Une visite du cercle « Heraldus » à l’exposition consacrée à Marie de Hongrie à Binche

Une visite du Cercle  Heraldus à l’exposition consacrée à Marie de Hongrie à Binche (2006)

J’espère que tous les amateurs d’histoire, et en particulier celle de notre Hainaut, auront visités cette remarquable exposition consacrée à un personnage emblématique d’une des périodes les plus fastueuses de notre histoire.

Le patronage d’historiens reconnus et les prêts d’institutions renommées assuraient à cette manifestation un caractère scientifique indéniable.

Tout en admirant ce déploiement de moyens, nos membres sont restés interloqués par deux choses :

le splendide dessin de Dürer commandé par Maximilien de Habsbourg représente l’histoire de sa famille et, par le fait même, fait figurer les blasons de toutes ses possessions mais pas celui du comté de Hainaut. Nous avons questionné Madame Kerkhoff , qui nous a répondu avec humour : «  Plaignez-vous à Maximilien ».

Il nous reste peut-être à regarder de plus près ce dessin pour éventuellement dénicher ce blason aux quatre lions ?

 

 

L’affiche annonçant l’exposition n’a pas manqué d’attirer l’attention des membres de notre groupe.

A gauche, au pied de Marie de Hongrie, figure un blason dans un écu en forme de losange.
A peu de chose près comme ci contre. Si nous en faisons la lecture héraldique cela donne:            
" P
arti. Au I, de gueules à la fasce d’argent ( Autriche -Habsbourg); au II, contre-parti.

Au 1, fascé de gueules et d’argent de 8 pièces ( Hongrie ancienne); au 2, de gueules à la croix patriarcale pattée d’argent issante d’une couronne de sable, plantée au sommet d’un mont à trois coupeaux de sinople  ( Hongrie moderne) ".

 

Si l’on applique les règles héraldiques habituelles, il s’agit du blason d’une dame hongroise ayant comme époux un Habsbourg.   Par exemple la sœur de Louis II de Hongrie ayant épousé Ferdinand, frère de Charles Quint et de Marie !

Toujours si l’on applique les règles habituelles en aucun cas ce blason ne peut être celui de Marie. Il devrait se présenter en permutant les deux parties du blason. De la façon suivante en le disposant dans un losange puisqu’il s’agit d’une femme.

 

 

 

Lors de mariage croisé, un frère et une sœur d’une famille épousant une sœur et un frère d’une autre famille, les blasons des femmes comportent les mêmes éléments mais disposés différemment. Les armes de l’époux se trouvant toujours à gauche de l’écu (les héraldistes disent à dextre) et celles de l’épouse  toujours à droite (senestre pour les héraldistes).  On ne peut pas imaginer que ce soit une vue par transparence, car dans ce cas les deux parties du blason de la Hongrie seraient inversés !


Ces mariages croisés ne sont pas rares dans l’histoire. Un siècle plus tôt, le Hainaut et la Bourgogne avaient procédé à une telle union. Marguerite de Bourgogne était devenue comtesse de Hainaut en épousant Guillaume (elle est enterrée au Quesnoy) et Marguerite de Hainaut-Bavière était devenue duchesse de Bourgogne en épousant Jean sans Peur. (elle est enterrée au côté de son époux à Dijon). Les blasons des deux femmes comportent donc aussi les mêmes éléments mais disposés différemment.

En conclusion, nous ne savons pas pourquoi la règle héraldique n’a pas été respectée ici.
Il n’échappera pas à tout Binchois observateur que le blason de l’affiche est identique à celui figurant sur la façade de l’hôtel de ville.


Si un lecteur avait une information sur le sujet, nous lui serions reconnaissant d’éclairer notre lanterne.

 


Retour Au fil de nos balades

Retour au sommaire
Retour page d'accueil