le dimanche 15 mars à 15h30,
Rencontre
animée par Gérard Adam
entre moi-même
et l'écrivain croate Dražen Katunarić
autour du thème de l'exil intérieur de l'écrivain.



Partant de mon roman épistolaire : La portée d’exil (publié en 2001), Gérard Adam nous a posé, à Dražen Katunarić et à moi-même, quelques questions autour de l’exil intérieur des artistes. Il m’a d’abord invitée à parler de « La chute d’Icare », tableau de Bruegel qui revient de façon récurrente dans mes œuvres peintes et écrites, et en particulier dans ma portée d'exil. Après avoir évoqué le labyrinthe qui me hante aussi depuis longtemps, il m'a demandé si ce tableau ne serait pas, pour moi, un (je le cite) « archétype de l’artiste ».
Voici ma réponse :


– Le labyrinthe est d’abord venu à moi sous la forme de rêves nocturnes et récurrents… (Voir à ce sujet mon conte : La Musique promise – entre autres de mes ouvrages).
Ensuite, à la notion de labyrinthe, j’ai peu à peu associé le cerveau et la pensée… (Voir à ce sujet, à la suite de mon conte : Mon beau Cygne perlé, mon chant : Déesse Lumière – Au nœud pensif d’un labyrinthe – entre autres de mes ouvrages).
… Ce qui le mieux me relie au monde, ai-je confié dans ma portée d’exil, c'est le langage complet des musiques. Celui des mots étant plus ambigu. Peut-être, l'ambiguïté vient-elle aussi de mon entendement.  Je ne puis en effet plus lire une idée sans aussitôt en comprendre son contraire. L'idée l'inclurait, comme dans le cercle taoïste le noir contient du blanc et le blanc, du noir. Une seule idée, et me voilà lancée dans une réflexion philosophique qui tend à y intégrer les opposés. …
Dans ce genre de réflexion, la pensée peut se perdre, d’où le labyrinthe…
En 1997, j’écrivais dans un poème :
L’issue est au cœur du labyrinthe
Cette issue, pour moi, est artistique.
L’Art intuitif démêlant la pensée. Comment ? En COMPOSANT.
C’est à partir du cœur, du centre qu’on crée, puisque la création demande une CONCENTRATION. Une concentration avant de rayonner. Et ce rayonnement est un idéal…
Le cœur créatif est donc à la fois issue et départ.
C’est d’un labyrinthe, celui construit par son père Dédale, qu’Icare s’envole. Il va vers le rayonnement : vers le soleil. Mais ses ailes, en cire, y fondront, et ce sera la chute vers la mer. L’eau guérit du feu. Comme quoi l’idéal – par définition, du reste – n’est jamais atteint !
Ce que je viens de dire et ce que je vais encore dire de ce tableau de Bruegel, est ma perception personnelle. Chacun et chacune en a ou en aura sa propre lecture : selon sa sensibilité, sa vision subjective. (Il en va d’ailleurs de même pour toute œuvre).
Tu me demandes, Gérard, si ce tableau me semble un archétype de l’artiste. Je dirais qu’il est un archétype de la condition humaine… En chaque humain, artiste ou non, il y a de l’Icare et du laboureur. Icare est un exilé idéaliste, tandis que le laboureur est ancré dans la matière de sa terre. Mais la terre, qu’il a creusée de son soc, exhume une forme d’agneau tombé dans une crevasse, comme Icare est tombé dans la mer. Cependant Icare n’en meurt pas, alors que l’agneau semble immolé... Les deux chutes sont parallèles : symbolisent-elles deux cultures ? La mythologie grecque et la religion judéo-chrétienne ? Dans ce cas, leur point commun serait le soleil : l’idéal vers lequel on tend et qu’on nomme différemment (« Dieu », par exemple). Si Bruegel était un génie, c’est aussi parce qu’il était un grand penseur ET un grand intuitif. (Un grand peintre COMPOSITEUR !)
Le soc de la charrue a tracé cinq marches descendant vers ce gouffre, ou montant à partir de lui. Et les cinq sillons forment aussi une portée musicale. – Mon titre, La portée d’exil, ayant, entre autres sens, celui de musical.
Partout, dans ce tableau, l'on monte ou l'on descend. À commencer par le soleil lui-même ! Le soleil qui, raconte une mythologie, descend le soir dans la mer… comme Icare !
Ces montées et descentes me sont familières. Dans mes œuvres (peintes et écrites), elles sont récurrentes. Ainsi, va sortir, en avril, un livre où je mets en scène, entre autres astres, le soleil et ses descentes et montées.
En couverture de ma portée d’exil, mon tableau de 1991 : Lever de Soleil.
Mais si je commence à parler du Soleil, je parlerai aussi de la Lune. Et de l’Espace. Et là, ce sera infini ; or le temps de ce débat est limité !



Ensuite, à propos des « rapports entre art et spiritualité », Gérard, inversant le titre de Kandinsky : « Du spirituel dans l’art », m'a demandé « s’il ne faudrait pas son pendant : De l’art dans le spirituel ? ».
Voici ma réponse :


– De l’art en toutes choses, et dans le spirituel en particulier…
Est-il différents « spirituels » ? Le spirituel de Kandinsky est-il le spirituel de Jean-Sébastien Bach ? Les deux m’ont toujours beaucoup touchée. Kandinsky est mon peintre abstrait préféré ; il percevait un rapport entre sons et couleurs : il l’explique dans le livre en question, livre que j’ai savouré il y a une bonne trentaine d’années. Et Bach père, comme je l’ai écrit dans ma portée d’exil, Bach c’est Dieu qui fait de la musique – indépendamment de toute institution religieuse. De sa religion, Bach a chanté l’AMOUR, l’a chanté avec une sensualité de l’âme. Chez Kandinsky aussi, il y a une sensualité : dans ses couleurs qui caressent la vue.
« Spirituel », c’est-à-dire : de l’esprit.
Qu’ils soient écrivains, musiciens, peintres, etc., tous les artistes dignes de ce nom ont de l’esprit, je veux dire que l’esprit habite et anime leur lettre, lettre au sens de forme : forme écrite, peinte, etc. Cela, quel que soit leur genre : réaliste, romantique, expressionniste, impressionniste, abstrait, etc.
De plus, « avoir de l’esprit » signifie aussi être capable d’humour. L’humour, c’est-à-dire le recul, la distance.
N’y a-t-il pas de l’humour chez Bruegel dans la façon de représenter Icare, Icare tombé dans la mer, avec ses jambes qui émergent : il a l’air de barboter, de faire un cumulet dans l’eau !
Le peintre, du reste, est célèbre aussi pour ses vues panoramiques, donc distanciées. Le tableau : « La chute d’Icare », s’appelle également : « Paysage avec chute d’Icare », cette chute étant peu de chose à l’échelle du cosmos ! Même si le cosmos est aussi en Icare. Et… qui sait à quelle autre échelle le cosmos entier serait lui-même peu de chose ?




Monique Thomassettie, mis en ligne le 16 mars 2009 à 13 h. 33



Luxembourg-2Luxembourg-3
moi, Dražen Katunarić, Gérard Adam

Luxembourg-2




21
mars

2009
"Rencontre Écriture et Interculturalité"
Colloque organisé par l'ASBL "Plumes Croisées"


Plumes Croisées

Bibliothèque communale
57, rue des Combattants
La Hulpe


Rencontre animée par
Daniel Simon
entre les écrivains : Mina Oualdhadj, Sophie Perenne, moi-même,
Gérard Adam, Issa Aït Belize, In Koli Jean Bofane, Jean Kabuta,
et le président de "Plumes croisées" : Mohamed Belmaïzi

La Hulpe - 1
De gauche à droite :
Issa Aït Belize, Sophie Perenne, Daniel Simon, Gérard Adam, Jean Kabuta, Mohamed Belmaïzi


La Hulpe-2 
Jean Bofane In Koli, moi-même, Daniel Simon, Mina Oualdhadj, Mohamed Belmaïzi

La Hulpe - 3
Jean Bofane In Koli, moi , Daniel Simon



Dès que possible paraîtra le recueil des textes de chacun et chacune.

Pour ma part, à peine reçue, en juin 2008, l'invitation de Mohamed Belmaïzi à participer à cette rencontre, j'écrivis un court " discours " et un long poème – lus en ce premier jour de printemps (comme on le voit sur la 3° photo ci-dessus).

En attendant, voici déjà, près de six mois plus tard,
mon texte pour tous :



Un éventail de variations


I

La « multiculturalité »,
c’est un éventail de variations
sur le thème de l’âme humaine
Au nom de l’Imaginaire !
Et l’Imaginaire est sans frontières

C’est notre imaginaire qui crée des mythes ou des mythologies.
Des mythes à notre image, à l’image de la Nature, à l’image du Cosmos – de l’Univers.
Ces mythologies ne varient pas seulement d’une culture à l’autre, mais d’une personne à l’autre.
Je parle ici en particulier des artistes – écrivains, musiciens, peintres, etc.
La sensibilité symbolique (qui est la mienne, je ne puis parler qu’à partir de ce que je suis) ne se laisse ni étiqueter, ni cloisonner. Ainsi, un artiste d’une culture A pourra être habité par des images d’une culture B qu’il ne connaît pas nécessairement.
L’on a quelquefois vu dans mes œuvres (peintes comme écrites) des mythes que j’ignorais – latino-américains, égyptiens, grecs et bien d’autres.
Tant l’Imaginaire est sans frontières, et procède d’une mystérieuse… ce que j’ai un jour appelé : circulation d’esprit(s).
Au cœur de son visionnaire appel, le véritable artiste découvre et rencontre l’Univers, car c’est l’Univers qui l’appelle ! L’artiste est infiniment APPELÉ.
À la lumière de cet appel, on comprend que les artistes, quelle que soit ou qu’ait été leur culture, sont d’emblée sur la même longueur d’ondes.
Certes, je parle surtout ici d’artistes qui évoluent métaphoriquement, c’est-à-dire qui sont pétris de symboles, ceux-ci leur étant aussi inhérents que le souffle !
Pour les artistes, l’interculturalité est donc évidente.
Sa mise en pratique, si elle est naturelle et va de soi tant elle participe de la vie psychique (et psychique vient de psyché : âme), ne doit pas faire oublier que l’artiste est ermite invétéré.
Dans mon roman : La portée d’exil, j’écrivais – en 1999 :
S'il est des remèdes à la solitude sociale, la solitude artiste est incurable car elle est condition créative même au sein de la plus généreuse reconnaissance.

N. B. : L’artiste. Je ne dis pas : le poète, parce que « poésie » signifie « création » et que l’artiste (dans tous les genres et formes) est créateur.


II

À l’éclosion d’un Univers,
l’Enfance innée chevauche Pégase

Au commencement, un cri singulier.
Puis un cri pluriel
ralliant les diverses cultures.

Notre vie est à l’image du Cosmos,
qui lui aussi quitta,
au cri de son big-bang,
un mystère.

La vie se souvient
d’un même et unique bercement,
oscillation primordiale.

De tout leur potentiel, des astres y brillaient
à l’ombre du sein replié de la nuit.

Énigme vague pour les uns.
Aiguë nostalgie chez les autres.

Et ces autres sont les poètes,
ces créants (qui créent),
ces mécréants pour les dogmatiques,
ces différents, ces incompris
qui néanmoins dérangent les tyrannies.
« Le poète a dit la vérité / il sera exécuté »,
chantait Guy Béart.

À peine sortie, la vie s’épanouit
en se multipliant.
Elle érige des tours
pour retrouver les astres du songe originel.
Et c’est Babel.
Et c’est l’écroulement,
une terre jonchée d’éclats de pierres
à rassembler ensemble,
non sans éclats de voix,
car l’on ne se comprend pas.

Toujours, un regard commun se lève
au chant des ciels.
Et descend
au chant terrien qui veut rebâtir
les mythiques montées pétries d’art et de songe.

Si, physiquement, nous avons des sens identiques
– yeux, bouche, oreilles… –,
psychiquement nous sommes pareillement dotés.
Et, en nous, tout est relié.

Sans rencontres ou voyages,
sans réciproques apports, sans mutuels échanges,
les mêmes images nous habitent et visitent.
Tant sommes-nous reliés à l’Univers nourricier.

Des livres magistraux,
d’ailleurs et d’ici,
nous fécondèrent aussi.

La connaissance innée s’enrichit d’un savoir acquis.

Innée : nous écrivons des choses que d’autres
ont déjà dites et que nous ignorions.
Preuve de ce lien subtil
par-delà lieux et temps.
Et n’oublions pas les influences non conscientes,
ce qui passe « d’âme à âme »
sans mots aucun.

Animiste, notre écriture
est à l’image d’une Immanence.

Au rythme de son éveil, le poète mesure
ce lien et le pèse en contrebalançant
des mots qui s’étonnent,
surpris en l’aube toujours neuve
de leur éclosion.

Pourquoi nous touche tant la découverte,
en d’autres pays ou continents,
d’artistes animés par la même ferveur ?
Émerveillement d’âmes
qui se reconnaissent,
éprouvant combien l’Art, s’il est intemporel,
est aussi hors lieux.

L’Art relève de l’âme.
L’Art est regard intérieur qui s’extériorise.
Grâce à lui, les astres du dedans
brillent en dehors !

C’est en s’interrogeant singulièrement
que l’on comprend la réponse « plurielle ».

L’« altérité » se situe moins
dans la différence de cultures
que dans celle d’individualités.
C’est pourquoi, en définitive,
les tyrans condamnent
ce qui diffère de leur moi !

« Quel rôle peut jouer la poésie
pour instaurer une société interculturelle ? »,
demande Mohammed Belmaïzi.

Un rôle pour la poésie ?
Mais la poésie,
si elle joue avec les mots et se joue d’elle-même,
ne joue pas.
(« Jouer » de la musique est encore autre chose).
Elle est sans « rôle » : elle EST,
puisqu’elle CRÉE.

Non sans humour, aussi.
Vive l'humour qui est une « religion »,
car suscitant des liens spirituels.
Spirituels dans les deux sens du mot…

L’humour est un esprit extérieur,
qui prend du recul.
Alors que la spiritualité est intérieure
et pleure – aussi de joie : Pascal.

Soyons lucides :
la poésie n’intéresse pas la « société »,
car, par définition, la société n’est pas solitude !
Or, la poésie demande un recueillement.
Certes, l’on peut se recueillir ensemble.

La pensée déjà ne lui est pas facile, à la société.
Parce que toute pensée demande une guerre
avec son « moi »
et une colère à décanter, à cerner,
avant de trouver la paix d’un éveil.

Si la guerre avec son moi est difficile
et si la paix n’en est jamais acquise,
toujours à conquérir,
que dire d’une guerre avec le « nous »
de la société ? Autre Babel.

Mais, dans les intermittents éveils,
ose apparaître une – si pas la – poésie !

Ceci n’est pas un « mode d’emploi » :
Pégase s’y cabrerait,
auréolé de sa crinière de forêt,
ses yeux lançant
tous les éclairs de l’Espace !



Juin 2008 et février 2009



P. S., 23 mars 2009 : J’ai conscience du malentendu que pourrait susciter mon parallèle entre humour et spiritualité… Car un humoriste peut pleurer sur les absurdités de ce monde… Serait ici à imaginer un dialogue entre un « humoriste » et un « mystique »… Certes, les deux cohabitent en la même personne – je l’expérimente moi-même ! N’ai-je pas dit, ci-dessus, que toute pensée demande une guerre avec son « moi »… Ce moi, sans cesse menacé par des œillères ! Heureusement, Pégase m’enlève à mes contradictions, à mes maladresses. Nul n’est parfait. 


Monique Thomassettie, discours et poème mis en ligne le 11 septembre 2009




Si je dis nous / mon discours  malgré moi / reste non éprouvé /
Ma propre réalité / souvent trouve et rejoint / des pluriels ignorés*

*1999, extrait de mon poème Notre Dame de Bruxelles et d'ailleurs, paru en hiver 1999 dans le "Marginales" N°236 dont le thème était : "Bruxelles est un pluriel".



M. Th., mis en ligne le 12 juin 2010




30 juin

2009
Marilena Di Stasi a interviewé Dražen Katunarić (au téléphone de l'île de Brač) et moi-même pour Radio-Alma / Brussellando


Brussellando-03
Dražen Katunarić

Brussellando-02
Marilena Di Stasi
Brussellando-01
Moi
Interview de Monique

Voir rubrique "Films-audio"








21 septembre

2009


Mise en ligne sur YouTube de
Les doigts de chèvrefeuille de la nuit
paru aux Éditions M.E.O. en 2007


Voir rubrique "Films-audio"






20-21-22 novembre

2009
7ème édition de
la Foire du Livre Belge
sur le thème "Les sentiments"

au Centre Culturel d'Uccle
47, rue Rouge, à 1180 Uccle

Foire du Livre belge


Uccle-1Uccle-2Uccle-3


Interview
par Jacqueline Rousseaux
présidente du Centre et de la Foire
à propos de T l i m i a s l o
suivie d'une séance de signature

*


Notes en vue de l’interview du 21 novembre 2009
par Jacqueline Rousseaux
à propos de mon recueil de nouvelles T l i m i a s l o

12 - 16 novembre 2009


Mon cœur intuitif

Mon cœur intuitif : titre déjà paru
dans la revue "Marginales" N° 261 – Printemps 2006


Tout ce que j’écris est pétri de ce que je vis, de mes sentiments, de mes pensées et d’abord de mes intuitions puisque l’intuition est inspiration.

J’ai l’intuition du texte qui s’éveille en moi, j’ai le sentiment de ce que je vais écrire.
« avoir le sentiment de… », « avoir le sentiment que… » :
voici un autre sens, intuitif, du mot « sentiment ».

Le sentiment peut être un senti (du verbe : sentir) difficile à cerner, donc à définir.

Ce que l’on sent avec son cœur relève du sentiment.

Mais le sentiment peut monter à la tête et donner, par exemple, la colère.

Les Sentiments… C’est un thème brûlant !

Jung a parlé de quatre fonctions humaines :
le sentiment, la pensée, l’intuition, la sensation,
et d’une cinquième qui est divine et qui harmonise les précédentes.

J’ai évoqué la colère…
Si, dans un 1° temps, une colère peut secouer ma plume, je la calme ensuite en pensant.

Penser, c’est prendre du recul, c’est nuancer et peser ses mots.

Et voici la philosophie.

Mais mon sentiment, mon ire en l’occurrence, je ne la renie pas pour autant.

Je l’ai transformée, transmuée. Positivée, comme on dit.

Si l’intuition s’ajoute à la pensée, alors c’est la méditation.

Et la vision y participe, qui relève de l’intuition.

Mon intuition enrichit ou étoffe mon expérience, voire la remplace : en ce sens, l’intuition permet la fiction.

J’ai parlé du sentiment en tant qu’intuition, j’ai dit avoir le sentiment de ce que je vais écrire, en avoir l’intuition : c’est-à-dire que mon inspiration s’éveille ou que je m’éveille à mon inspiration.

Beaucoup de choses peuvent susciter mon inspiration :

– un sentiment, vague ou précis.
– une sensation sensorielle, donc qui relève des 5 sens : par exemple un parfum de tilleul, une musique ; quant au sens de la vue, relevant aussi pour moi de la vision intérieure, il dépasse le seul sensoriel.
– une pensée qui jaillit.
– une vision intérieure.
– une intuition, laquelle s’appelle : inspiration – proche ou égale de la vision.
– un fait concret qui m’interpelle en déclenchant un sentiment, une intuition ou une pensée ou tout cela à la fois.
– un rêve nocturne ou une rêverie éveillée.

Avant d’écrire un texte, je puis être en proie à une sorte de chaos où se bousculent des sentiments, des pensées, des sensations, des intuitions.

Mais je sens que leur ordre, leur harmonie est en moi : il me faut travailler à le découvrir.

Ce travail-là, c’est l’expression – écrite, en l’occurrence.

Au fur et à mesure de son évolution, mon expression prend un recul.

Je me détache, je me dépasse, et peux donc mieux voir l’ensemble.

Ce dépassement est la méditation que j’ai déjà nommée.

Et cette méditation permet de composer l’ensemble.

Donc, je puis être taraudée par le besoin d’ordonner ce chaos ou seulement ce mélange, le comprendre, le saisir.

Me lançant dans l’expression avec une fougue peu à peu maîtrisée, j’en arrive à abolir les frontières entre les quatre fonctions de Jung.

Je puis y éprouver le passage de l’une à l’autre, voire les fusionner en une cinquième divine. Comme elles fusionnent spontanément en nous : la théorie cloisonne, le vécu décloisonne ! Mais il se fait que l’on a besoin de repères pour se comprendre, ou en tout cas pour exprimer en mots intellectuels sa compréhension de soi ! Et là, les notions jungiennes de fonctions peuvent aider. Ces notions sont en quelque sorte des outils.

Je viens d’évoquer le passage, et auparavant la transformation, l’alchimie.

Dans ma 1° nouvelle, un sentiment d’inexistence et d’échec va se trouver adouci par une idée de musique, et glisser vers une vision ou une intuition plus vaste.

Le découragement se transformera en une sensation pensée, la musique passant par le seuil de l’ouïe et sa composition n’allant pas sans pensée.

Une possibilité de musique élargira un sentiment personnel, le dépassera en vision et en émotion plus essentielles, dirai-je : universelles ?

Invitant à la fin le divin et l’humour.

Mais les causes du 1° sentiment demeurent. Les causes des états dépressifs, il ne faut pas les occulter.

Je ne planifie pas ce que je vais écrire. Étant sur mon chemin spirituel, mon cheminement se fait tout seul dans la mesure où je me concentre.

Et ma concentration est ouverture.

Mon cheminement expressif me conduit à ce vers quoi je tendais : une harmonie, un équilibre, une justesse intrinsèque qu’on appelle aussi « logique interne ».

Mon moteur, c’est mon cœur intuitif.

Pour conclure, je dirai que, lorsque j’ai écrit, travaillé, pris de la peine, cultivé mes talents, j’éprouve un sentiment de joie qui transpose ma fatigue.

Mais cette joie n’est jamais acquise, elle demeure à mériter.

Joie d’avoir pu composer tout ce qui, en moi, se bouscule.

Et cette joie s’amplifie lorsque mon travail d’expression m’amène à un sentiment cosmique : Tout est dans tout.

Même si, à propos de ce monde, de cette planète plus exactement, j’éprouve, moi aussi, un profond sentiment d’inquiétude.

Une confiance m’en arrache, que j’aimerais pouvoir appeler : intuition.

 
Monique Thomassettie
, 12 - 16 novembre 2009


M. Th., notes mises en ligne le 15 janvier 2010






2010




Foire du Livre de Bruxelles

6 mars 2010


Séance de signature sur le stand de Pinceel Diffusion
Éditions M.E.O.



Foire du Livre 2010-1
Foire du Livre 2010-2

Photos par Gérard Adam


Michel Joiret et son livre : "Lire Marcel Proust aujourd'hui"
Moi et le mien : L'aïeule montagne et l'enfance de la vallée


L'occasion de converser autour de Proust : quel ineffable bonheur !
Conversation en dehors des sentiers battus par les médias,
qui aurait, je pense, mérité d'être conservée


M. Th., mis en ligne le 7 mars 2010



*




1er septembre 2010

Radio Panik

" Poésie à l'écoute "
invite les Éditions M.E.O.

Interview par Mélanie Godin
de Gérard Adam, de moi-même et de Tomislav Dretar



Radio-Panik-01

Mélanie Godin

Radio-Panik-02

Moi

Radio-Panik-03

Tomislav Dretar
Voir rubrique "Films-audio"



*


Novembre 2010

Parution de

"L'interculturel dynamique"

Ouvrage collectif annoncé ici le 11 septembre 2009
à l'occasion de la

"Rencontre Écriture et Interculturalité"
Colloque organisé le 21 mars 2009 par l'ASBL "Plumes Croisées"


Interculturel


Ouvrage collectif coordonné par
Mohammed Belmaïzi et Michel Cornélis



*


26 - 27 - 28 novembre 2010

8ème édition de

la Foire du Livre Belge
sur le thème "Être européen"

Centre
Culturel d'Uccle
47, rue Rouge, à 1180 Uccle


Foire du Livre belge 2010



Madame Jacqueline Rousseaux,

Il me sera difficile d'assister vendredi à la soirée d'inauguration de la Foire du Livre Belge.

Ce jour-là, l'appartement de ma mère (à 96 ans, elle vit aujourd'hui dans une "seniorie") sera vidé par les brocanteurs.
Moment pénible, à tous points de vue. Mais le principal, c'est que Maman soit encore en vie.

Merci encore de votre ouverture aux livres belges !

Bien cordialement,

Monique Thomassettie
24 novembre 2010


Présente sur le stand des Éditions M.E.O.
le samedi 27 novembre 2010
à partir de 16 heures


28 novembre matin. Hier après-midi, un lecteur potentiel m'interroge à propos de la "poésie étrangère" et de celle d'ici.
Je lui réponds : "poésie étrangère" est un pléonasme, car la poésie est toujours étrangère, c'est-à-dire AUTRE.
Qu'elle soit écrite par des poètes d'ici ou d'ailleurs. Quant aux diverses cultures, je reporte à mon texte publié dans l'ouvrage cité ci-dessus, "L'interculturel dynamique", texte préalablement mis en ligne ici le 11 septembre 2009.

  M. Th., mis en ligne le 28 novembre 2010, 10 h. 48 


*



7 décembre 2010


Radio Air Libre

Lecture par Guy Stuckens
d'un extrait de
Un arpège de paix
Accompagnée d'une "poésie sonore" de Leo Küpper :
" Kouros et Korê "


Voir rubrique "Films-audio"




Trois premières lectures
par le même présentateur :

T l i m i a s l o –
2008

L'Opéra sidéral –
2008

Les doigts de chèvrefeuille de la nuit –
2007
Lecture accompagnée d'une musique de Weber




2011





11 janvier
– 20 h.

Radio-Alma / Brussellando
(191,9 FM)


Interview par Marilena Di Stasi

à propos de mes trois récents livres :


 
Mes bouteilles à la mer
contenaient des tempêtes



Moments d'une Psyché


Un arpège de paix

Voir rubrique "Films-audio"




Carnet-1

Carnet-2


Pages d'ouverture de mon cahier de poèmes d'adolescence,
dont je parle dans l'interview mise en ligne ci-dessus.
J'y avais déjà écrit plusieurs poèmes (dès octobre 1962),
lorsque, en janvier 1963, je découvris mon premier
publié dans "Le Soir pour enfants" à qui je l'avais envoyé.
Je le découpai et le collai alors dans mon cahier,
à côté de mon manuscrit.
Cette publication ayant été pour moi un inattendu
événement,
elle a bien ici sa place.

*

Réécoutant mon interview, je regrette d'avoir été incomplète à propos de mon nom Thomassettie. En le tapant sur Google, ai-je dit, le mien seul apparaît, tandis qu'il y a beaucoup de "Thomassetti" (sans e). Cela ne signifiait pas que je suis la seule de mon nom, puisque ma sœur porte le même. Google n'est pas un bottin téléphonique, et encore ! les bottins ne nommant pas ceux et celles qui n'ont pas le téléphone. Tu sais, Maïté, je ne me suis pas formalisée lorsque, aux Noces de Diamant de nos parents en 2000, on a oublié de me photographier avec vous trois – voir début de ma rubrique "Extraits". Et, souviens-toi, le livre que j'ai écrit en 2002 autour de la mort de Papa, je vous l'ai affectueusement dédié à toi et à Maman. La Source raphaëlle, mon subtil et méconnu récit. Il est vrai que j'ai toujours eu besoin d'indépendance, de cultiver mon créatif jardin secret, de le protéger en quelque sorte. Rêveuse et poète, j'étais très différente de "vous trois" qui jouiez aux cartes ou aux échecs ; ces jeux où l'on "gagne" ou "perd" ne m'intéressaient guère, illustrant déjà pour moi un monde tendu et compétitif. Serait-ce, dès lors, moi qui induis chez les autres un oubli ? L'oubli serait-il la rançon d'un naturel comparable à celui de l'oiseau et du lys des champs ? Mon naturel, c'est l'Art, pictural et scriptural. Février 2011
! Certes, je joue, moi aussi, "aux échecs", mais idéalement, philosophiquement, soit dans ma pensée (thèse, antithèse...) – comme en témoignent mes œuvres. 6 septembre 2011



*




25 – 26 juin 2011

8ème Festival international et Marché de la poésie

Wallonie – Bruxelles
28, rue Fumal à Namur

I
nterview par Luc Baba

à propos de mon recueil :

Mes bouteilles à la mer contenaient des tempêtes



Voir rubrique "Films-audio"





*


17 – 18 septembre 2011

" Les Automnales "

Maison de la Poésie de Beuvry


Voir dans Suite ma mise en ligne du 20 septembre 2011



Beuvry-2011

Lisant mes poèmes ...
Beuvry-02

... dans un silence religieux

L'Art est une religion
Je ne dis pas qu'il est Dieu
Il est un lien ... *

* Juin 1994, Triptyque – L'Ange Diagonale





*


18, 19 et 20 novembre 2011

Foire du Livre Belge
9ème édition
Centre Culturel d'Uccle – 1180 Bruxelles

Thème : “ Pays Rêvés

Interview par Jacqueline Rousseaux
à propos de :
Mes bouteilles à la mer contenaient des tempêtes
paru chez M.E.O.

D'autre part, exposition de mes huit livres autoédités
M o n é v e i L


Voir rubrique "Films-audio"


 Voici, écrit, l'essentiel de ma présentation :
 Le rêve, beaucoup de sens à ce mot...
 Celui d'Icare est devenu Idéal...
 Son "pays rêvé"
(remarquez mes guillemets), c'est le Soleil, l'Espace...
 M
on recueil Mes bouteilles à la mer contenaient des tempêtes, je l'ai appelé : Chanson de geste...
 Mais, au départ, je l'avais nommé : Épopée d'un Rêve ou d'un Idéal...
 J'y parle de légende, la légende étant le réel métamorphosé en rêve par la vertu de l'imaginaire...
 etc...

P. S. :
Chanson de geste sonne plus rond, et plus court.
Il s'agit donc de la geste...
Mais le mot évoque aussi le geste, soit pour moi la danse...
Voici pourquoi j'abandonnai ma première idée d'épopée.

Mis en ligne le 2 décembre 2011, matin


Remarque : un trac est cause de ce que j'ai généralisé mes livres,
alors qu'ils sont tous particuliers (même s'ils forment une seule œuvre).
J'aurais dû préciser ce que j'entends par vécus.
Cette précision, je l'ai souvent écrite.
Je me console en me rappelant ce que Marcel Proust disait
à propos des écrivains et des orateurs :
il est des écrivains qui s'expriment très mal oralement
et des orateurs qui ne savent pas écrire
(certes, il en est qui excellent dans les deux)

P. S. : un trac, disais-je trop vite ; en fait, c'est pour ne pas dépasser le temps
qui m'était, comme aux autres auteurs, imparti que je ne nuançai pas
ma notion des différents niveaux du vécu


Je tiens à remercier
le Centre Culturel d'Uccle et sa directrice Jacqueline Rousseaux
pour le juste accueil offert à chacun et chacune.

Ainsi, mes autoéditions ont été acceptées !

J'ai été très heureuse d'exposer (pour la première fois) mes huit autopublications !

Comment cela se passe-t-il ?
Les éditeurs peuvent proposer de leurs auteurs
soit pour une interview, soit pour une séance de signature.
En 2009, grâce à M.E.O., j'ai bénéficié d'une longue interview.
En 2010, d'une séance de dédicace.
Cette année, j'ai voulu laisser du temps à d'autres auteurs,
mais j'ai accepté un temps de parole plus bref dans le cadre d'une interview collective.
Je choisis d'y présenter un recueil paru chez M.E.O. plutôt qu'un autoédité
par reconnaissance envers ces éditions qui m'ont prise dans leur véhicule
(même si, quelque part, je le conduis aussi) :
voyez le film en ligne sur YouTube, où je fais de l'autostop à Gérard !


Mes bouteilles…

Mis en ligne le 22 novembre 2011
P. S. : le 9 décembre 2011, 15 h. 36 et 41
Je tiens à... : le 10 décembre 2011, 00 h. 34 





*



Automne 2011
Sortie du N° 64 de
la revue québécoise "Exit" :


Exit 64


Un dossier de
Pierre Schroven
sur la poésie en Belgique

Textes de :

Sylvain Campeau, Dominique Sorrente,
Madeleine Monette,
Stéphane Despatie – directeur de la revue

Véronique Daine, Marc Dugardin, Paul Mathieu,
André Romus, Marie-Clotilde Roose,
moi-même, Alexandre Valassidis






2012







16 mai 2012

Mise en ligne sur YouTube d'un 4ème film :


Voir rubrique "Films-audio"




*



14 novembre 2012


Tous les livres parus chez M.E.O. sont à présent disponibles en e-books
sous formats PDF et ePub chez :

http://numilog.com/ResultatRecherche/M_E_O_/2937.Editeur

Grâce à Gérard Adam




*





15 et 16 décembre 2012

7ème Fête du Livre de Lille

Escales hivernales

Le samedi 15, de 16 h. 30 à 17 h. : lecture de trois auteurs de M.E.O., dont moi-même



*


Et c'est en 2012 qu'a été remis le Prix Fernand Baudin 2011

Mon livre Beaux-Arts Moments d'une Psyché
avait fait partie des livres retenus et débattus.
Il n'a pas été lauréat, mais un catalogue l'a présenté ensuite.

Une correction : page 186 de ce catalogue :
“ imprimeur qui en est aussi le graphiste ” :
ce n'est pas exact, car le graphiste, c'est moi.
À mon aimable et compétent imprimeur sont envoyés deux fichiers en PDF,
le fichier de la couverture et le fichier du contenu.
Dès lors, mon livre est imprimé tel que je l'ai réalisé.




*   *   *




Un poème écrit le 10 décembre 1967, voici donc 45 ans, et que j'ai publié en 1994 :

Nous sommes le Rire et le Vin
Mes dents nues sont ta vérité



Cachier

Reproduction en noir/blanc

(marge rouge et encre bleue)





Bonne année !




^               
^

°         °
Y






2013



Jeudi 10 janvier 2013

dès 13 h.


Radio Judaïca (90.20)
– "Café de Flore"

Présentation par Jacques Mercier

de mon recueil

Au rythme d'un équilibre


Voir rubrique "Films-audio"




*



Samedi 19 janvier 2013

à 16 h.

à "La Fleur en Papier Doré"
55, rue des Alexiens, 1000 Bruxelles

Interview par Piet Lincken

sur ma créativité








*   *   *








2014





1er avril 2014

Radio-Alma / Brussellando


Interview par Marilena Di Stasi

Voir rubrique "Films-audio"



*


Dimanche 22 juin 2014

Marché de Poésie à Namur

Présentation des recueils de poèmes parus cette année chez M.E.O. :

Voir rubrique "Films-audio"




Namur 2014-1

De gauche à droite : moi-même, Aurélien Dony, Claire Anne Magnès, Philippe Leuckx

Namur 2014-2

De gauche à droite : moi-même, Claire Anne Magnès, Gérard Adam, Aurélien Dony, Philippe Leuckx




*


16 août 2014

Un article de Philippe Remy-Wilkin

à propos de mon mélange Intuition :



http://philipperemywilkin.wordpress.com/le-blog-de-phil-rw/a-propos-des-lettres-belges-2/





Sur le blog de Ph. R.-W., 27 août 14 :

Moi : Au célèbre “Indignez-vous !”, l’on pourra désormais ajouter : "Agacez !"… :-)

Philippe R.-W. : "C’est vrai qu’agacer, c’est un beau mot, une belle notion. :-)"

Moi :Racines de "agacer" : "tranchant des dents" (Grand Robert) et "pointe" (Petit Robert).

– Et un extrait de mon recueil
Mes bouteilles à la mer contenaient des tempêtes :

Rhubarbe sans adoucissant
dans sa vérité
décapante et première
Rhubarbe :
"Racine barbare"

Et un sourire  :-)

L’extrait sera mieux compréhensible entier, soit :

C’est un fruit astringent
qu’aujourd’hui je tends
Rhubarbe sans… etc

Et (dans le même recueil) :

le rire guérit (…)
le rire que sous-tend
une pensée prodigue et généreuse :-)




*



Mercredi 19 novembre 2014 à 18 h.

Association des Écrivains belges de Langue française

150, Chaussée de Wavre, 1050 Bruxelles

Présentation de Intuition I et II

par Michel Joiret






*   *   *



2015


Février 2015 : Foire du Livre de Bruxelles


Réponse amicale, mais désespérée, à

actionculturelle@sacd-scam.be :


“ Au secours ” ?

Mais tous les livres crient "au secours" à la veille de la Foire du Livre
où l'injustice, l'injustesse, régnera de nouveau
en maître, ou plus exactement en tyran.

Quelle bouée de RECONNAISSANCE les sauvera ?

Et moi...

:-)


Que celui ou celle qui n'a jamais angoissé
me lance la première pierre




Changer la couleur de mes lunettes ?
Des verres vert–j'espère...
Pourquoi pas ?
Je les chausse donc, et mon regard va d'un pas rassuré
dans les allées de la Foire
qui en devient moins dangereuse
– cfr. le thème de cette année –
!

D'autant plus que cette année a commencé dangereusement avec Charlie

:-(



M. Th., mis en ligne le 23 février 2015
Que celui... :
25 février 15, 01 h. 41
Changer la couleur... :
26 février 15, 19 h.



*



Lundi 16 novembre 2015 à 14 h.

Autoprésentation aux Ateliers littéraires du Roman Pays

8, avenue Jean XXIII, 1330 Rixensart





*   *   *



2016


Reproduction d'un haut fragment de mon tableau de 1989 : Chaos

sur la couverture du N° 5/6, Mai/Juin 2016

de la “ REVUE GÉNÉRALE ”


Revue Générale




*



Et (plusieurs fois mis en ligne ici) mon t
ableau de 1982 :

Regard céleste

Regard céleste

reproduit en 2005 sur mon recueil L'infrangible vision


Infrangible vision



*


Traduction en serbo-croate par Jasna Šamić

de poèmes extraits de mes Encres sympathiques

et reproduction de trois de mes œuvres plastiques y figurant,

dans le N° de Juin 2016 de la revue culturelle de Sarajevo :

 “ ŽIVOT ”


Zivot




*


Janvier 2016, réédition de
Encres sympathiques

Mars 2016, publication de
Intuition Tome IV

Novembre 2016, publication de Intuition Tome V :

Radio Air Libre


Lecture par Guy Stuckens d'un extrait de Intuition V

Mis en ligne dans 'Films-audio' – bas de page

 5ème volume de "Intuition" de Monique Thomassettie, à la fois recueil de textes poétiques et autres, de dessins et peintures et journal de bord, journal tout court, et tranche de vie. Cela se lit du début à la fin, comme le souhaite l'auteure, et pas par bribes et morceaux. Néanmoins, je vous en lirai un extrait dans l'émission du 29/11/2016 , Guy Stuckens



*   *   *


2017


Juin 2017, publication de Intuition Tome VI :

Radio Air Libre

Lecture par Guy Stuckens d'un extrait de Intuition VI

Sera mis en ligne dans 'Films-audio' – bas de page


 Monique Thomassettie a publié récemment le 6ème (et provisoirement dernier) volume de Intuition, à la fois journal, carnet de bord, recueil d'idées, de poésies et d'images (il contient des reproductions de ses dessins et peintures). Une plongée dans une la vie intellectuelle, mais aussi dans les liens culturels et d'amitié de l'auteure, qui affirme, au détour d'une page "J'avais la bosse des lettres. Mais des maths, je n'avais que le creux" !
Je vous lirai un extrait ce mardi (5/9/2017).
 Guy Stuckens

3 sept. 17 : Vu le nombre actuel de pages de mon Tome VII et dernier, je puis déjà dire qu'il paraîtra dans moins d'un an, soit avant septembre 2018.


*


Le 5 juin 2017, un beau compliment sur le blog de Daniel Simon :


 En dix ans, les Editions MEO ont publié une quarantaine de livres de poésie, des poèmes, des textes du registre poétique. Des auteurs de tous les horizons, des livres sans chapelle, des ouvertures plus que des certitudes.

Pendant ces dix années, c'est Monique Thomassettie qui a dirigé cette collection où j'ai le plaisir d'être édité. Dix années de choix, de conseils, de dialogues, de difficiles renoncements. Cette année  a vu en mars la fin de cette collection. Monique Thomassettie qui s'engageait entièrement dans ce pilotage éditorial dans une discrétion remarquable a aujourd'hui jeté le gant.

Les émotions, les fatigues, les tensions peut-être devant chaque nouveau manuscrit qu'il va falloir accueillir ou refuser, tous ces moments de la vie d'une directrice de collection auprès de son époux écrivain et éditeur Gérard Adam l'ont convaincue que c'était bien comme ça.

Nous sommes nombreux à connaître les difficultés de ces choix, de ces actes de l'ombre éditoriale pour ne pas saluer la constance, pendant ces dix années, d'une femme entièrement vouée à sa passion et à son art, l'écriture. Jamais elle n'a influencé un auteur, réduit sa voilure, empêché son odyssée intime.

Les livres continuent à vivre, les textes demeurent, même dans un monde qui préfère décidément l'aboiement à la parole articulée.

Pour ce travail offert aux auteurs et aux lecteurs, cet engagement, cette constance, ce talent, Merci Monique Thomassettie, bravo Monique. 

 
 juin 2017
http://je-suis-un-lieu-commun-journal-de-daniel-simon.com/2017/06/dix-annees-de-poesie-chez-meo-editions-avec-monique-thomassettie.html



*





Échelle
Retour au sommet de la page