Abeilles et Fleurs

A l'exception de l'eau, les abeilles dépendent exclusivement du monde végétal pour leur alimentation. Leur nourriture est constituée de nectar et de pollen, auxquels s'ajoute régulièrement le miellat. Les abeilles sociales et solitaires sont regroupées au sein de la super-famille des Apoïdes - ou Apoidea - qui comporte environ 20.000 espèces recensées sur le monde et plus de 300 espèces en Belgique. Ce régime exclusivement végétarien, les distinguent notamment des guêpes (super-famille des Vespoidea) et des fourmis (super-famille des Formicoidea). Dans la classification biologique, les abeilles, guêpes et fourmis font partie de l'ordre des Hyménoptères au sein de la classe des Insectes.

Le nectar est le liquide riche en sucres produit par les nectaires, organes glandulaires souvent situés à la base des pétales des fleurs. Il est sécrété à partir de la sève organique de la plante. C'est la ressource énergétique principale, avec le miellat.

Le miellat est une déjection sucrée d'origine animale. Récolté par les abeilles lorsqu'il est produit en grande quantité, le miellat est produit par des insectes parasites de végétaux. Ce sont principalement des hémiptères homoptères (pucerons, cochenilles, psylles) qui possèdent des pièces buccales capables de sucer la sève élaborée au travers des tissus de la plante hôte.

Les grains de pollen sont produits au niveau des anthères, sacs à deux loges situés dans la partie supérieure des étamines. Bien que la composition du pollen soit très variable, les protéines y sont particulièrement bien représentées (de l'ordre de 20%). Cette nourriture riche en azote est particulièrement importante lors de l'élevage des larves au printemps.

Les plantes nectarifères, pollinifères et productrices de miellat sont des plantes apicoles ou plantes-ressources pour les abeilles. Habituellement, on les désigne aussi sous le vocable de plantes mellifères. Dans le souci du respect des règles de l'étymologie, cette terminologie devrait normalement être réservée aux plantes nectarifères ou productrices de miellat. Dès lors, une plante exclusivement pollinifère (le noisetier, par exemple) ne peut être qualifiée de plante mellifère. Mais dans le langage courant, les plantes mellifères sont devenues synonymes de plantes apicoles. Même s'il ne s'agit pas d'une erreur grave, encore faut-il être conscient de cet abus de langage.

Les principales plantes apicoles sont présentées dans le tableau suivant : Tableau des principales plantes apicoles de nos régions

Calendrier des floraisons

Une quarantaine de plantes apicoles sont illustrées dans les pages suivantes. Elles sont classées suivant leurs périodes de floraison observées dans nos régions et chacune d'entre elles fait l'objet d'une fiche descriptive.

Fin de l'hiver au début du printemps (période hivernale) : Noisetier, Crocus, Gui, Tussilage ou pas-d'âne

Début du printemps 1 (période prévernale) : Saule marsault mâle, Saule marsault femelle, Lierre terrestre, Prunellier

Début du printemps 2 (transition entre périodes prévernale et vernale) : Groseillier rouge, Pommier, Merisier, Ail des ours

Printemps 1 (période vernale) : Pissenlit, Marronnier, Érable sycomore, Moutarde des champs

Printemps 2 : Érable champêtre, Houx, Consoude officinale, Aubépine à un style

Fin du printemps : Sainfoin, Robinier faux-acacia, Framboisier, Trèfle blanc

Été 1 (période estivale) : Châtaignier, Tilleul à larges feuilles, Thym commun, Vipérine

Été 2 : Menthe poivrée, Mauve sauvage, Berce commune, Centaurée bleuet

Été 3 : Phacélie à feuilles de tanaisie, Tournesol, Bourrache, Reine-des-prés

Fin de l'été à l'automne (période estivo-automnale) : Épilobe en épi, Salicaire commune, Bruyère, Lierre grimpant

Ce calendrier illustré suit les principales phénophases de la végétation, entre autres décrites dans les travaux de Guerriat (1996) (Etre performant en apiculture, 416 p.). En simplifiant, une phénophase est un état de la végétation à certaines périodes de l'année. Il s'agit plus fondamentalement d'une étape de la succession périodique cyclique qui existe au sein d'une communauté d'êtres vivants (le plus souvent végétaux) sous l'influence du climat. Alors que les dates des floraisons et des phénophases varient sensiblement chaque année en fonction des conditions climatiques, la succession des phénophases s'effectue de façon identique chaque année et permet de disposer d'un calendrier véritablement opérationnel pour la conduite des colonies d'abeilles.

Il convient aussi de remarquer que les floraisons d'une population d'individus appartenant à une espèce peuvent s'étaler considérablement dans le temps. Entre le début des floraisons et la fin de celles-ci, plusieurs mois peuvent s'écouler. Dès lors, les dates mentionnées ici s'intéressent plus particulièrement aux périodes durant lesquelles une part significative -voire le plus grand nombre- des individus sont en floraison.

Le calendrier des floraisons suivant reprend les espèces présentées ci-avant et est complété par d'autres espèces apicoles présentant un intérêt indéniable dans nos régions : Tableau du calendrier de floraison des principales plantes apicoles de nos régions (! attention ! chargement pouvant être lent !).

Les principaux facteurs qui influencent le butinage des abeilles sont résumés dans le schéma suivant : Facteurs influençant le butinage d'une fleur par l'abeille

Bibliographie utile

Photographies : © 2000 E. Melin. L'utilisation des photographies est strictement interdite sans l'accord de l'auteur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans ces pages sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'auteur. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelques manières que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'auteur.

Retour