28 juin

Jour précédent
© 2005 Jean-Michel Dossogne www.amdg.be
Retour page principale Sanctoral




1er juillet 2005

Bonsoir ami(e)s des saint(e)s, qu'ils soient Celtes ou non, d'ici ou d'ailleurs!

En Belgique, SAINTE , depuis des siècles à l'honneur des Autels. Vies en fin de message.


Nous avons au calendrier byzantin (datation grégorienne), en plus d'une partie des saints ci-dessous :
Saints Martyrs Cyrus et Jean (+ 412); Saint Xénophon, Abbé de Robeisk, Novgorod (+1262); Saints Serge et Germain, Thaumaturges de Valaam (+ vers 1353); Icône "Des Trois Mains" de la Mère de Dieu (9ième siècle);(Etc.)

Que Notre Seigneur Jésus-Christ, qui est béni dans Ses saintes et saints, par leurs prières, nous fasse miséricorde.

To: "[celt-saints]"<celt-saints@yahoogroups.com>
From: emrys@globe.net.nz>
Date sent: Mon, 28 Jun 2004 13:13:21 +1200
Send reply to: celt-saints-owner@yahoogroups.com
Subject: [celt-saints] 28 June

Saints Celtes et anciens saints Anglais - 28 Juin
(traduction personnelle http://www.amdg.be )

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=
* Saint Austell de Cornouailles et Bretagne
* Saint Crummine de Lackan
* Saint Egilo de Pruem
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=


Saint Austell, moine de Cornouailles, disciple de saint Mewan
(Austol, Hawystill)
--------------------------------------------------------
6ième siècle; mourrut à Saint-Méen, Bretagne, France. Le moine Cornique Austell fut le filleul et un disciple de saint Méen (21 juin). Il vécut probablement près de saint Austell en Cornouailles, qui préserve de nos jours son nom et l'adjoint à la paroisse de Saint-Mewan (Méen). Quand Méen suivit saint Samson (28 juillet) du Pays de Galles vers la Bretagne, Austell l'accompagna. Ils évangélisèrent ensemble le district de Brocéliande et furent enterrés dans la même tombe. Il semble avoir laissé son nom à Aust ou Awst à Gloucester (Attwater2, Attwater2, Bénédictins, Encyclopaedia, Farmer).

Tropaire de saint Austol ton 7
Lumière de Cornouailles et pillier de la Foi,/
saint Austol, disciple de Samson: /
tu collaboras avec saint Mewan,/
et lui fut un compagnon au point de mourrir avec lui et d'en partager la tombe./
Prie le Christ notre Dieu qu'Il nous accorde Sa grande Miséricorde.



Saint Crummine, évêque de Lackan, Comté de Westmeath, Irlande,
Disciple de Saint Pádraig

--------------------------------------------------------
5ième siècle. Saint Crummine fut un disciple de Saint Patrick (17 mars), qui le mit en charge de Leccuine (Lackan) dans le Comté de Wearmeath (Bénédictins).


Saint Egilo de Pruem, Abbé
(Egilon, Eigil)
--------------------------------------------------------
Mort en 871. Saint Egilo fut un moine de l'abbaye Croyland, qui fut martyrisé avec son abbé et nombre de sa communauté par les envahisseurs Danois. (Bénédictins).



Sources:
========

*******************************

Ajouts personnels :



SAINTS SERGE ET GERMAIN DE VALAAM
fondateurs du monastère de la Transfiguration, sur Varlaam



et le monastère de l'île de Varlaam (en anglais) : http://www.karelia.ru/~valaam/index_e.htm
et l'antique "plain-chant" ou znamenny, en real audio, sur leur ancien site (via web.archive.org) : http://www.valaam.karelia.ru/en/sound/





traductions personelles (c) : http://www.amdg.be


Du Synaxaire Copte Orthodoxe :
http://www.copticpope.org
http://www.copticcentre.com/synaxarium.pdf
http://www.mycopticchurch.com/saints/
Tobi 23, 1721 AM



Puisse son intercession être avec nous, et Gloire soit à Dieu à jamais. Amen!






Du site de l'Eglise Orthodoxe Serbe en Amérique du Nord
http://www.westsrbdio.org/prolog/prolog.htm


1. Saints Martyrs Cyrus et Jean (+ 412)
icône de Jean :

Ces saints martyrs sont commémorés le 31 janvier, et leurs vies et souffrances sont décrites à cette date. Aujourd'hui nous commémorons la translation de leurs reliques de Canopus à Menuthis, et les innombrables miracles qui l'ont accompagnée. Saint Cyril, patriarche d'Alexandrie, priait avec ferveur pour que cessent les abominables pratiques idolâtres à Menuthis, où il y avait un temple et où les puissances démoniaques avaient une grande influence. Un Ange de Dieu apparut au Patriarche et lui dit que Menuthis serait nettoyé de ses impuretés s'il y amenait les reliques des saints Cyris et Jean en ville. Le Patriarche le fit. Il apporta les reliques des saints martyrs à Menuthis et y fit bâtir une église en leur honneur. Ammonius, fils du gouverneur Julien d'Alexandrie, fut guéri du scrofule par les reliques des martyrs, et un certain Théodore fut guéri de sa cécité. Isidore de Maium fut guéri d'une maladie incapacitante du foie, la femme de Théodore des effets du poison, une certaine Eugénie de l'hydropisie et un grand nombre d'autres de diverses maladies et tourments. Tout ceci eut lieu en 412.
icône de Cyrus :



REFLEXION - Les Protestants ont rejetté les miracles de Dieu à travers les objets matériels. Ce faisant, ils pensaient respiritualiser la Foi Chrétienne, mais cependant, de la sorte, ils ont appauvri et déformé le Christianisme. Ils ont rejetté l'action de la puissance de Dieu à travers les icônes, à travers les reliques des saints, à travers la Croix, et pour finir, certains d'entre eux ont même rejetté la puissance de la Sainte Communion.
S'ils devaient persister dans cette voie erronnée, ils auraient à rejetter même les miracles qui ont eu lieu par le corps vivant du Seigneur Jésus, car Son corps était matériel; de même que les miracles accomplis par l'apposition de la main des apôtres et de la main des saints, car ces mains étaient aussi matière, tout comme le bâton de Moïse, ou le vêtement de la Toute Sainte Mère de Dieu, ou le mouchoir de l'Apôtre Paul et ainsi de suite. Dans leur rejet, les Protestants sont en contradiction avec l'entièreté de l'antique Eglise [= celle des origines]. Voici encore une des milliers et milliers de preuves que Dieu agit à travers les objets, en particulier lorsqu'Il veut glorifier Ses saints : il y avait un petit poteau érigé à Alexandrie, en haut duquel se trouvait la statue de l'empereur Théodose en tenue monastique, avec un bâton de moine à la main. Ce pillier servait de mémorial de la victoire que l'empereur, portant la tenue monastique de saint Sennuphius et avec le bâton de Sennuphius en main, avait remportée sur ses adversaires. Lorsque Dieu le veut, alors même le vêtement d'un saint vaincra les puissantes armées d'incroyants. Qui oserait limiter l'action ou les manières par lesquelles se répand la puissance du Dieu Tout-Puissant?


Saint Nicolas Velimirovitch, évêque d'Ochrid, Serbie (+ 05 mars 1958), rescapé de Dachau puis des persécutions communistes, auteur de ce Sanctoral "Prologue d'Ochrid".



Du site de l'Eglise Orthodoxe Russe en Amérique du Nord
http://ocafs.oca.org/


Saint Xénophon, Abbé de Robeisk, Novgorod (+1262)
Saint Xenophon de Robeika fut un étudiant de saint Barlaam de Khutyn (+ 1192, 6 Novembre). Il prit la tête du monastère de Khutyn après l'higoumène Isidore (+1243). Démissionnant comme higoumène, saint Xénophon fonda le monastère de la Trinité sur les rives de la Robeika (pas loin de Novgorod). Il reposa bienheureusement le 28 juin 1262.


Saints Serge et Germain, Thaumaturges de Valaam (+ vers 1353)

Saints Serge et Germain de Valaam s'installèrent sur l'île de Valaam en 1329. Des frères se rassemblèrent autour d'eux, attirés par les Lumières de l'Orthodoxie qu'ils faisaient briller en ces frontières du pays. Le peuple de Carélie commença à regarder le Christianisme avec une suspicion renouvellée, avec son autorité au 14ième siècle qui avait été affaiblie par les Suédois, qui voulait y répandre le catholicisme-romain par l'épée. Saint Serge et saint Germain mourrurent vers 1353. Une seconde commémoration se trouve au 11 septembre.



Icône "Des Trois Mains" de la Mère de Dieu (9ième siècle)

L'Icône de la Mère de Dieu, "Des Trois Mains" : au neuvième siècle, durant la période des Iconoclastes, saint Jean Damascène (4 décembre) fut zèlé dans sa vénération des saintes icônes. A cause de cela, il fut diffamé par l'empereur et iconoclaste Léon 3 l'Isaurien (717-740), qui informa le calife de Damas que saint Jean le trahissait. Le calife ordonna de couper la main du moine et de l'exposer sur la place du marché. Au soir, saint Jean, ayant demandé au calife pour récupérer sa main coupée, la replaça sur son bras et tomba sur le sol devant l'icône de la Mère de Dieu. Le moine supplia Notre Dame de guérir sa main, qui avait écrit pour la défense de l'Orthodoxie. Après une longue prière, il tomba endormit et vit en rêve la Toute-Pure Mère de Dieu tournée vers lui, et lui promettant une guérison rapide.
Auparavant, la Mère de Dieu lui offra de travailler sans problème avec sa main. S'étant éveillé, saint Jean trouva sa main intacte. Par gratitude pour sa guérison, saint Jean plaça sur l'icône une main façonnée en argent, de laquelle l'icône reçut le nom "Des Trois Mains". (Certains iconographes, dans leur ignorance, on dépeint erronément la Très Sainte Mère de Dieu avec 3 bras et 3 mains.) Selon la Tradition, saint Jean composa en remerciement une hymne à la Mère de Dieu : "Toute la Création se réjouit en Toi, O Pleine de Grâce",
et cet hymne remplace le "Il est digne en vérité" dans la Liturgie [ attribuée à ] de saint Basile le Grand.

Saint Jean Damascène prononça ses voeux monastiques au monastère de Saint Sabbas le Sanctifié, auquel il octroya son icône miraculeuse. La Lauvre présenta l'icône "Des Trois Mains" en bénédiction à saint Savas, Archévêque de Serbie (+ 12 janvier 1237). Durant la période d'invasion de la Serbie par les Turcs, certains Chrétiens qui voulaient protéger l'icône, firent pour cela confiance à la Mère de Dieu Elle-même. Ils placèrent l'icône sur un âne, qui sans guide, parvint seul à l'Athos et s'arrêta face au monastère Hilandar. Les moines placèrent l'icône dans l'église cathédrale (katholikon) du monastère. Lors de la discorde sur le choix du nouvel higoumène, la Mère de Dieu daigna diriger Elle-même le monastère, et depuis cette époque, Sa sainte icône a occupé le siège de l'higoumène dans le temple. Au monastère Hilandar, on choisit seulement un vicaire, et pour chaque acte d'obéissance, les moines vont chercher la bénédiction auprès de la sainte icône.




Textes à traduire plus tard :





Dans le livre "Saintes et Saints de Belgique au 1er millénaire", nous trouvons à ce jour :
http://www.amdg.be/amdg12.html "sanctoral Belgique"
[je ne placerai ici des vies de saint(e)s tirées de ce livre que de manière exceptionnelle : il vaut l'achat!]








Dans le livre en néérlandais "Vergeten Helden", volume "juni", nous trouvons à ce jour:
http://www.amdg.be/ed-pervijze.html




D'après le sanctoral des RP Bénédictins, éditions Letouzey & Ané 1936, on trouve entre autres :




Textes à corriger plus tard :





D'après les Petits Bollandistes, 7ième édition, Bar-le-Duc 1876, entre autres :

p.406-407




Textes à corriger plus tard :


SAINT IRENEE, EVEQUE DE LYON, DOCTEUR DE L'EGLISE ET MARTYR (120-202)
p.408-422


(icône que l'on peut commander au prieuré "Bethanie" de Gorze
)




LES SAINTS PLUTARQUE ET POTAMIENNE, MARTYRS A ALEXANDRIE (+ 202)
p.424-425






==================================================

que les saints Anges du Seigneur veillent sur vous!

jean-michel


Retour bibliothèque www.amdg.be