Les Orgues de l’église Saint Jean-Baptiste d’Embourg

par M. l’abbé F. TRIBOLET, vicaire à Embourg lors de l’achat du nouvel orgue

PARTIE 3

Le règne des harmoniums

L'incendie de l'église réduisit à néant toute l'oeuvre du curé Bosch, mais si les réalisations matérielles avaient disparu, l'esprit était resté intact.
L'église d'Embourg après l'incendie du 19 mars 1896
Quatre ans après l'incendie, la nouvelle église était consacrée! Pendant ces quatre années, le culte fut célébré dans une grande aménagée et meublée à cet effet; pendant toute cette période, on loua à M. Wintgens, cirier à Chênée, un harmonium. Pour la nouvelle église, on acheta un petit harmonium qui se trouve toujours dans la chapelle du fond.

Cet instrument a été fabriqué à la fin du XIXe siècle par la firme Anneessens-Meunier de Grammont. La famille Anneessens constitue une véritable dynastie de 6 facteurs d'orgues, harmoniums et pianos pendant 146 ans. A partir de 1830, ils fourniront une quantité d'instruments en Belgique et à l'étranger.

Charles, fils aîné du premier facteur d'orgue connu, se marie en 1865 avec Mélanie Meunier de Grammont où il installe une véritable usine où l'on fabrique orgues, harmoniums et pianos. Il travaille à l'aide de machines à vapeur d'où l'expression " En 1893, avec la centaine d'ouvriers occupés, il déménagea tout son atelier à Menin et Haluin (France), vu l'abondance des commandes venant de France. Son usine fut fermée à sa mort le 2 février 1903. Ses fils fondèrent leur propre atelier. L'harmonium de l'église a donc été construit entre 1865 et 1893, époque où l'usine était installée à Grammont.

Le 10 avril 1904, M. le curé Stynen avec l'intervention de feu M. le curé Fissette fit don à la fabrique d'un nouvel harmonium placé au jubé. L'ancien harmonium fut mis à la disposition de l'organiste pour des répétitions de "chants d'église" mais resta propriété de fabrique. Le nouvel harmonium était un harmonium "géant" tel qu'on en construisait à l'époque. En voici la description extraite de la petite annonce que l'on fit paraître en 1946 lors de la vente de cet instrument : orgue médiaphone de fabrication Dumont et Lelièvre aux Andelys-France, doté de deux claviers manuels, un clavier de pédale, une double soufflerie (à bras et à pieds), un transpositeur, 25 registres, 3 genouillères, accouplement des claviers entre eux et expression. Le buffet était en chêne massif et il possédait une façade de tuyaux postiches.

L'ancien harmonium de l'église d'Embourg