SARS-LA-BRUYERE
Notre cercle a visité, le 15 octobre 2013, l'église Saint Jean-Baptiste de Sars-la-Bruyère qui renferme, dans son choeur, une dalle ainsi qu'un tombeau armoriés.

Nous remercions Monsieur Christophe Blondiau, historien et guide local, qui nous a permis l'accès à l'église et qui nous a raconté l'histoire des seigneurs de Sars ainsi que celle de ce beau village.

Le village tire son nom du bas latin Sartum, qui signifie endroit défriché ou essarté. Le nom de Sars est déjà mentionnée dans une bulle de 1185 du pape Lucio III, confirmant les possessions du Chapitre de Sainte-Waudru.

Sars-la-Bruyère est situé entre Bavay et Mons sur le tracé de l'ancienne voie romaine Bavay – Utrecht. De nombreuses traces de constructions gallo-romaines ont été mises au jour ainsi que des vestiges francs. Le sol est argileux. On y trouve également une terre plastique rougeâtre appelée "bolus" et qui fut exploitée par le Chanoine Puissant (1915) pour la réalisation de céramiques.

Au 18e siècle, le village s'appellait Sars-Notre-Dame. Il fut érigé en commune et baptisé Sars-La-Bruyère sous le régime français. "La Bruyère" était le nom d'une ferme qui d'ailleurs existe toujours. La Bataille de Malplaquet, au cours de la guerre de succession d'Espagne, eut lieu le 11 septembre 1709 et s'est déroulée en partie sur le territoire de Sars-La-Bruyère au lieu-dit "La Noire Bouteille". Les forces alliées anglaises, autrichiennes et hollandaises commandées par le général John Churchill, duc de Malborough, et le prince Eugène de Savoie affontèrent les français commandés par le maréchal de Villars. Les importantes pertes des alliés les empêchèrent d'envahir la France. La guerre pris fin par la victoire des français à Denain et la négociation du traité d'Utrecht. Depuis la fusion des communes en 1977, Sars-la-Bruyère fait partie de l'entité de Frameries.

Sars-la-Bruyère est un fief concédé au 13e siècle par le comte de Hainaut au chanoine de Cambrai, Udbald.

Sars fut, très tôt, la proie des congrégations se disputant l'influence spirituelle. Le "Bois du Temple " rappelle qu'une partie du village dépendait de la Commanderie de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem, dite du Piéton. Les possessions de cet ordre sur Sars s'étendaient à la seigneurie du Fliegmet. Les Chevaliers de Saint Jean, devenus les Chevaliers de Rhodes plus connus sous le nom des Chevaliers de l'Ordre de Malte, remplacèrent les Templiers en 1312. Ils possédaient alors les terres du Temple et de Fleignies et la commanderie ainsi créée prit le nom de "Fliémet". L'église était la propriété de l'Ordre, le commandeur du Piéton était collateur* de la cure. Jean, André, Hercule de Rosset, duc de Fleury, pair de France, est promu commandeur le 9 juin 1743 des possessions de Piéton, Saint-Symphorien, Frameries, Genly, Noirchain, Sars. En 1767, il fit poser un pilori surmonté d'une bannière à ses armes et à celle de l'Ordre, pour montrer ses droits tant sur les bois de Sars que sur la ferme du Temple. La haute justice appartenait à la commanderie du Piéton de même que dans la seigneurie du Fliémet.

Jean, André, Hercule de Rosset, duc de Fleury



Lecture :

"Ecartelé, au I d'argent au bouquet de trois roses de gueules boutonnées d'or, tigée et feuillée de sinople (qui est Rosset) ; au II, de gueules au lion d'or (qui est Lasset) ; au III, contre-écartelé d'argent et de sable (qui est Vissec de la Tude) ; au IV, d'azur à trois rocs d'échiquier d'or (qui est Rocozel) ; sur le tout, un écusson d'azur à trois roses d'or (qui est Fleury) ; au chef de gueules à la croix d'argent (qui est commandeur de l'ordre de Malte)"

 

 

 


Ce village formait une seigneurie importante qui appartint successivement aux familles de Sars, de Baraf, d'Harchies, de Bournonville et d'Ursel. Cette seigneurie fut érigée en marquisat le 1er septembre 1689 en faveur de Wolfgang de Bournonville. Le château de Sars, dont l'origine remonte au 12e siècle, a appartenu à ces familles avant d'être vendu. Il ne reste aujourd'hui que le donjon du 13e siècle classé depuis 1972. Il existe à Sars un autre château connu sous le nom de Château de la Haye, propriété des de la Roche et actuellement de la famille du comte d'Hendecourt.

*Le collateur ou patron était le voué, le protecteur de la paroisse : il avait le devoir de la défendre, de veiller à la conservation de ses terres et de ses revenus, de pourvoir à son entretien, en cas de détresse. En retour, il possédait des avantages : non seulement il présentait le candidat à la cure vacante, mais encore il percevait les deux tiers et quelques fois la totalité de la dîme. Il avait le droit de préséance à l’église et on lui payait le droit de sauvegarde. Les candidats collateurs étaient examinés par l’archidiacre, agréés par l’évêque, et installés par le doyen.

Chronologie des seigneurs de Sars

La famille de Sars est de haute antiquité. Sa noblesse date des premiers temps de la féodalité.
Elle prit part aux croisades.

En 1214, Gilles, seigneur de Sars, est fait prisonnier à la bataille de Bouvines.

Lecture : "d'or à la bande de gueules chargée de trois lionceaux d'argent posés à plomb"

En 1296, la famille de Sars est éteinte.

Gilles de Baraf fit l'acquisition de la seigneurie et épousa Jeanne de la Haye. Il porta le titre de seigneur de Sars ainsi que le blason comme en atteste le document établi en 1692 à la demande d'un descendant, Jean-Alexandre de SARS.

"Gillion ou Gilles de Baraf, chevalier, si est-il pourtant, qu'ayant icelui seigneur acheté et acquis la terre et seigneurie de SARS, de son héritière immédiate, à charge d'en porter les nom et armes, ainsi que ses successeurs les ont portés et les portent depuis lors jusqu'à présent avec beaucoup d'honneur, de gloire et de réputation, par la production de tant d'illustres personnages, comme ladite descente le contient; et comme il est juste et raisonnable de donner témoignage de la vérité à la réquisition de ceux qui la requièrent, nous avons, à celle de monsieur Jean-Alexandre DE SARS (1666-1743), écuyer, seigneur de Sars, chef du nom et des armes de la susdite maison, donné ce présent sous notre signature et le sceau dont nous sommes accoutumé d'user ès dépêches de notre office, pour lui servir et valoir où il conviendra. Fait à Bruxelles le 18 août 1692."
Laurent le Blond de Valenciennes, généalogiste (†1654), s'est occupé de cette famille. Son ouvrage a servi de guide aux généalogistes qui sont venus après lui.

Gilles (BARAF) de SARS

Lecture : "d'or à la bande de gueules chargée de trois lionceaux du champ, posés à plomb"


Jeanne de la HAYE

Lecture : "D'argent à trois losanges et deux demie de gueules, accolées en bande"

Son fils, Wuillaume de Baraf, seigneur de Sars et du Mesnil, fut fait chevalier par l'empereur Albert à Aix-la-Chapelle. Grand bailli de Hainaut en 1360, il décède le 23 août 1361. Il était l'époux de Marie du Sart.

Marie du SART

Lecture : "D'azur à trois lionceaux d'argent armés, lampassées et couronnés d'or"

Guillaume dit de Sars Baraf de la Haye, seigneur de Sars et du Maisnil (Vieux Mesnil). Il épouse en 1364 Berthe d'Amstel d'Isselstein décédée à Mons en 1370.

Berthe d'AMSTEL d'ISSELSTEIN


Lecture : "D'or à la fasce de sable au sautoir échiqueté d'argent et de gueules de deux tires, brochant sur le tout"

Le 14 mai 1391 décède Guillaume de Sars et du Maisnil. Il était l'époux d'Agnès d'Anvaing (†1426).

Agnès d'ANVAING

 

 

Lecture : "D'or à la hamaide de gueules"

Chez certains auteurs, on retrouve également "D'or à 3 hamaides de gueules".

La hamaide (barrière) est représentée pour certains par trois trapèzes, pour d'autres les trois trapèzes représentent une hamaide.

Réf.
Nouvelle méthode raisonnée du blason
par le R.P. Menestrier
Indice armorial ou sommaire explication des mots usités au blason des armoiries par Louvan Geliot, J. Daret, Pierre Billaine- Paris 1635
Précis d'héraldique par Théodore Veyrin-Forrer - Larousse, 2004

 

 

En 1417, Gérard de Sars († 1427) seigneur de Sars et du Maisnil, épouse Marie de Beaufort. Leur fils aîné, Anselme de Sars, fut nommé abbé de Liessies en 1461 à la faveur de Philippe de Bourgogne. Leur fils Michel hérite de la seigneurie.

Marie de BEAUFORT

Lecture : "D'azur à trois jumelles d'or"

Michel, seigneur de Sars et de Clerfayt, prévôt de Maubeuge, assiste aux Etats Nobles du Hainaut au traité de paix, conclu à Bruges le 16 mai 1488, entre Maximilien et les états de Flandre. Il avait épousé Marguerite de Vertaing dit de Bousies. Mort sans postérité, la seigneurie passa à son frère Jacques.

Marguerite de BOUSIES

Lecture : "D'azur à la croix d'argent"

Jacques de Sars, seigneur du Mesnil et du Saulchoix, puis, après la mort de son frère, du Sars et de Clerfayt (†1455). Prévôt de Mons de 1428 à 1438. Epoux de Marie de Beaumont.
Le 20 novembre 1418, il assiste à Mons, ainsi que Pierre de Haynin, aux obsèques solennelles, célébrées à Sainte-Waudru, de Guillaume IV.

Marie de BEAUMONT

Lecture : "Parti. au I, de gueules à deux bars adossés d'argent; au II, de gueules à trois lionceaux d'argent armés, lamapssés et couronnés d'or"

Michel, Chevalier, Seigneur de Sars, Saulchoit et Mesnil, marié à Antoinette de Lalaing, veuve de Philippe de Habarcq, gouverneur d'Arras, et fille de Josse de Lalaing.

Antoinette de LALAING

Lecture : "De gueules à dix losanges d'argent, accolées, aboutées et posées 3, 3, 3, 1"

En 1472, Anne de Rasse de Sars, fille héritière de Michel de Sars, épouse Gérard Mouton de Harchies, chevalier, seigneur de Bellignies et de Wadempréau, gouverneur de Beaumont.
A sa mort en 1499, elle laissa la seigneurie à son mari.

Gérard MOUTON de HARCHIES


Lecture : "Ecartelé. Aux I et II, d'or à cinq cotices de gueules au canton du même (Harchies) ; aux II et III, échiqueté de gueules et d'or de 4 tires et 4 points (du Quesnoy)"

Louis Mouton de Harchies, mort en 1555, fils de Gérard, épouse en premières noces (Catherine) Marguerite de Corosty et en deuxièmes noces, Antoinette Bercus

Marguerite de COROSTY





Lecture : " D'azur à trois fers de moulin d'argent"

 

 

Antoinette BERCUS

Lecture : "D'or à trois trèfles de sinople"

Charles Mouton de Harchies, fils de Louis et Antoinette Bercus, est l'époux de Charlotte de Haynin (fille de François et de Marie d'Estable de Stable), dame d'Ambroipret (†1570).
Le 23 mai 1565, Charles se déshérita de sa terre de Sars au profit de son épouse. La seigneurie de Sars se composait alors d'une tour avec maison seigneuriale, forteresse, colombier, avec droits de haute, moyenne et basse justice sur ce territoire.

Charlotte de HAYNIN

Lecture : "D'or à la croix engrêlée de gueules"

Charles II de Harchies, seigneur de Sars, Fleignies et Bachicourt, mort en 1638, épouse en premières noces Marie de Longueval (1530-1587), fille de Louis, seigneur de Thénelles, vicomte de Regny. Ils occupent le château de Sars.

Marie de LONGUEVAL

Lecture : " Bandé de vair et de gueules"

Epoux en secondes noces de Anne du Chasteler dite de Moulbaix (fille de Gabriel et de Isabeau de Berlaymont). Décédée en 1671. De ce mariage naquit Marie-Bonne Mouton de Harchies.

Anne du CHASTELER de MOULBAIX

Lecture : "D'argent à la bande de gueules accompagnée en chef d'un lion passant de sable armé, lampassé et couronné d'or"

Marie-Bonne, après la mort de son frère Charles-Louis, hérita de la terre de Sars. Le 18 juillet 1659, elle épouse Wolfgang-Guillaume de Bournonville, vicomte de Berlaimont, chevalier de la Toison d'or, gouverneur de Valenciennes puis seigneur de Sars par son mariage. Mort à Sars le 22 septembre 1684 et enterré dans l'église où on peut voir son tombeau.

Wolfgang-Guillaume de BOURNONVILLE

 

Lecture : "De sable au lion d'argent armé, lamapssé et couronné d'or"

Leur fils, Jean-François Benjamin de Bournonville (°1637-†1718), marquis de Bournonville et Risbourg, baron de Capres. Epoux en premières noces de Dona Maria Perapertusa (†1660) et, en secondes noces, de Marie-Ferdinande de Sainte-Aldegonde (†1698).

Dona Maria PERAPERTUSA

Lecture : "D'or au chef du même chargé de trois losanges de sable rangées en fasce"

Marie-Ferdinande de
SAINTE-ALDEGONDE

 

Lecture : "D'hermine à la croix de gueules chargée de cinq roses d'or"

Wolfgang de Bournonville (†1754), baron de Capres, capitaine de cavalerie, était le fils de Jean-François Benjamin, marquis de Bournonville, et de Marie-Ferdinande de Ste-Aldegonde. Ce fut en sa faveur que la terre de Sars fut érigée en marquisat par lettre du roi Charles II du 1er septembre 1689. Le marquis fut fait gouverneur de Termonde en 1725, général des bataille des armées de l'empereur et, en 1728, stadhouder du duché de Limbourg et pays d'Oultre-Meuse. Il avait épousé en premières noces Catherine, Marie-Madeleine, comtesse de Haudion (†1708) et, en secondes noces, Angélique Honorine Florence de Schets dit d'Ursel (†1727).

Catherine de HAUDION

Lecture : "D'argent à dix losanges d'azur accolées, aboutées et posées 3, 3, 3, 1"

Angélique d'URSEL

Lecture : "De gueules au chef d'argent chargé de trois merlettes du champ rangées en fasce"

Le château resta la propriété des d'Ursel jusqu'à la Révolution française en 1792.

 

Dalle armoriée dans le choeur de l'église

 

Charles MOUTON de HARCHIES et Anne du CHASTELER

 

 

Photos Cercle Heraldus

Lecture : "Ecartelé. Aux I et II, d'or à cinq cotices de gueules au canton du même (Harchies) ; aux II et III, échiqueté de gueules et d'or de 4 tires et 4 points (du Quesnoy)"

Charles MOUTON de HARCHIES

Anne du CHASTELER

Lecture : "D'argent à la bande de gueules accompagnée en chef d'un lion passant de sable armé, lampassé et couronné d'or"
Lecture : "Ecartelé. Aux I et II, d'or à cinq cotices de gueules au canton du même (Harchies) ; aux II et III, échiqueté de gueules et d'or de 4 tires et 4 points (du Quesnoy)"




 


Lecture : "D'argent à la bande de gueules accompagnée en chef d'un lion passant de sable armé, lampassé et couronné d'or"

Charles MOUTON de HARCHIES
(père)

Gabriel du CHASTELER
(père)
Lecture : "D'or à trois trèfles de sinople"

 

 



Lecture : "Ecartelé. Aux I et II, d'or à cinq cotices de gueules au canton du même (Harchies) ; aux II et III, échiqueté de gueules et d'or de 4 tires et 4 points (du Quesnoy)"
Antoinette de BERCUS
(grand-mère paternelle)

Gilette MOUTON de HARCHIES
(grand-mère paternelle)
Lecture : "D'or à la croix engrêlée de gueules"

Lecture : "Fascé de vair et de gueules"
Charlotte de HAYNIN
(mère)

Isabeau de BERLAYMONT
(mère)
Lecture : "De gueules à six coquilles d'argent posées 3, 2, 1"

Lecture : "De gueules à trois étriers d'argent,à la courroie d'or"
Marie d'ESTABLE de STABLE
(grand-mère maternelle)

Catherine de HOSDEN
(grand-mère maternelle)

 

Tombeau de

Wolfgang-Guillaume de BOURNONVILLE
et
Marie-Bonne MOUTON de HARCHIES

 

 


Photo Cercle Heraldus

 

Lecture : "De sable au lion d'argent armé, lamapssé et couronné d'or"

 

 



Wolfgang-Guillaume de
BOURNONVILLE

 

Marie-Bonne MOUTON de
HARCHIES

 

Lecture : Ecartelé. Aux I et II, d'or à cinq cotices de gueules au canton du même (Harchies) ; aux II et III, échiqueté de gueules et d'or de 4 tires et 4 points (du Quesnoy)"

 

 

 

Lecture : "De sable au lion d'argent armé, lamapssé et couronné d'or"

Lecture : "Ecartelé. Aux I et II, d'or à cinq cotices de gueules au canton du même (Harchies) ; aux II et III, échiqueté de gueules et d'or de 4 tires et 4 points (du Quesnoy)"

 

 

Alexandre de BOURNONVILLE
(père)
Charles MOUTON de HARCHIES
(père)

 

 

Lecture : "Écartelé : aux 1 et 4 parti d'Egmond et d'Arkel ; au 2 et 3, parti de Gueldre et de Juliers. Sur le tout, écartelé de Luxembourg et des Baux*".

 

* Les Baux portent normalement un étoile à 16 rais.

Lecture : "D'or à la croix engrêlée de gueules"
Marie-Christine d'EGMONT
(grand-mère paternelle)
Charlotte de HAYNIN
(grand-mère paternelle)
Lecture : "D'azur à sept besants d'or posés 3, 3, 1 au chef du même"

 

Lecture : "D'argent à la bande de gueules accompagnée en chef d'un lion passant de sable armé, lampassé et couronné d'or"

 

 

Anne de MELUN
(mère)
Anne du CHASTELER
(mère)

 

 

Lecture : "D'or à la croix de gueules au croissant d'argent, cantonée de 16 alérions*d'azur"

 

 

* On rencontre aussi "aiglettes"

 

Lecture : "Fascé de vair et de gueules"

 

 

Hypolite de MONTMORENCY
(grand-mère maternelle)
Isabeau de BERLAIMONT
(grand-mère maternelle)

Créé en 2013

Références :
"Notes et recueil de généalogies" par Casimir de Sars de Salmon
"Site de Sars-la-Bruyère" par Félix Goethaels, Miroir, t.11
"Notice sur le village de Sars-la-Bruyère" par Th. Bernier, ACAM t.8 (1869)
"Relation de ce qui s'est passé à la bataille donnée le 11 septembre 1709 auprès de Mons" par M. Devillers, 8pp. in -4°
Armorial de Jean-Baptiste Rietstap
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Malplaquet
http://www.frameries.be/Loisirs/histoire/le-grand-frameries/sars-la-bruyere
http://www.sars-la-bruyere-village.be/lesorigines.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Collateur
http://gw.geneanet.org/claudie23?lang=fr;iz=26;p=wuillaume;n=sars

Retour page d'accueil