Antoingbar

LA BARONNIE D’ANTOING

 1.       Situation géographique de la seigneurie

Ville
 située sur l’Escaut  à 6 km de Tournai , à l’ancien lieu-dit « rupture de charge » ou « trou d’Antoing  » à 30 km de Lille  et à 45 km de Mons .

2.         Etymologie – Toponymie du lieu

Antoing  est citée en 868 dans un texte de l’abbaye de Lobbes , sous la mention « Antonium » qui signifie « ville d’Antonius ».  L'imposant tombeau romain au lieu dit "trou Billemont" est sans doute celui de dignitaires romains qui supervisèrent le commerce de la pierre au Ier et IIème siècles.

3.         Armes des premiers seigneurs

De gueules à un lion d’argent 

4.                  Cri d’arme :   Bury

5.         Généalogie succincte des seigneurs de la localité

Antoing  est comprise dans la part du roi Charles le Chauve lors du partage du royaume de Lothaire en 870. Elle fait partie de l’ancien Burbant  et dépend de la seigneurie de Leuze , et du comté de Flandre  et enfin, du comté de Hainaut . A l’origine, un couvent de religieuses, dépendance de l’abbaye de Lobbes , se trouve à Antoing. Vers 959, lorsque Saint-Brunon (Boniface) convertit un grand nombre de couvents en chapitres, les chanoines remplacent les religieuses d’Antoing. Le seigneur d’Antoing est avoué du chapitre et le château englobe l’église collégiale. D'un point de vue stratégique et pécuniaire, la localité d’Antoing est d’une importance capitale à cause de l’ancien lieu-dit « Le trou d’Antoing », c’est-à-dire une chute d’eau de l'Escaut d’un mètre de hauteur qui nécessite la décharge des marchandises et le paiement d’un droit de passage. A la fin du Xe siècle, le comte de Flandre s’empare de la rive droite de l’Escaut et y place une garnison. Les capitaines d’armes qui commandent la garnison deviennent rapidement de riches seigneurs d’Antoing. Il existe une généalogie assez précise en ce qui concerne les premiers seigneurs du nom, notamment, celle établie par M. Carpentier – Histoire de Cambrai  et Cambrésis  – Leide 1664 – qui est confirmée par d’autres sources, à l’exception de certains prénoms qui différent d’un auteur à l’autre. Lorsqu’il existe une divergence, nous indiquerons les divers prénoms mentionnés.

On cite un Armoricus, seigneur d’Antoing
, vers la fin du XIe siècle.

Zefer ou Sohier ou Soyer d’Antoing
 vers 1082.

En 1096, un frère de Zefer, le chevalier Gilbert ou Ailbert d’Antoing
 figure à la première croisade et meurt en 1122. Zefer a comme héritier Goscelin 1er.

Goscelin 1er
est cité comme seigneur du lieu.  Il vivait en 1118.  Il eut plusieurs enfants, dont Walter. 

Walter ou Gautier d’Antoing
 épouse Pétronille d’Espinoy .  Dont sont issus :

Alard 1er ou Hugues 1er
qui épouse Cécile de Namur  ou, pour certains auteurs, Flandrinne de Namur, fille de Godfroid, comte de Namur, et Sibille de Porceau . Ils eurent comme enfants :
- Gérard, abbé de Clair-Marais
- Watier, écolâtre de Cambrai

- Elisabeth épouse de Thierry II de Ligne
 vers 1150
- Nicolas encore en vie en 1155
- Alix épouse de Gilles de Saint-Gossuin d’Avesnes
 (sans descendance)
- Clémence dont l’époux est Matthieu de Walincourt

- Gossuin ou Gosselin II qui vivait en 1160, décédé avant 1193
- Hugues II dit le Pauvre Chevalier


Hugues II
(ou 1er selon certains auteurs)
Il succède à son frère Goscelin II à la seigneurie d’Antoing
. Hugues est l’époux de Ancilie de Wavrin , sœur de Robert 1er de Wavrin, sénéchal de Flandre . Il épouse en secondes noces Agnès de Rumigny , fille de Gossuin et Béatrice de Recampuy  ou, pour d’autres auteurs, fille de Hugues, seigneur de Rumigny, et d’Alix de Hainaut , fille de Baudouin II, comte de Hainaut (vers 1188). Ils eurent comme descendants :
- Jean, évêque de Cambrai
 de 1192 à 1197
- Alard II qui suit
- Gossuin dit d’Epinoy
, mort lors d’une bataille en Grèce
- Gossuin ou Hugues selon certaines sources


Alard II d’Antoing
.
Il épouse, vers 1203, Ida de Douai
, dame d’Escarpel  et de Guichi-le-Prévost , fille du prévôt de Douai et de Ida de Saint-Omer .  Allard II est cité dans des chartes de 1199 et 1219.  Il décède avant 1222.

Son frère cadet, Goscelin ou Hugues est nommé chevalier en 1214, capitaine du château d’Antoing
 en 1233.  Il devient le maître des lieux à la mort de ses frères, ce qui le fait basculer dans le camp du comté de Hainaut . Avoué du chapitre d’Antoing et des biens de l’abbaye de Saint-Amand , spoliateur des biens de l’abbaye de Liessies  (dans les environs de Frasnes), avoué des biens de Saint-Martin  à Tournai , maître du péage sur l’Escaut , bailli d’Antoing en 1235, bourgmestre en 1241 : il devient un personnage considérable et s’intitule seigneur d’Antoing. Le chapitre est obligé, en 1225, de reconnaître ce titre et le seigneur tente d’expulser les chanoines en les confinant dans l’enceinte castrale. En 1230, Hues ou Hugues, chevalier, seigneur d’Epinois  et d’Antoing, vend son alleu de Hirchonwez  à l’abbaye de Marquette , près de Lille .

Remarque : Il existe une certaine confusion entre les auteurs en ce qui concerne Alard II et son frère cadet Goscelin alias Hugues. Il est probable que ce dernier ait profité de la mort de ses frères pour accaparer la seigneurie d’Antoing  au détriment des enfants d’Alard mais, par après, tout semble s’être normalisé. Les enfants d’Alard II et Ida de Douai  sont cités dans cet ordre :
- 
Hugues III

- Marie qui est l’épouse de Philippe de Prouvy 

- Marguerite ou Agnès épouse de Guillaume de Gramines, Grandmès   ou Grandmetz.  Celui-ci épouse en secondes noces Marie de Cisoing  dont il eut cinq fils et deux filles.

Un auteur écrit que Marie et Agnès sont les héritières de Hugues III et non seulement ses sœurs.

Hugues III d’Antoing  époux en premières noces de Philippine de Hornes , fille héritière de Michel de Hornes, connétable de Flandre , de laquelle il eut trois fils et deux filles :
- Michel d’Antoing
, seigneur de Hornes
- Hugues IV, sire d’Antoing
, qui suit
- Jean qui est l’époux de Béatrice, fille de Robert de Vierve

- Béatrice, femme de Jean de Rumes

- Alix qui épouse Guillaume de Marbaix

Sont nés d'un second lit :
- Alard d’Antoing
, sire de Briffoeuil , fief acheté par son père Hugues III, épouse Marie de Thorout , fille de Guautier ou Gauthier ou Guillaume, châtelain de Noyon  et de  Honnencourt. Alard est témoin, en 1248, de la rédaction d’une charte signée par Jean, sire d’Audenaerde , qui reconnaît tenir en fief du comte de Flandre  : Acren , Russignies  et Amougies .
- Wautier d’Antoing
 scelle cette charte du 30 janvier 1285 dans laquelle Jean d’Avesnes , comte de Hainaut , petit-fils de la comtesse Marguerite de Constantinople  approuve la cession qui a été faite par Jean de Châtillon , comte de Blois  et seigneur d’Avesnes à Guy de Châtillon, comte de Saint-Pol , des terres de Leuze  et d’Escanaffe .
-
Watier ou Gauthier ou Wautier, seigneur de Bellonne  époux de N.  d’Estrée . Gauthier tient sa seigneurie de Bellonne en fief de Guy, comte de Flandre  en 1282. Bellonne se trouve au sud de Douai .
- Marie qui épouse Jean de Barbançon
 et qui décède en 1312
- Jean, chanoine de Cambrai
 et archidiacre d’Anvers
- Arnould, chanoine de Cambrai
 et archidiacre de Valenciennes
- Ide qui épouse Nicolas de Barbençon
, sire de Villers  et Braine
- Gilles, seigneur d’Affevaing, qui épouse la fille de Guillaume du Frenoy
 et de Mathilde d’Esne .Gilles est cité dans une charte de 1286 de Arnould, seigneur de Cisoing  et pair de Flandre , à qui Guy, comte de Namur , a donné le château de Peteghem  et ses dépendances.
Alard et Waultier d’Antoing
 participent au tournoi de Compiègne  de 1238.

Hugues IV
épouse en premières noces, avant 1260, Sibille de Wavrin  et en secondes noces Isabeau de Béthune , fille de Robert et Elisabeth de Morialmez . Isabeau était veuve de Hellin III, sire de Wavrin, frère de la première femme de Hugues IV.Les enfants du premier lit sont :
- Hugues V qui suit
- Jean, chanoine de Cambrai

- Alix, religieuse de Premy

- Clémence épouse de N. de Montigny
-en-Ostrevent

Hugues V d’Antoing
, nommé le jeune du vivant de son père.  Il est qualifié de Prévôt de Douai , seigneur de Quivoy , seigneur d’Antoing et d’Espinoy  à la mort de son père. Il épouse Isabeau d’Assche , dite de Bugenhout , dame de Hautpoulieu .Ils firent leur testament en 1285.De ce couple sont nés :
- Hugues VI qui suit
-
Henry, sire de Bugenhout , dit le « Preux d’Antoing  » dont la fille se marie avec Gérard de Werchin  et Longueville , sénéchal de Hainaut  décédé en 1340. Henry participe au tournoi de Condé  en 1327. Henry est également présent en 1333 lors de la rédaction d’un traité entre Louis, comte de Flandre , et Renaud, comte de Gueldre , pour régler les différents existant entre le duc de Brabant  et l’évêque de Liège.
- Gérard d’Eppeghem , de Semse , d’Anderlecht  
- Alard, chanoine de Cambrai

Hugues VI, seigneur d’Antoing
 et d’Espinoy .
Il participe à la bataille des Eperons d’Or le 11 juillet 1302 à Groeninghe
 et périt pendant les combats.Il avait épousé Marie Vilain, dame de Sottenghien , de Houdain-en-Artois , châtelaine de Gand . Le 2 septembre 1307, Marie Vilain obtient une prébende à Mons  de Guillaume, comte de Hainaut .

Dont une fille unique Isabeau d’Antoing
, dame héritière d’Antoing, d’Espinoy , de Sottenghien , de Houdain-en-Artois , vicomtesse de Gand .Isabeau d’Antoing épouse en premières noces Henry de Louvain , fils de Jean, seigneur de Montcornet , descendant des ducs de Brabant . En secondes noces, Isabeau épouse Alphonse d’Espagne , seigneur de Lunel , fils de Ferdinand, prince de Castille  et Blanche de France , fille de Saint-Louis.Elle se marie une troisième fois en 1327 avec Jean, vicomte de Melun  de Tancarville , seigneur de Blandy , grand chambellan de France.Jean de Melun décède en 1350 et Isabeau en 1354. De ces unions aucun enfant n’est né.

Le château d’Antoing  passe ainsi à la riche famille de Melun  et au 16ème siècle dans la maison de Ligne  par le mariage d’Hippolite-Anne de Melun avec Philippe de Ligne d’Arenberg , duc d’Arschot  et de Croÿ .

On trouve un Michel d'Antoing, cité comme Michel Anthone, bailli de Braine-le-Comte (1543) et homme de fief du Hainaut (1543, 56, 65) (T 1 , p. 173 Sceaux armoriés de Raadt). Son surnom était "des LOGES" (fief de famille). Il avait épousé Catherine (de) Houwaert."

______________________________________________________________________________________________

Retour sommaire
Retour page d'accueil