18 mai

Jour précédent
© 2005 Jean-Michel Dossogne www.amdg.be
Retour page principale Sanctoral




19 mai 2005

Bonsoir ami(e)s des saint(e)s, qu'ils soient Celtes ou non, d'ici ou d'ailleurs!

En Belgique, SAINT QUINIBERT DE MAROILLES, depuis des siècles à l'honneur des Autels. Vies en fin de message.


Nous avons au calendrier byzantin (datation grégorienne), en plus d'une partie des saints ci-dessous :
Saints Martyrs David et Tarichan de Géorgie (+693);(Etc.)

Que Notre Seigneur Jésus-Christ, qui est béni dans Ses saintes et saints, par leurs prières, nous fasse miséricorde.

To: "[celt-saints]"<celt-saints@yahoogroups.com>
From: emrys@globe.net.nz>
Date sent: Wed, 18 May 2005 15:53:08 +1200
Send reply to: celt-saints-owner@yahoogroups.com
Subject: [celt-saints] 18 May

Saints Celtes et anciens saints Anglais - 18 Mai
(traduction personnelle http://www.amdg.be )

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=
* Saint Conval de Strathclyde
* Saint Feredarius d'Iona
* Sainte Elgiva de Shaftesbury
* Saint Merililaun
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=


Saint Conval de Strathclyde
---------------------------------------------
6ième siècle. Malgré les efforts des "réformateurs" Protestants pour éradiquer la mémoire de Conval, archidiacre de Saint Kentigern (14 Janvier), il existe toujours une église qui lui est dédiée à Glasgow. Il fut actif dans toute la région de Strathclyde, au sud de Glasgow, particulièrement à Renfrewshire (Montague).


Saint Feredarius d'Iona, Abbé
---------------------------------------------
Né en Irlande; mort après 863. Saint Feredarius fut élu abbé d'Iona en 863. Durant sa guidance comme abbé, les reliques de saint Colomba (9 juin) furent transférées en Irlande, par crainte des envahisseurs Danois (Bénédictins).


Sainte Elgiva de Shaftesbury, reine et veuve
(Aelgifu, Algyva, Aelgytha)
---------------------------------------------
Morte en 971. Comme mère des rois Edwy et Saint Edgar le Pacifique (8 juillet) et épouse du roi Edmond de Wessex (921-46), Sainte Elgiva fut "la conseillère et celle qui anoblit tout le royaume." A la mort de son époux, Elgiva se retira au couvent de Shaftesbury, où elle finit sa vie et où se trouve le centre de son culte. Guillaume de Malmesbury la loua pour sa générosité, ses conseils avisés, et son don de prophétie. Il a aussi écrit au sujet des miracles survenus par son  intercession (Bénédictins, Farmer, Gill).


Saint Merililaun, Martyr
(Merolilaun, Merolitain)
------------------------------------------------------------
8ième siècle. Merililaun fut un pélerin Anglais/Ecossais qui subit une mort violente près de Reims, sur les rives de l'Aisne, alors qu'il était en pélerinage vers Rome. Ses reliques furent enterrées secrètement, et découvertes ultérieurement grâce à une révélation divine. Ses reliques furent dans l'église Saint-Symphorien à Reims. (Petits Bollandistes, 7ième édition, Bar-le-Duc, 1876)

Sources:
========
Benedictine Monks of Saint Augustine Abbey, Ramsgate. (1947). The Book of Saints. NY: Macmillan.
Farmer, D. H. (1997). The Oxford Dictionary of Saints. Oxford: Oxford University Press.
Gill, F. C. (1958). The Glorious Company: Lives of Great Christians for Daily Devotion, vol. I. London: Epworth Press.
Montague, H. P. (1981). The Saints and Martyrs of Ireland. Guildford: Billing & Sons

*******************************

Ajouts personnels :

Voici deux très intéressants liens que je me permet de vous suggérer :
1. Vie des Saintes et Saints de Bretagne, par le frère Albert le Grand, O.P., 1636 (réédition 1901), en ligne et classé par prénom sur le site suivant : http://perso.wanadoo.fr/pennker/saints/alphasaint.htm
2. "Saints de Bretagne qui guérissent" : http://www.amdg.be/saintsbretagne1.html



traductions personelles (c) : http://www.amdg.be ;


Du Synaxaire Copte Orthodoxe :
http://www.copticpope.org
http://www.copticcentre.com/synaxarium.pdf
http://www.mycopticchurch.com/saints/
Tobi 23, 1721 AM



Puisse son intercession être avec nous, et Gloire soit à Dieu à jamais. Amen!






Du site de l'Eglise Orthodoxe Serbe en Amérique du Nord
http://www.westsrbdio.org/prolog/prolog.htm


REFLEXION - Cacher ses vertus et mortifications était l'habitude des ascètes, tant femme qu'homme, et pas seulement dans les plus anciennes périodes du Christianisme mais à travers les âges et jusqu'à nos jours. Eudocie, l'épouse du glorieux prince Dimitri de Don, qui libéra la Russie des Tatars, se retrouva veuve relativement jeune, en 1389. Empreimpte de dévotion, cette princesse bâtit nombre d'églises, distribuant les aumônes, et méprisant secrètement son corps qu'elle affaiblissait par des jeûnes et longues veilles. Elle portait une chaîne d'acier sur son corps. Et cependant, en public, elle apparaissait joyeuse, habilée luxueusement et ornée de perles. Les gens racontaient nombre de choses la concernant, et firent circuler des rumeurs sur sa vie immorale. Ses fils l'entendirent, et, insultés et amers, ils s'en ouvrirent à leur mère, concernant ces rumeurs. Leur mère se défit de sa luxueuse robe, et ses enfants, avec grande horreur, virent son corps qui était complètement blanchi, déssèché, et marqué par les chaînes d'acier.


CONTEMPLATION - Pour contempler l'action de Dieu le Saint-Esprit sur les martyrs :
1. Comment le Saint Esprit leur apporte le soulagement dans les souffrances;
2. Comment en certaines occasions, selon Sa libre volonté, leurs corps restent indemnes dans le feu.


HOMELIE - A propos du témoignage de l'Esprit de Dieu.
"L'Esprit de vérité qui procède du Père, Il Me rendra témoignage." (Saint Jean 15,26)
Le Fils de Dieu a envoyé Dieu le Saint Esprit dans le monde pour Lui rendre témoignage jusqu'à la fin des temps. "Il Me rendra témoignage." Comment est-ce que Dieu le Saint Esprit témoigne à propos de Dieu le Fils? Dieu l'Esprit témoigne de nombreuses manières :
En attirant les âmes des gens dans l'Eglise du Christ;
En leur révèlant la signification de la Sainte Ecriture;
En guidant leur pensées vers les Commandements du Christ;
En donnant chaleur, fraîcheur, puissance et douceur aux paroles du Christ;
En transformant les pécheurs repentants en justes;
En accomplissant toutes les promesses et prophéties du Christ concernant les hommes et les nations, et l'Eglise de Dieu;
En renforçant l'Eglise du Christ et en la tenant ferme au milieu de toutes les tempêtes de tous les temps, et tous les méfaits de l'Hadès et des hommes jusqu'à la fin des temps.
L'Esprit qui accomplit cela, et encore bien d'autres choses similaires, c'est l'Esprit de Dieu, l'Esprit de Vérité, Bon, Donateur de Vie et Tout-Puissant.
Aucune parole du Christ ne s'oppose à l'Esprit de Dieu, et l'Esprit de Dieu ne s'oppose pas à la moindre parole du Christ. C'est pourquoi lorsqu'il plaît à l'Esprit de Dieu d'entrer dans le coeur de l'homme, il en devient vivant et devient un véritable témoin de tout ce que le Christ a dit et fait. Alors l'homme croit avec joie et sans hésitation. Car comment ne croirait-il pas le plus grand et le plus endurant Témoin et Participant de toutes les paroles, de tous les miracles et de toutes les oeuvres du Christ?
Dès lors, frères, prions avant tout et par dessus tout afin que ce Témoin et Participant, le Saint Esprit et Tout-Puissant, s'installe en nos coeurs, afin que notre foi devienne vivante, n'hésite plus, et soit joyeuse. O Dieu le Saint Esprit, l'Esprit de Vérité, vient et demeure en nous.

A Toi soit la gloire et la reconnaissance, à jamais. Amen.



Saint Nicolas Velimirovitch, évêque d'Ochrid, Serbie (+ 05 mars 1958), rescapé de Dachau puis des persécutions communistes, auteur de ce Sanctoral "Prologue d'Ochrid".



Du site de l'Eglise Orthodoxe Russe en Amérique du Nord
http://ocafs.oca.org/


Martyrs David et Tarichan de Géorgie (+693).
Les saints Martyrs David et Tarichan, Gruziens (Géorgiens) d'origine, furent frères de naissance. Ils acceptèrent la mort des martyrs en 693, par le gouverneur Perse Abdul, pour avoir refusé de devenir musulmans.



Textes à traduire plus tard :





Dans le livre "Saintes et Saints de Belgique au 1er millénaire", nous trouvons à ce jour :
http://www.amdg.be/amdg12.html "sanctoral Belgique"
[je ne placerai ici des vies de saint(e)s tirées de ce livre que de manière exceptionnelle : il vaut l'achat!]








Dans le livre en néérlandais "Vergeten Helden", volume "mei", nous trouvons à ce jour:
http://www.amdg.be/ed-pervijze.html




D'après le sanctoral des RP Bénédictins, éditions Letouzey & Ané 1936, on trouve entre autres :


A Ancyre, en Galatie, saint THEODOTE, Martyr, et les 7 Bienheureuses vierges et martyres : Thécuse, tante de Théodote, Alexandra, Claudia, Faine, Euphrasie, Matrone et Julitie.
Le préfet les livra d'abord à la prostitution, mais Dieu par sa grâce les préserva de tout outrage; ensuite elles furent plongées dans un marais, chacune avec une pierre au cou. Théodote recueillit leurs reliques qu'il ensevelit avec honneur; pour ce motif il fut arrêté, par ordre du préfet; cruellement déchiré et enfin percé d'un coup d'épée, il reçut la couronne du martyre (+ vers 303-304).


SAINT DIOSCORE, MARTYR (+ VERS 303)
1. Vie -. Dioclétien ouvrit la persécution en 303 en publiant un édit qui ordonnait la destruction des églises et des livres saints, privait les chrétiens de leurs charges, dignités et privilèges, et leur interdisait d'ester en justice. On présuma que les clercs exerçant la fonction de lecteur cachaient des livres saints et ils furent immédiatement traqués par la police. C'est ainsi qu'à Cynopolis, en Egypte, on arrêta Dioscore, fils d'un lecteur et qu'on supposait complice de son père. Nous ne connaissons rien de sa vie avant sa comparution devant le gouverneur de la province d'Alexandrie. Le procès-verbal de cette audience nous est parvenu sans avoir été trop malmené par les copistes et les traducteurs. A ce titre, et comme document est peu connu, nous en donnons une traduction intégrale.
« Dioscore, curiale du lieu qu'on appelle Cynopolis, ayant été amené, le président Culcien dit : « Pour quelle cause Dioscore est-il traduit en justice?" - Du greffe on dit « Dionecta, curateur de la cité de Cynopolis, l'a envoyé comme Chrétien qui refuse d'obéir à l'édit impérial. » - Culcien dit "Qu'on lise ce qui nous est rapporté". Du greffe on lit « A ta Puissance, Seigneur, Dionecta, curateur de la cité de Cynopolis, salut. Je traduis en jugement à ta Sincérité, Seigneur, Dioscore qui refuse d'obéir à l'édit de nos maîtres les empereurs, etc. "
Culcien dit : « Dioscore, j'ai appris que tu es très savant, immole et obéis aux ordres des empereurs. » Dioscore répondit : "Je n'immole ni ne suis des dieux de cette sorte, mais le seul Dieu, le mien, Jésus-Christ, vrai Dieu."
C. - A quel dieu immoles-tu ainsi?
D. - Au vrai Dieu, qui n'est pas vu par les hommes s'ils n'ont pas le coeur droit.
C. - Es-tu lecteur?
D. - Non, je ne le suis pas, mais mon père était lecteur.
C. - Si tu n'étais pas contumace, le curateur ne t'aurait assurément pas envoyé en jugement. Immole maintenant et obéis aux ordres de nos maîtres les Césars Augustes.
D. - Je n'immole pas à des dieux de cette espèce et je ne les suis pas. J'ai un roi céleste qui appellera en jugement les vivants et les morts, qui règne sur le monde maintenant, et dans tous les siècles. En le croyant je n'aurai pas à rougir mais je resterai dans sa vérité pour l'éternité.
C. - Immole et épargne ton corps; j'ai déjà préparé des tourments très rigoureux pour toi et pour tous ceux qui résistent à ce culte.
D. -- Tes tourments sont petits, la Foi du Christ Jésus qui me soutient est grande. Toi tu as seulement le pouvoir de tuer mon corps, sur l'âme et l'esprit tu n'as aucun pouvoir.
C. -- Immole maintenant et rougis.
D. - Si je rougissais dans ce monde, comment me justifierais-je devant mon Dieu Jésus-Christ, quand il viendra juger?
C. - Déchirez-le avec des ongles de fer.
D. -- Je ne sens pas ces tourments en attendant le banquet Céleste.
C. -- Tu es fils de lecteur, tu as donc appris cela de lui?
D. - Mon attention n'était pas là; mais quand moi aussi j'ai été appelé par le Christ, j'ai cru à sa venue; c'est pourquoi moi aussi je le glorifie dans sa gloire. »
Culcien ordonne de chauffer trois fers et de brûler son corps. Quand il eut été brûlé par deux fers, il n'avait rien senti; Culcien ordonne alors d'appliquer le troisième fer rouge, mais pendant qu'il le touchait, les bourreaux trouvèrent que son corps était comme mouillé par la rosée d'hiver.
Dioscore dit : "Penses-tu, président, que ton feu puisse me torturer? "
Culcien dit "Si donc tu es chrétien, je t'ordonne de parler de la doctrine des chrétiens.
D. - Ne te souvient-il pas des 3 saints enfants qui se livrèrent et auxquels le feu du roi Nabuchodonosor ne put nuire, car survint un vent rafraîchissant comme la rosée. Ton feu ne m'est pas pénible. Tu n'es pas préparé à comprendre cela. Tu penses que c'est nous qui parlons; ce n'est pas nous, mais le Saint-Esprit de Jésus lui-même, qui est très riche, nous inspire; ceux qui s'attachent à lui ne rougissent pas; même si tu me tuais, je serais récompensé par celui-ci en celui-là.
C. - Le Christ est-il dieu?
D. - C'est le Dieu des dieux.
C. - Est-ce le Dieu qui est né d'une femme?
D. - J'explique, comme la mort a régné sur nous par Eve, ainsi nous sommes tous vivifiés en Marie qui a engendré Jésus-Christ Notre-Seigneur..
C. - Paul était-il dieu?
D. - Non, mais il avait l'esprit de Dieu et une intelligence saine et raisonnable. Tu as remarqué dans les repas de ce monde combien sont doux les plats servis les derniers; ainsi parce que Paul a été apôtre choisi le dernier, il est plus suave que beaucoup.
C. - Immole maintenant.
D. - Je n'immole pas, si ce n'est au seul vrai Dieu; inébranlable, car je suis soutenu par la Foi, je vais vers celui à qui nulle chose ne peut résister et dont la puissance apparaît à tous.
C. - Si c'était un père qui priait son fils, depuis longtemps il lui aurait obéi. Ne sais-tu pas que c'est le président qui te le demande. Tu as le temps, maintenant rougis et immole.
D. - Je n'immole pas, car je sers le Dieu vivant. Quoique la gloire de ce monde soit surabondante, cependant elle ne peut me détourner du royaume des cieux; ni me déterminer à ce qui m'est proposé.
C. - As-tu ton père?
D. - .Je ne l'ai pas, mais j'ai un Père, le vrai roi du Ciel.
C. - Tu es contumace et tu es venu à la place de ton père.
D. - Mon père fut lecteur, moi je suis curiale et je suis venu ici de grand coeur afin que, même si j'ai péché un peu dans ma jeunesse, cela soit purifié dans le siècle à venir.
C. - Un curiale comparaît-il en jugement?
D. - Moi je le suis et j'ai comparu afin de me refaire dans le Seigneur Jésus-Christ et d'oublier ce monde.
Orias, aide de la garde, dit : « Seigneur président, celui-ci est prisonnier depuis beaucoup de temps et il a persuadé aux autres prisonniers de ne pas obéir aux rois. Maintenant que les tourments du jugement ne l'épargnent pas."
Dioscore dit : « Je rends grâce à mon Dieu Jésus-Christ qui me fortifie pour que j'achève ce combat; les tourments des peines sont petits, la récompense de Dieu est grande."
C. - Maintenant, réfléchis, Dioscore : si tu veux, je te donne deux jours pour changer.
D. - L'espérance en Dieu qui dirige ceux qui le veulent dans la vraie vie est plus forte qu'une telle persuasion.
C. - Épargne-toi et immole.
D. Je suis chrétien, je n'immole pas.
Julien, greffier, dit : "Si tu le tourmentais et que tu faisais souffrir chaque place de son corps par des tourments, alors il obéirait aux lois des rois. "
Culcien dit : « Suspendez-le et posez deux lampes brûlantes sur son corps. "
Et tandis que son corps était brûlé pendant une demi-heure, il ne répondait rien, mais ses yeux étaient levés vers le ciel et il voyait une vision et une force qui le réconfortait, et il criait vers Dieu disant « Ouvre les veux des bourreaux, Seigneur, afin qu'ils voient la lumière et n'errent plus."
Et quand les bourreaux eurent vu la lumière, ils enlevèrent leurs lampes; le feu ne put lui faire aucun mal.
Julien, aide du greffier, dit : "Tu vois comme il a persuadé les bourreaux. »
Les bourreaux dirent au président : "C'est que nous avons vu la lumière de Dieu vaincre la lumière de ce monde. »
Culcien dit à Dioscore : " Immole maintenant, épargne-toi et quitte ta folie."
D.- La sagesse de ce monde est folie pour Dieu, le Christ confond les sages de ce monde et fait siéger avec lui dans sa gloire éternelle ceux qui croient en lui.
C. -- Puisque tu es fils de lecteur, donne-nous tes livres, c'est parce que tu es contumace que tu as été envoyé ici.
D. -- Si tu veux mes livres, ouvre mon coeur et tu les y trouveras.
C. - Arrachez-lui la barbe petit à petit.
D. - Je ne le sens pas, j'attends la joie éternelle et je désire vivement appeler les autres : venez à la même couronne.
C. - On m'a écrit de toi que tu es curiale et débiteur du fisc. Va dans ta maison et, si tu dois quelque chose, je m'en charge, je te donnerai un autre honneur.
D. Tes paroles ne me permettent pas de m'écarter de ma résolution. Je crois en Dieu. Que me donnes-tu, puisque je ne dois rien du tout? Mais je suis venu ici par crainte de Dieu. Je sais que ma dette est d'offrir mon sang à mon Seigneur Jésus-Christ.
`C. - Étendez-le, flagellez-le et dites-lui : C'est un déshonneur pour toi parce que tu es curiale.
D. -- Le déshonneur de ce monde n'est pas un déshonneur. C'est un grand déshonneur de ne pas obéir aux préceptes de Dieu.
C. - Tu me forces à donner une sentence contre toi.
D. - Ne m'épargne pas, donne ta sentence jusqu'au bout.
Le président Culcien ordonne de le décapiter; et il fut décapité à Alexandrie, au mois de juin, le 15 des calendes de juillet (17 juin) ou le 15 des calendes de juin (18 mai).
Ces Actes contiennent un certain nombre de détails qui garantissent leur véracité. Les curiales jouissaient de certains privilèges et en particulier ne devaient pas subir certaines peines infamantes, ainsi que le fait remarquer Culcien; mais ils étaient responsables de la levée des impôts, ce qui leur coûtait fort cher et ils avaient presque toujours des dettes envers le fisc. La situation de curiale avait de tels inconvénients que, malgré les lois, ils cherchaient à sortir de cette condition, et Culcien en proposant "un autre honneur" à Dioscore lui offrait ce qui pouvait lui faire le plus de plaisir.
La rigueur du supplice n'a rien qui doive nous surprendre de la part des persécuteurs, surtout en Egypte. On est amené à penser que Dioscore, durant son supplice, était en extase et restait insensible aux brûlures dont tous les assistants pouvaient constater la réalité.
2. CULTE. Le culte de saint Dioscore est très ancien, mais aussi très obscur. On trouve mention d'un Dioscore à différentes dates. Les Latins ont retenu le 18 mai, les Grecs le 13 octobre. La notice du martyrologe a été composée par Florus, sans doute avec un mauvais remaniement des Actes, car elle contient plusieurs erreurs. L'historien arabe Abû Sâlih, au 13ième siècle, signale en Egypte deux églises dédiées à saint Dioscore.
Bibl. - Nous ne connaissons la passion de saint Dioscore que par une traduction latine publiée pour la première fois par Dom Quentin (Anal. boll., t. 24, 1905, p. 321-342) d'après deux manuscrits du British Museum, l'un du 12ième siècle, l'autre du 13ième. Le premier, bien meilleur, est malheureusement en mauvais état, et on doit s'aider du second, maladroitement retouché, pour rétablir le texte. - Comm. martyr. hieron., p. 260. - Synaxaire de Constantinople, p. 136.


Textes à corriger plus tard :





D'après les Petits Bollandistes, 7ième édition, Bar-le-Duc 1876, entre autres :


SAINT QUINIBERT, PATRON DE SALESCHES (9ième siècle)
La vie de saint Quinibert, patron de Salesches, près du Quesnoy, n'est presque point connue. Les religieux de Maroilles, consultés par Molanus, n'ont pu constater que son existence, sa sainteté, et le culte qu'on lui rendait dans ce lieu. Il est vraisemblable qu'il appartenait à la communauté de Maroilles, qu'il obtint de ses supérieurs de mener la vie solitaire dans un petit ermitage élevé à Salesches, et que telle fut l'origine du prieuré qui, dans la suite, y fut érigé. C'est là qu'il vécut dans la pratique de toutes les vertus chrétiennes, et qu'il remit son âme à Dieu. Les religieux ajoutaient dans leur déposition que beaucoup de guérisons miraculeuses avaient été opérées dans ce lieu, à l'époque même où ils écrivaient, par l'intercession du pieux solitaire, et qu'une multitude de personnes du pays pouvaient en rendre témoignage.
Il y avait autrefois, dans l'église de Salesches, un grand nombre de bâtons, de béquilles, et même quelques chars que l'on conservait comme preuves et souvenirs des guérisons opérées sur des infirmes. Tout fut brûlé dans les guerres qui désolèrent le nord de la France à la fin du 16ième siècle. L'abbaye de Maroilles avait inscrit le nom de saint Quinibert dans son Calendrier, et on y célébrait solennellement sa fête le 18 mai. Aujourd'hui encore les reliques du Saint sont conservées précieusement dans le village de Salesches, et exposées à la vénération des fidèles qui ont hérité, pour leur digne patron, des sentiments de piété dont les ancêtres leur ont donné l'exemple.
Vies des saints de Cambrai et d'Arras, par m. l'abbé Destombes



Textes à corriger plus tard :

SAINT VENANT DE CAMERINO, MARTYR (+ 250)
p.632-634

SAINT THEODOTE D'ANCYRE, CABARETIER, ET 7 VIERGES, MARTYRS (+ 303)
p.634-641






==================================================

que les saints Anges du Seigneur veillent sur vous!

jean-michel


Retour bibliothèque www.amdg.be