Les troubles mentaux

 

Les troubles mentaux : maladies mentales qui englobent la névrose, la psychose légère et la dépression, et qui se manifestent par des comportements spécifiques. En général, un trouble mental provoque une détresse ou une déficience dans d'importants domaines du fonctionnement psychique. De tels problèmes de la pensée, des sentiments et du comportement ont été identifiés à toutes les périodes de l'histoire et dans toutes les cultures.

Durant une longue période de l'histoire, les déviations mentales ont été considérées comme surnaturelles ou contre nature, œuvres d'esprits maléfiques ou de la dépravation humaine. Cependant, après des débuts timides aux XVIe et XVIIesiècles, l'aliénisme, qui devait donner naissance à la psychiatrie, acquit une certaine respectabilité dans les années 1790. À cette époque, Philippe Pinel, médecin parisien, abolit les contraintes physiques qui étaient imposées aux malades mentaux, introduisit le traitement moral (psychologique) et commença des études cliniques. Par la suite, le travail clinique mené sur de grandes populations de patients dans les institutions réservées aux malades mentaux permit de dégager les principaux types de troubles mentaux et de développer des méthodes thérapeutiques.

Classification - DSM IV - Psychiatric ICD 9 Cm -

La répartition des troubles mentaux en différentes catégories varie d'un pays à l'autre. Pour les recensements officiels, la plupart des pays suivent la classification internationale des maladies de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Dans la plupart des systèmes de classification, les troubles de l'enfance (qui incluent notamment la déficience mentale) constituent une catégorie distincte. Presque tous distinguent les troubles d'origine organique -états ayant une cause somatique et se rapportant au corps ou à l'état physique du cerveau- et ceux qui tiennent à des causes non organiques (appelées également « fonctionnelles »).

On distingue aussi généralement les troubles psychotiques des troubles névrotiques. « Psychotique » qualifie un état dans lequel le patient a perdu contact avec la réalité, alors que « névrotique » désigne un état de déficience relativement moindre. La schizophrénie, quantité de troubles mentaux organiques et certaines formes de dépression (comme la psychose maniaco-dépressive) sont des états psychotiques. Les exemples de névroses montrent que l'angoisse en est le symptôme principal, au même titre que l'hypocondrie (préoccupation excessive du sujet pour sa santé) et le phénomène moins courant de personnalité multiple.

Troubles de l'enfance

Les troubles mentaux graves se manifestent dans la petite enfance, dans l'enfance et à l'adolescence.

La déficience mentale se définit par l'incapacité à apprendre normalement et à acquérir l'indépendance et le sens de la responsabilité qu'ont les autres au même âge et dans la même culture.

Les troubles d'hyperactivité de l'enfant impliquent une capacité d'attention déficitaire, une impulsivité qui font que l'enfant a des difficultés à organiser son travail et à le terminer, à se tenir à une tâche ou à suivre des instructions et qu'il est excessivement turbulent.

Les troubles émotionnels regroupés sous le nom d'anxiété se manifestent par la crainte de quitter la maison et les parents (séparation), par une extrême réticence aux contacts avec les étrangers (évitement) et par un état de non quiétude et un sentiment inexplicable de crainte.

Les troubles du développement graves se caractérisent par une altération de plusieurs fonctions psychologiques comme l'attention, la perception, l'activité mentale et la motricité. L'autisme infantile en est un exemple, marqué par la rupture avec la réalité et l'absence de contacts avec autrui.

Parmi les autres troubles mentaux de l'enfance figurent ceux qui impliquent des problèmes comportementaux, à savoir la boulimie, l'anorexie, les tics, le bégaiement et d'autres troubles de la parole, ainsi que l'énurésie.

Troubles mentaux organiques

Cette catégorie de troubles désigne des anomalies psychiques ou comportementales liées à des déficits transitoires ou permanents d'une fonction cérébrale. Les troubles se manifestent par différents symptômes qui dépendent de la zone du cerveau affectée et de la cause, de l'évolution et de la durée du trouble. Une altération organique du cerveau peut résulter d'une maladie ou d'une drogue qui portent directement atteinte au cerveau ou d'une maladie qui affecte indirectement le cerveau par ses effets sur les autres systèmes somatiques.

Les symptômes qui sont liés aux affections organiques du cerveau peuvent être une conséquence directe de l'altération organique ou de la réaction du patient à la perte de ses capacités mentales. Certains troubles ont pour trait caractéristique l'état de concience nommé délire, qui se traduit par des difficultés à soutenir l'attention, par la défaillance de la perception sensorielle et par une pensée confuse.

Un autre symptôme courant, particulièrement dans les troubles mentaux comme ceux de la maladie d'Alzheimer, est la démence. Celle-ci est caractérisée par un déficit de la mémoire, de la pensée, de la perception, du jugement et de l'attention, qui conduit à la dégradation notable du fonctionnement social et professionnel du sujet. La démence sénile est liée au grand âge. Les troubles mentaux organiques se manifestent souvent par l'apathie croissante, l'euphorie ou l'irritabilité.

Schizophrénie

La schizophrénie désigne un ensemble de troubles graves, apparaissant souvent à l'adolescence ou au début de l'âge adulte. Elle affecte gravement la pensée, la perception, la vie affective (voir Émotion) du sujet et ses relations humaines, ainsi que sa perception de soi et son sens de la réalité, qui diminuent sa capacité d'adaptation à la vie sociale. La «discordance» ou dissociation mentale observée chez les schizophrènes se manifeste par le fait que le sujet éprouve des sentiments contradictoires à l'égard du même objet, mais n'implique pas le dédoublement de la personnalité, qui caractérise plutôt les troubles de la personnalité multiple.

Troubles affectifs

On appelle de ce nom les troubles dont le symptôme prédominant est une détérioration de l'humeur. Une des formes en est la dépression, caractérisée par la tristesse, les sentiments de culpabilité, d'impuissance et de désespoir. Dans la manie, l'humeur est exaltée, exubérante, changeante ou irritable.

Délire chronique (paranoïde...)

Le trait central du délire chronique est la croyance ferme en une idée fausse et la conviction de l'individu qu'il est persécuté et victime d'un complot. Une autre forme de délire paranoïaque est le délire passionnel, qui consiste en une jalousie irraisonnée et exagérée. L'individu peut être en proie au ressentiment, coléreux, parfois violent, socialement isolé, solitaire et excentrique. Les troubles apparaissent généralement vers le milieu de la vie adulte ou un peu plus tard et peuvent perturber gravement les relations sociales et conjugales du sujet.

L'anxiété

L'anxiété est le symptôme prédominant de deux états, à savoir le «trouble panique» et les troubles d'anxiété généralisés.

Dans les phobies et les troubles obsessionnels-compulsifs, considérés aussi comme des troubles de l'anxiété, l'individu a peur lorsqu'il essaie de surmonter d'autres symptômes. Une phobie est une peur irrationnelle devant un objet, une activité ou une situation donnés et qui est considérée par les spécialistes comme un trouble lorsqu'elle en affecte la vie quotidienne du sujet. Le thème phobique le plus gênant est l'agoraphobie, la peur des espaces libres. Le problème phobique le plus fréquent chez les patients qui recherchent une aide psychiatrique est la peur de quitter leur foyer sans aucune raison. Les obsessions sont des pensées, des représentations, des idées ou des impulsions répétitives qui n'ont aucun sens aux yeux de l'individu, qui peut, par exemple, craindre d'être incapable d'éviter de commettre un acte violent ou qui vérifie la réalisation de tâches minimes. Les compulsions sont des comportements répétitifs qui visent à conjurer quelque événement futur. Une compulsion peut, par exemple, consister à se laver sans cesse les mains ou à compter et recompter ses possessions ou d'autres objets.

Autres troubles névrotiques

Outre la dépression névrotique et les troubles de l'anxiété, les autres états qui ont été considérés comme névrotiques à travers l'histoire comprennent l'hystérie, les réactions de conversion, la douleur psychogène, l'hypocondrie et les troubles dissociatifs.

Certains troubles sont caractérisés par des symptômes physiques en l'absence de toute cause physique. Dans l'hystérie, les affections se présentent de façon spectaculaire bien que vague!; elles apparaissent généralement au cours des dix premières années et se poursuivent à l'âge adulte. L'hystérie est beaucoup plus souvent diagnostiquée chez les femmes que chez les hommes. Les rares troubles de conversion (névrose hystérique) imitent ordinairement une maladie neurologique comme la paralysie. La douleur psychogène est une douleur sans cause physique apparente. Dans l'hypocondrie, le patient est préoccupé par la crainte de la maladie.

Au nombre des troubles dissociatifs figurent une forme d'amnésie, qui tient apparemment à des causes psychologiques, et la personnalité multiple, état rare où deux personnalités distinctes ou plus coexistent chez la même personne.

Troubles de la personnalité

Contrairement au caractère assez épisodique des troubles psychotiques et névrotiques, les troubles de la personnalité durent toute la vie et concernent des traits de personnalité si rigides et inadaptés qu'ils perturbent la vie sociale et professionnelle et peuvent être source de détresse pour les autres sinon pour les intéressés eux-mêmes.

La personnalité paranoïaque est excessivement méfiante et suspicieuse. Les personnalités schizoïdes sont dépourvues de la capacité ou du désir d'aimer et de nouer des relations sociales. Les troubles schizotypes sont caractérisés par une pensée, un langage, une perception et un comportement bizarres. Les personnalités histrioniques se distinguent par un comportement et une expression excessivement théâtraux. La suffisance et le besoin d'être constamment objet d'attention et d'admiration sont les caractéristiques des personnalités narcissiques.

Les personnalités antisociales violent les droits des autres et omettent d'observer les normes sociales. Les troubles de la personnalité «borderline» (en état limite) sont caractérisés par une instabilité du comportement envers autrui, de l'humeur et de l'image de soi. Une personne ayant des troubles de personnalité fuyante est extrêmement sensible au rejet potentiel, à l'humiliation ou à la honte. La personnalité dépendante est passive, elle renonce à toute responsabilité. Les personnalités compulsives sont perfectionnistes et incapables d'exprimer des sentiments chaleureux. La personnalité passive-agressive s'oppose de manière indirecte à toute demande qui lui est adressée, en recourant à des manœuvres comme la procrastination.

Incidence et répartition

Il est impossible de déterminer avec exactitude le nombre de personnes souffrant de troubles mentaux. Les dossiers d'admission dans les institutions psychiatriques sont un indice, mais ils ne comprennent pas tous ceux qui ne recherchent pas un traitement. En France, près de 73000patients souffrant de troubles mentaux ont été hospitalisés en 1991.

Le risque de devenir schizophrène pendant la vie est de 1p.100, alors qu'il est de 1p.10 pour la dépression. Un facteur inquiétant est l'augmentation du nombre de troubles organiques du cerveau chez les personnes âgées.

 

 

Retour à l'accueil

Retour à la psy

 

 

"Mentaux, troubles", Encyclopédie Microsoft(R) Encarta(R) 98. (c) 1993-1997 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.