Blason cercle

Le cercle : son blason, ses membres

 

Les armes du cercle se lisent : "Parti. Au I, d'or à trois chevrons de sable (qui est comte de Hainaut ancien) ; au II, de gueules au pal d'argent (qui sont les couleurs de Mons) ; en coeur, un écusson d'argent chargé de onze tourteaux de sable en rond, brochant sur le tout" (symbolisant les membres fondateurs du cercle).

********************

Nous étions onze à l'origine mais malheureusement la mort a éclairci nos rangs. Jean Lenfant parmi nous au départ, dont la voix de stentor ébranlait les vitres de notre local et dont les avis étaient toujours fort écoutés, nous a quitté frappé par la maladie.

Notre ami André Dopchie nous a quitté brutalement le 13 juin 2008. Ses interventions documentées, il les faisait discrètement. Il était poète et aimait travailler seul. Nous n’oublierons pas ses poignées de mains chaleureuses. R

Notre amie Luce Schleiper, membre fidèle, qui, avec beaucoup de courage et de ténacité, est restée avec nous jusqu'au bout, s'est éteinte ce 11 août 2011. Son effacement était à l'opposé de son érudition. Elle restera toujours parmi nous. R

Membre fondateur et première trésorière de notre cercle, Nelly Boutriaux, nous a quitté paisiblement ce 14 juillet 2012. Sa personnalité affirmée, mais oh ! combien attachante, restera dans notre souvenir.

Nous comptons 13 membres au 2 janvier 2016 : Annie Bohée R, Jacques Boudart, Yolande Cailleaux, Gérard Dellisse R, Louise Delorme, Yvette Degueldre R, Jean-Robert Genart, Jacqueline Huet, Claire Lebrun, Joseph Panza, Nadine Persenaire R, Pauline Tierce R, Jeannine Yperman
-Boudart.

Sonnet héraldique

"D'une bataille est né le trésor héraldique
Qui, par blason, exprime un message en couleur
Du lionceau de sable au coq gaulois râleur,
Dans sa partition, tout paraît méthodique.

Non, il ne s'agit pas d'activité ludique
C'est un champ fait d'émaux, tous remplis de valeur,
Des tons de gueules vifs, apportant la chaleur,
Avec, pour chaque emblème un motif véridique.

Des Francs, déjà nous vient le doux bleu de l'iris
On vit sous Childéric l'illustre fleur de lis
Pour la première fois symboliser la France.

Jadis, c'était l'angon affûté comme un dard
Dont le renom se fit du Nord jusqu'en Provence
L'or lilial tranchant sur l'azur, du grand art !"

André DOPCHIE (ADO) - 2007

Retour page d'accueil