In Memoriam

Le décès de Ghislaine HAUC, survenu brutalement à la fin de l'année 1994, alors qu'elle donnait son cours hebdomadaire sur Szondi à l'Université Paul Valéry, nous a plongés dans une stupeur douloureuse.

Ghislaine nous est enlevée à un moment où sa créativité commençait à se déployer pleinement, rendant à sa communauté professionnelle et scientifique une langue et une pratique riches d'une expérience et d'une rélexion personnelles d'une qualité rare.

Introduite à la pensée szondienne par Jean Birouste dès 1979, fondatrice en 1985 du Groupe d'Etudes Szondiennes de Montpellier et de la revue Fortuna, elle est devenue rapidement, sans l'avoir voulu, l'âme et la tête du mouvement, tant ses qualités intrinsèques d'intelligence et de sensibilité, alliées à une vaste culture et à un labeur aussi inlassable que discret la désignaient pour occuper la première place.

Il nous reste ses écrits, tous parus dans Fortuna, témoins d'une pensée unique par sa clarté pénétrante et sa large ouverture, avec le souvenir d'un être rayonnant qui restera infiniment présent dans le coeur de ceux qui l'ont connue et aimée.