Une journée au "Pays noir"

Après un hiver très long et très froid où nous sommes demeurés confinés dans notre local, au demeurant fort confortable, nous avons profité des premiers rayons de soleil pour nous mettre au vert ... au "Pays noir".

Le mardi 3 mai 2011, nous mettons le cap sur le château et le parc de Monceau-sur-Sambre. A notre arrivée, un soleil radieux nous attend. Nous sommes accueillis par la guide nature, Paola Bellan, qui nous conduit au travers de l'Arboretum, magnifique parc de 67 hectares. Nous n'en visitons qu'une petite partie au cours d'une promenade d'1 h 30 balisée d'arbres remarquables dont le plus ancien, un chêne pédonculé, a été probablement témoin du passage de Louis XIV, passé au château lors du siège de Charleroi.

Notre promenade nous ramène devant le château où nous attend notre guide qui nous conte l'histoire de Monceau-sur-Sambre des origines à nos jours. Les Romains nomment le lieu "Monticellus" desservi par deux rivières, la Sambre et l'Ernelle actuelles. Au 7ème siècle, les lieux dépendent de l'abbaye de Lobbes. Une forteresse et un château sont ensuite érigés et occupés par de petits seigneurs jusqu'au 14ème siècle, époque où le domaine est propriété de la famille de Trazegnies, Jean 1er et Jeanne de Heppignies de Marbais. Leur fils Othon VI hérite du domaine. Sa petite-fille Anne, unique héritière, porte le château et les terres de Monceau dans la famille des Hamal par son mariage avec Arnould.

En 1651, le château passe dans la famille des Gavre suite aux décès de Arnould de Hamal et de Jeanne de Gavre sans descendance et après jugement par la Haute Cour de justice du Prince Evêque de Liège. En 1766, François-Joseph, Prince de Gavre, ajoute une aile supplémentaire au château et lui donne son aspect définitif. Charles-Alexandre François de Gavre (°1759-†1832) perd son épouse, Marie-Thècle d'Egger en 1817 et son fils, François, bourgmestre de Monceau, en 1826. Il meurt à La Haye en 1832, léguant ses biens à sa belle-soeur, Marie-Aloïse d'Egger, épouse de d'Emmanuel-François de Neubourg. Elle termine sa vie au château de Monceau en 1864.

 

 

Blason des Gavre

C'est un neveu qui recueille son héritage. Autrichien, il vend le château et les archives familiales, en 1866, au baron Jules-Jean Houtart, maître-verrier, qui devient le châtelain de Monceau. En 1938, pour sortir d'indivision, ses héritiers vendent le domaine à la commune de Monceau-sur-Sambre. Lors des fusions de communes en 1977, celui-ci devient propriété de la ville de Charleroi. Le château est classé en 1989 et sert de lieu de réception pour les hôtes de marque reçus à Charleroi.

              

Notre visite se termine vers 12 h 30, juste le temps de gagner le restaurant "Le Monteco" (à recommander !), à proximité du parc, pour un repas savoureux et décontracté où les commentaires et les anecdotes vont bon train.

Nous terminons notre tasse de café et nous prenons la route pour Châtelineau, plus précisément pour l'église Saint Barthélemy où nous attend Monsieur Claude Vael, Président de la Fabrique d'église et Président de la Société Royale d'Histoire, d'Archéologie et de Paléontologie de Charleroi. Cette église renferme un très beau mausolée, trop peu connu, sépulture des époux Charles-Philippe de Mérode et Jeanne de Montmorency.

Mausolée de Charles-Philippe de Mérode et de Jeanne de Montmorency
Quartiers de noblesse de Charles-Philippe de Mérode
Quartiers de noblesse de Jeanne de Montmorency

 

 

Références
- Office du Tourisme de Charleroi
- http://www.chateaudemonceau.be/
- http://www.parcs-jardins.be/monceau/index.html
- http://users.skynet.be/bk342309/catalogue/chateau_monceau.html
- http://paysdecharleroi2.canalblog.com/archives/2007/07/07/5548117.html
- http://www.charleroi-decouverte.be/index.php?id=114
- http://www.visithainaut.be/informations/attractions_touristiques_monceau_sur_sambre__arboretum_de_monceau_sur_sambre/fr/V/30514.html


Retour "Au fil de nos balades"
Retour page d'accueil